Consoles-Fan
24/01/2018

Auteur
  

2890 articles en ligne

 
Gotcha Force
Capcom le puissant...
et son jeu oubli

Mais que fait Capcom ? Qu’est-ce qui leur prend ? Si leur but

Et la force est en toi

.

Mais revenons-en à la technique si vous le voulez bien. Malgré la faiblesse évidente de ce titre sur ce point, au grand désarrois des fans de la Gamecube qui risquent de se faire charrier sur les forums, le design character est attachant, simpliste et pas vraiment extraordinaire, mais attachant. Et la transposition en 3D de ses personnages fait très Playmobil, mais ce côté épuré a aussi quelquechose d’inexplicablement séduisant. Et puis c’est un choix de Capcom puisque le but est de simuler ici des affrontements de bac à sable. Vous vous rappelez quand vous étiez petits et que vous organisiez des combats de robot à la cours de récré, sous un lit ou même sur n’importe quel appuis de fenêtre ? Tout était bon pour faire un ring de combat afin de se fritter entre sales mouflets par l’intermédiaire de personnages articulés. G.I. Joe, toute une époque ! Bon, ici ce sont des robots mais finalement les voir se battre dans des environnements démesurés où les pots de fleur sont 20 fois plus imposants qu’eux. Bref, après le premier choc visuel, on s’habitue plus qu’on ne mord sur sa chique pour continuer à jouer et c’est finalement des souvenirs d’amitié liée qui réapparaissent alors qu’elles étaient bien enfouies dans nos souvenirs. Mais si, ces amitiés qui se formaient lors de combats de jeu mémorables qui répondaient généralement à des règles improvisées ! Ne me dites pas que vous ne vous en souvenez pas. Bon, Gotcha Force vous ravivera sans doute la mémoire : vous allez vous faire des amis virtuels qui, une fois que vous les aurez battus, vous suivront dans votre aventure qui consiste, excusez du peu, à vous débarrassez des robots issus du camps du mal, là où les ténèbres règnent en maître absolu, là où un grand-père ne donnerait jamais à son petit-fils des Werthers original.

Mais le problème de tous ces jeux d’enfant, c’est qu’il fallait imaginer les lasers et les explosions provoquées par ceux-ci. Les explosions étaient réalisées entièrement à la bouche. Dommage que Capcom n’ait pas aussi pensé à cela ! Bon, ok, les combats sont largement plus visuels et ne se limitent plus aux simples coups de boule répété par un personnage rigide qui s’incline tel une métronome réglé sur une fréquence déployant une frénésie inimitable dans la réalité. Le vaincu, généralement terrassé par le teneur en titre de la terreur des cours de récré, devait alors jeter sa figurine dans le bac à sable pour indiquer sa soumission. Aujourd’hui, c’est Capcom qui s’occupe de tous ses détails techniques en mettant en scène des explosions plus simplistes qu’elles n’étaient restées dans mon esprit.

Gotcha Force est une sorte de Virtual On ou mieux, un Frame Gride puisque de nombreux ennemis s’affrontent dans une arène. Un système de lock très ( trop) efficace vous permet de faire la ventouse vis à vis de l’ennemi qui se situe le plus prêt de vous. Après, vous ne le lâchez plus ! Etrangement, Gotcha Force est ultrajouable malgré le gros bordel visuel du aux mouvements de caméra incessants. Votre mecha effectuera divers coups ou enverra des lasers en fonction de la proximité de l’ennemi. Un tir concentré peut-être chargé très simplement en tenant le bouton A appuyé. Si vous mourrez, n’ayez crainte, vous aurez certainement prévu des bottes secrètes totalement unfair-play du type « ah non, chuis pas core mort : j’ai encore d’autres joujoux en réserve ». Ces jouets, vous les accumulerez et collectionnerez au fil du jeu. Si un jouet est défaillant, vous pourrez donc faire appel à vos réservistes. Tous les jouets possèdent évidemment des caractéristiques variées et leur méthode diffère donc même si on ne ressent pas trop la différence au niveau du gameplay.

En fond d’écran, le ciel est géré de manière très bizarre. Même si l’effet de déformation est réussie et plutôt inédite car bizarre, le ring est complètement désolidarisé de son horizon, en particulier au niveau de la gestion de la verticalité. On se croirait revenu au temps des 32 bits avec l’effet soucoupe volante que l’on rencontrait alors souvent dans les jeux de baston.

Gotcha Force est une déception, pas la peine de se leurrer. Avec sa réalisation au raz des paquerettes et son gameplay trop simplifié et donc vite lassant, Gotcha Force n’a pas su me convaincre même si la durée de vie est assez grande pour ce type de jeu plus due, il est vrai, à l’aspect collection de méchas qu’au nombre de décor, par exemple. Gotcha Force est donc un petit jeu, signé par un grand, qui devrait peut-être bosser autant sur Gamecube que les autres consoles avant de nous pondre un jeu car même si Gotcha force est clairement destiné aux plus jeunes, il ne faudrait tout de même pas les prendre pour des pigeons.

Graphismes : 22%
Des décors ultravides, exagérément vides, il est difficile de croire que c’est Capcom qui est aux commandes.

Animation : 71%
Superfluide mais franchement je n’en attendais pas moins vu ce qu’il y a à afficher !

Jouabilité : 78%
Il est vrai que Gotcha Force est très jouable, et pour cause, les possibilités du gameplay sont très limitées.

Bande Son : 63%
En tous cas pas inoubliable

Intérêt : 25%
Le premier contact avec le jeu est bon grâce à sa prise en main immédiate et ce, malgré une maigre réalisation, mais le soufflé retombe très vite car la lassitude apparaît bien rapidement.

Note Globale : 31%
A se procurer à la limite à très petit prix, tout petit tout petit.


NOTE : 03/10