Consoles-Fan
20/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3012 articles en ligne

 
Shikigami No shiro II
Le combat des shoots continue
Va y avoir de la casse !

C’est la troisi

Commençons peut-être par la durée de vie qui ne surprendra personne j’imagine. C’est court. Court de chez court, malgré une division des stages en sous-stages comme c’était d’ailleurs déjà le cas lors du précédent opus. Le système de jeu n’a pas vraiment évolué. Vous avez le choix entre divers personnages très charismatiques qui disposent de magies et de tirs différents. Jusque-là, rien de bien extraordinaire au royaume des morts. Lorsque vous effleurez les tirs adverses, votre tir se change en un tir plus efficace, comme si les concepteurs considéraient que si vous êtes au milieu d’une pluie de missiles, vous êtes suffisamment en difficulté. Bref, on va vous donner un petit coup de main histoire d’éliminer plus facilement les ennemis qui étaient prévus à cet endroit précis du jeu. Lorsque vous concentrez votre tir, vous déclenchez en réalité le deuxième type d’arme propre à votre personnage. On peut reconnaître ici à Shikigami No Shiro II une once de tactique. Vous noterez que la barre de vie des boss est divisée en plusieurs parties égales ou non. Cela correspond simplement à des phases pendant lesquelles ce dernier adoptera une technique d’attaque différente. J’aime d’ailleurs beaucoup le personnage dont l’arme est un bouclier qui permet d’absorber les tirs ennemis et d’opérer un retour vers l’expéditeur. Mars Matrix quand tu nous tiens !

Alors bon, qu’est-ce qu’il ont fait de bien les programmeurs cette fois-ci ? Eh bien ils ont quand même corrigé quelques petits trucs. Tout d’abord, les décors, bien qu’inégaux, ne sont plus des systématiquement (ça arrive quand même encore parfois) des espèces de cycle qui paraissent répétitifs, au moins dans le subconscient. Ensuite, la perspective est largement mieux rendue. Elle avait été exagérée dans le premier épisode. Enfin, et je regrette un peu ce choix, l’ambiance est devenue plus sérieuse : on ne se fait plus attaquer par des nounours. Dommage ! Les sprites sont par ailleurs cette fois-ci en vraie 3D. Les particules sont nombreuses et amènent il est vrai un peu de féérie.

Lors des premiers stages, Shikigami No Shiro II manque de nervosité. Il faut vraiment attendre le 3eme stage pour vivre des instants sans répit. Il y a quelques périodes de latence qui ne sont même pas compensés par quelques beaux effets visuels. On oublie de meubler, et du coup ça donne parfois des grands moments de solitude. Les décors défilent bien souvent lentement... Après Psyvariar 2, c’est d’autant plus marquant. On retrouve aussi quelques petits dérapages freezés lors de transitions et autres ralentissements qui sont à mon goût encore bien trop présents.

Par certains points, ce jeu me rappelle Ikaruga à cause de certains passages de pur par cœur, moins extrêmes il est vrai ! Mais Shikigami No Shiro II opte plus pour une alternance et tente d’offrir aux joueurs des choses assez différentes mais surtout nouvelle comme cet espèce de puzzle game qui consiste à détruire certaines pièces afin de positionner des pièces d’une seule couleur sur une même ligne qui se supprimera alors. Les pièces détruites provoquent l’écroulement des pièces qui les surplombaient.. Il existe 3 sortes de pièces : les pièces de bronze sensibles à votre tir spécial, les pièces d’argent sensibles à votre tir normal et les pièces dorées insensibles qui ne disparaîtront donc que si vous en alignez 4 horizontalement. Il est évident que si vous arrivez à aligner 4 pièces en bonze ou en argent, elles s’annihileront également. Vous ne devrez donc plus les détruire une à une et vous débarrasserez de ce boss d’autant plus rapidement.

Shikigami No Shiro 2 tire son épingle du jeu mais se place néanmoins derrière Psyvariar 2 et ne vogue certainement pas aux côtés d’Ikaruga, Border Down ou Mars Matrix. Il peut néanmoins représenter un investissement intéressant pour les fans de la Dreamcast en manque de galette pour leur console.

Graphismes : 63%
Il y a un léger mieux par rapport à l’épisode précédent mais les graphismes manquent encore beaucoup d’ambition : certains décors sont largement répétés à grands coups de copiés collés.

Animation : 65%
Quelques ralentissements sont encore à notifier.

Jouabilité : 80%
Le gameplay a au moins le mérite d’être original : les tirs sont améliorés lorsque vous frôlez des missiles et chaques personnages possèdent deux types de tir.

Bande Son : 72%
La bande-son est sympa mais manque un peu de caractère.

Intérêt : 73%
Un bon niveau de difficulté, assez progressive. Heureusement que les programmeurs n’ont pas mis les crédits illimités, cela évitera quelques dérapages.

Note Globale : 70%
Shikigami No Shiro II fait légèrement mieux que son prédécesseur mais essentiellement sur le plan de la réalisation.


NOTE : 07/10