Consoles-Fan
18/12/2018

Auteur
  

3061 articles en ligne

 
I-Ninja
Y’a pas que les tortues
Y’a aussi la troisi

Argonaut est vraiment en forme. Les cr

Mélange de Sonic, Monkey ball et Billy Hatcher !

Le gameplay est tellement varié qu’il vous permet de faire de nombreuses actions dans le décor comme courir sur les murs à la façon de Shinobi ou du dernier Prince Of Persia. Notre ninja semble vraiment pouvoir s’accrocher à tout. Il peut même se servir d’un grapin pour se la jouer Tarzan ou pour effectuer de solides U-Turn en haut de camelback mémorables pour se la jouer Sonic. En effet, si le ninja s’accroche à un objet sur sa gauche ou sur sa droite, alors qu’il court comme un fou, il effectuera un demi-cercle qui lui permettra de ne pas quitter la piste tortueuse. Il est vraiment agréable de voir en tous cas des éditeurs développer de nouvelles idées dans les jeux de plate-forme. Cela ne se limite vraiment plus à sauter et à éliminer des ennemis. Des jeux comme Rayman, Sonic Heroes ou Billy Hatcher semblent en tous cas se diriger vers cette nouvelle tendance et I-Ninja semble également vouloir apporter sa pierre à son édifice même si dans le fond, on sent une inspiration très marquée de ces 3 jeux mais aussi de Monkey Ball ! Notre ninja devrait en effet parcourir sur une boule divers rampes ou plate-formes sans tomber. Ces séquences sont vraiment très fraîches car elles font appel à votre adresse tout en vous procurant des sensations de vitesse bien agréables.

Toute cette richesse de gameplay permet à Namco de nous proposer sans cesse des challenges et idées différentes, si bien qu’on est toujours confronté à des situations très différentes. Tantôt c’est de l’adresse, tantôt du combat, tantôt de l’infiltration, tantôt des séquences de vitesse, tantôt du contre-la-montre... I-Ninja est un jeu qui se remet perpétuellement en question. Et s’il surfe sur des concepts déjà visités, le mélange est brillant et bien dosé : on accroche grave ! D’autant plus que les programmeurs ont intégré dans le jeu des stages qui font plus penser à des minigames qu’autre chose.

Les combats sont d‘ailleurs très énergiques et éliminer vos ennemis un à un pour que l’aventure puisse continuer est vraiment très fun. Votre épée pourfend énergiquement les ennemis. Ils laissent derrière eux un liquide volatil vert et nauséabond (non en fait j’en sais rien mais c’est la couleur du liquide qui me le laisse croire). Une attaque rodéo très pratique permet de vous sortir d’affaire lorsque vous êtes encerclé grâce à l’onde de choc que cela provoque. Mais si cela ne suffit pas et que votre vie se résume à une peau de chagrin, vous pourrez toujours déclencher lorsque l’option est allumée une attaque spéciale régénératrice. Une furie que vous contrôlerez est aussi disponible. Les coups que vous porterez pendant ces quelques secondes seront nettement plus puissants.

Mais votre épée sert aussi d‘hélicoptère lorsque vous la faites tournoyer au-dessus de votre tête pour franchir un ravin. Il y a tellement de possibilités dans le gameplay que les programmeurs se sont fait plaisir en vous obligeant à utiliser votre jugeotte pour terminer certains stages. Et pour terminer un stage justement, il faut récupérer un icône, à la manière des étoiles dans Mario. Ces icônes permettent à votre personnage d’obtenir une ceinture d’une autre couleur, illustrant ainsi le level de votre personnage. Votre épée évolue aussi et vous rend encore plus efficace. Mais si certains ennemis parent tous vos coups, tournez autour d’eux ou, plus rapide, lancez leur quelques shurikens à la figure.

I-Ninja est un concentré de bonnes idées avec des boss passionnants, des combats de mécha en vue subjective, des assauts à encaisser sur une plage sans lâcher une parcelle de terrain. Mais I-Ninja a aussi ses lourdeurs, comme par exemple le fait de devoir revisiter les stages identiques avec une mission différente. Rien que pour ça, I-Ninja rate le coche du mégahit : je déteste le remplissage. Dommage car I-Ninja avait vraiment tout pour réussir. Que cela ne vous décourage tout de même pas car vous passeriez tout de même à côté d’un excellent titre.

Graphismes : 77%
Sympas, un peu naïfs mais colorés.

Animation : 88%
De très bon niveau mais les rotations de caméra auraient pu être parfaites. Oui, je sais, je chipote et je suis sévère.

Jouabilité : 94%
Excellent, très intuitif, du fun immmédiatement !

Bande Son : 63%
Un peu répétitive et nerveuse mais elle lasse plus qu’elle n’accompagne bien le titre. Fade !

Intérêt : 85%
I-Ninja est une belle surprise de par sa variété de gameplay et ses nombreuses idées. Dommage que les décors aient été réemployés : la récupération dans les jeux vidéo, c’est pelant.

Note Globale : 87%
I-Ninja a gardé le meilleur des références en la matière.


NOTE : 08/10