Consoles-Fan
10/12/2018

Auteur
  

3056 articles en ligne

 
Ichigeki Sacchuu !! HoiHoi-San
Ca mesure moins de 6 cm
mais

Dans la maison du futur, la domotique se d

Inspiré par le manga du même nom signé par Kunihiko Tanaka (Key The Metal Idol, Xenogear, Xenosaga), Ichigeki Sacchuu !! HoiHoi-San est un jeu mettant en scène une petite fille-robot qui fonctionne sur batteries et qui n’a qu’un désir : faire la peau à tout ce qui a une cuticule chitineuse. (Mais non, pas Teiseken !)

Pour tous les insectes qui font bzzzzzzzzzz, y’a Baygon jaune

Voilà un titre de Konami qui m’avait interloqué dès les premières images et quand on attend trop un jeu, on est bien souvent déçu. Mais dans ce cas-ci, ce n’est pas moi qui ai placé trop haut mes espérances, c’est vraiment le jeu qui ne tient pas la route. Tout d’abord, techniquement, Ichigeki Sacchuu !! HoiHoi-San est indigne d’une PS2. Les stages sont ridiculement petits. Ca aurait été l’occasion de proposer de superbes décors mais les programmeurs de Konami n’ont même pas cru bon de nous mettre le minimum syndical. Comble du tout, le jeu est fort aliasé...

La prise en main est directe et assez simple. Vous parcourez du haut de vos quelques centimètres les différentes pièces de la maison, à la recherche de sales bestioles. Le robot que vous dirigez peut être customisé dans un shop bien achalandé accessible entre chaque stage qui consiste à écrabouiller un certain nombre d’insectes.

Direction donc chez votre copine Kimiko qui tient le shop : Maze Pharmaceuticals. Tout les accessoires, déguisements et autres armes pour votre robot sont accessibles chez elle : du plus kawaii au plus utile en passant par quelques éléments débiles. Bon, même si c’est votre copine, elle ne vous fera pas un petit prix alors pensez à économiser un peu d’argent.

Pistolet ou tapette à mouche, tout est bon pour exterminer les blattes des pièces de la maison. Si certaines seront simples à écrabouiller, d’autres ne se laisseront pas faire. A votre arrivée, elles s’enfuiront à toute allure et la poursuite sera aussi passionnante que dans la réalité. Voilà une manière édulcorée pour vous dire ô combien ce jeu est lassant. Non pas que l’idée soit complètement nulle : elle aurait très bien convenue pour un minigame mais pas pour des heures de jeu !

Pour tous les insectes qui font Krkrkrkrkrkrkr, y’a Baygon vert

En plus, si l’on creuse un peu plus loin, on se rend bien compte que la conception générale de ce titre a été étudié comme pour un minigame. Car en plus d’être très cheap au niveau de la réalisation, l’intelligence artificielle est nullissime. Les insectes se déplacent comme sur un rail. Par exemple, si vous avancez trop prêt d’un insecte, il s’enfuiera. Dans certains cas, il n’est pas la peine de le poursuivre : reculez un peu et il reprendra sa place. Vous pourrez retenter votre coup pour l’écrabouiller ! Un système efficace est l’utilisation du dash suivi d’un coup dans la direction de l’insecte. Si les premiers essais sont infructueux à cause du timing pas encore maîtrisé, les problèmes sont bien vite réglés et le challenge s’évapore pour de bon. Les quelques boss du jeu ne sont pas là pour sauver ce soft, ils n’arrivent qu’à asseoir un peu mieux le jeu dans la médiocrité.

Avec Ichigeki Sacchuu !! HoiHoi-San, les développeurs de silent Hill et de Winning Elevent ont oublié qu’un jeu vidéo, ce n’était pas juste un minigame avec une solide gestion d’items en arrière-plan. Voilà encore un jeu qui va nous faire faire de sérieuses économies ! Mais il est vraiment temps que Konami se réveille car le temps des 16 bits est bien loin...

Graphismes : 45%
Complètement indignes d’une PS2. C’est de la Psone lissée.

Animation : 62%
Tout est fluide mais je n’en attendais pas moins, il n’y a rien à gérer. Les moindres mouvements sont décomposés de manière succinte.

Jouabilité : 35%
Avec un gameplay aussi simpliste, il aurait été intéressant de le parfaire avec par exemple un système de lock. Ecraser certains cafards n’est pas une mince affaire mais une fois le bon timing appris, on finit par s’en sortir.

Bande Son : 38%
Pas très intéressante, plutôt répétitive et en décalage avec l’action malgré son côté gamin.

Intérêt : 19%
Un minigame au prix d’un jeu, c’est sans doute là où le bas blesse. Rapidement lassant, Ichigeki Sacchuu !! HoiHoi-San n’a reçu aucun soin. Les cafards réagissent suivant une routine trop perceptible.

Note Globale : 28%
Ne vous laissez pas enchanter par ses airs kawaiis, Ichigeki Sacchuu !! HoiHoi-San est une vraie plaie.


NOTE : 02/10