Consoles-Fan
12/12/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3056 articles en ligne

 
Parodius Deluxe Pack
Et No
... des pinguoins, des pieuvres et des cochons.

Comment ? Vous citer un jeu actuel qui procure autant de sensation de plaisir et de choc

Parodius, I miss you !

Il était un temps où Konami savait encore délirer et pratiquer l’autodérision avec brio (ici en parodiant Gradius). Ce temps est aujourd’hui révolu. Konami s’est rangé dans le groupe d’éditeurs sérieux, oubliant les Bishi Bashi Special, Twin Bee et autres Parodius qui autrefois abondaient sur nos étagères. Shoot-them-up délirant : deux mots qui n’ont plus la cote aujourd’hui. Resortir Parodius, c’est se le rappeler, et c’est dur la réalité des fois. Enfin, prenons notre courage à deux mains et rentrons dans ce monde où cochons, pieuvres à casquette, poulets, pandas en tutu et pingouins scaphandriers s’adonnent à la bataille de pelochons dans un univers burlesque mais bourrés à rabord de références que je vous laisse découvrir. Parodius est un shoot, certes, mais c’est aussi un spectacle que l’on redécouvre à chaque fois et que l’on examine attentivement les décors afin de découvrir le détail qui tue parfois au bout de plusieurs centaines de parties et je ne mâche pas mes mots. Jouer à Parodius est pour moi un rituel, une promesse que je me suis fais à moi-même : puisque l’industrie du jeu vidéo nous prive aujourd’hui de tels bijoux, j’y rejouerai encore et encore en m’enfilant tous les épisodes existant d’affilée et croyez-moi, je ne prends pas ça pour une punition !

Un univers riche, coloré et bourré de petites animations rigolotes et délirantes, voici en quelques mots réjouissants le contenu de Parodius Deluxe Pack, à part peut-être qu’ici vous aurez tout en double car Konami nous offre ici une compilation. Nous avons donc le jeu sorti sur PC Engine : la version est donc non-censurée (la fameuse danseuse pousse donc un petit cri tout en remuant son popotin). Les stages ne sont d’ailleurs pas exactement les mêmes que ceux de la version Superfamicom. A cela, vous rajoutez le jeu d’Arcade qui était à l’époque la véritable nouveauté.

La tempête colorée

Les stages se déroulent toujours de la même manière. Vous pilotez un personnage tout ce qu’il y a de plus burlesque : un petit bonhomme sur son avion de papier, un pingouin, un cochon, une pieuvre et vous êtes largué dans l’espace qui serait complètement obscure s’il n’y avait pas ces quelques points colorés sensés représenter des étoiles. Beuuh, quel tableau déprimant. Heureusement, la musique est assez joyeuse ! Puis, au bout de quelques attaques d’escadrille d’objets non-identifiables, Mais si les développeurs se sont montrés si discrets en début de chaque stage, c’est parce qu’ils tiennent à votre santé : si, si ! Les décors et les couleurs châtoyantes prennent alors place doucement. Vos yeux ne seront pas brusqués et pourront d’autant plus s’émerveiller à l’harmonie incroyable qu’est Parodius : un régal. De plus, techniquement, Parodius assure grave : zooms, distorsions et nombreux scrollings différentiels : Parodius est encore aujourd’hui une référence en matière de 2D.

Dans cet épisode de Parodius, vous parcourrez de gigantesques gâteaux, combattrez un sous-marin-chat qui fait référence au bateau-chat du premier épisode... C’est d’ailleurs malheureusement à cet endroit du jeu que sont à déplorer quelques ralentissements présents que ce soit sur Segasaturn, PSone ou Superfamicom puisque le 2eme Parodius est également sorti tardivement sur cette console. A noter que pour la Superfamicom, il ne s’agit pas du Deluxe Pack : il n’y a donc qu’un seul jeu. Cependant, ces ralentissements sont les seuls à déplorer sur Segasaturn. On ne peut pas en dire autant du mode deux joueurs de la version PSone...

Les musiques du jeu sont incroyables et elles sonneront immédiatement à votre oreille puisqu’il s’agit de morceaux populaires puisés un peu dans tous les répertoires mais remis au goût du jour : la symphonie du Nouveau monde en Dvorak version techno, In the Mood de Glenn Miller, Carmen de Bizet, même l’ouverture de Guillaume Tell a été passée à la moulinette !

C’est encore mieux à deux !

Si les deux Parodius sont bien jouables à deux, seul le plus récent l’est simultanément. La première version est restée fidèle à l’originale : on joue chacun son tour et on ne discute pas ;) ! Mais il est en tous cas agréable de constater que le premier épisode qui date tout de même de 1990 n’a pas pris une ride. En tous cas, j’en ai pris plus que lui. Faut dire, ce jeu m’a tellement fait rigoler que ça ne s’arrange pas avec le temps.

Oh, j’oubliais presque de vous parler du gameplay. Si vous connaissez Gradius, vous n’aurez aucun mal à le cerner puique c’est exactement le même, avec un système d’upgrade d’armes an auto, semi-automatique ou manuel. Vous devez ramasser le plus possible d’items afin d’upgrader votre « vaisseau ». Chacun d’eux possède d’ailleurs sa panoplie personnelle mais on retrouve bien entendu les classiques communs à tous : « speed up », « boucliers » et autres « option » (d’autres vaisseaux supplémentaires qui possèdent exactement la même configuration que vous et qui vous suivent à la trace et infligent donc de sacrés dégâts ... Des dégâts, des dégâts - copyright Panique au village - Studios Pic Pic et André - 2003). Pour le reste, Parodius est un shoot-them-up horizontal tout à fait classique. Le déplacement du vaisseau devient agréable et rapide dès que le premier speed up est déclenché.

Les mimiques sont nombreuses, la mise à mort des ennemis est souvent tordante : soit ils sont cramés jusqu’au dernier poil, soit ils sont déplumés, soit ils éclatent en sanglot... a cela vous ajoutez des bruitages burlesques et vous obtenez Parodius, un titre culte pour bien des joueurs qui a usé plus d’un écran de Turbo GT et qui nous rappelle sans cesse qu’il y a jeu vidéo et Jeu Vidéo

Graphismes : 94%
Je cherche encore dans les productions actuelles des jeux aussi colorés.

Animation : 87%
Dans l’ensemble, Parodius n’a pas de problèmes de ralentissements si ce n’est lords de la rencontre du sous-marin-chat qui engendre en se retournant un gigantesque ralentissement présent dans la version Arcade.

Jouabilité : 92%
Comment dire : et si c’était ça le bonheur ?

Bande Son : 90%
Les musiques parodiesques sont dignes des originaux dont elles sont inspirées.

Intérêt : 96%
Vous pouvez y jouer tous les jours sans vous lasser. Deux hits en un !

Note Globale : 94%
Parodius est une série absolument incroyable : il est incompréhensible et intolérable qu’elle s’arrête en si bon chemin !


NOTE : 09/10