Consoles-Fan
23/07/2018

Auteur
  

2984 articles en ligne

 
Dragon Drive
Tout compte fait, quand je serai grand...
je serai pilote de dragon

Nos amis japonais ont d

Jeremy ! Que fait ce dragon dans le frigo ?

Bon... On a quand même connu Treasure en meilleure forme. Oui, j’ai bien dit Treasure même si c’est Bandai qui édite et possède la licence puisque Dragon Drive n’est autre qu’un célèbre manga du même nom.

Il faut dire que sur une console next gen, je n’avais plus vu depuis longtemps un jeu digne de la réalisation d’une N64 (Et encore, Sin And Punishement est largement plus beau) sans gestion de Z Buffer et avec de nombreuses baisses de framerate (alors qu’il n’est déjà pas bien élevé au départ) à la moindre surcharge de tirs ou d’ennemis. C’est pas avec Dragon Drive que la Gamecube va en tous cas nous étonner sur le plan de la technique.

Et pour ce qui est du gameplay, on a rarement vu Treasure autant dans le pâté ! Dragon Drive est un ersatz entre Panzer Dragoon et Virtual On. En effet, soit vous suivez un rail bien défini comme dans Panzer Dragoon, soit, comme dans Virtual On, vous vous promenez librement dans des décors en 3D d’une nudité telle que le jeu devrait être interdit aux moins de 18 ans. Vous virevoltez tant bien que mal à l’aide d’une maniabilité pas très innée mais maîtrisable à la longue. Un système de lock permet en fait de rattraper votre maladresse au tir du au gameplay fébril. Il faut en effet appuyer sur R pour faire avancer votre dragon alors que L le fera reculer. Le stick analogique permet de donner différentes directions à votre dragon. En cours de partie, vous récupèrerez des cartes qui déclenchent divers sorts ou vous remettent de la vie. Vous pouvez stocker un maximum de 4 cartes à la fois, elles se déclenchent en appuyant sur haut, bas, gauche ou droite de votre croix directionnelle Le bouton Z vous permet de changer de monture afin de profiter des spécificités plus ou moins avantageuses de chacune.. Certains dragons sont en tous cas très efficaces au corps à corps, n’hésitez pas à vous en servir contre certains ennemis récalcitrants. Reste enfin le bouton A qui vous permet de balancer des tirs puissants et rapides ou, si vous le maintenez appuyé, de locker de nombreux ennemis à la fois. Le tir sera moins puissant mais pour de simples ennemis, il devrait suffire largement. C’est surtout contre les boss que vous sentirez la différence car ces derniers vous donneront bien du mal.

Dragon Drive est d’un intérêt plutôt douteux car outre son gameplay poussif, il suffit finalement de trouver le bon dragon qui va faire sa fête au boss. Mouais, on a quand même déjà vu mieux comme concept de jeu ! Dragon Drive semblait bien être une vaste blague, aujourd’hui, je peux confirmer. Car finalement, le seul plaisir que l’on peut retirer de ce jeu c’est l’intro animée très sympaaaaa et les nombreuses cut scènes.

Graphismes : 26%
De la N64, rien de plus, non rien.

Animation : 50%
De nombreuses baisses de framerate qui n’atteint de toute manière jamais les cimes de la perfection.

Jouabilité : 44%
Un gameplay un peu bizarre mais on s’y fait. Les phases à la Panzer Dragoon avec un décor qui défile sont en tous cas nettement plus jouables que les phases dans les arènes.

Bande Son : 73%
Un chouette générique et des musiques dans l’ensemble assez honnêtes.

Intérêt : 28%
Une difficulté croissante qui finira par vous rebuter tant l’enchantement n’opère pas. En progressant rapidement, on aurait encore pu avaler la pillule mais reccommencer plusieurs fois certains passages, c’est vraiment de trop.

Note Globale : 33%
Dragon Drive est décevant sur tellement de points de vue qu’il est vraiment indéfendable.


NOTE : 03/10