Consoles-Fan
18/06/2018

Auteur
  

2958 articles en ligne

 
Fist
Fist u a aucune chance, je danse le mia
Pas assez cher mon Fist

Les petits gars d’Imagineer se sont un jour lev

Avec un nom aussi peu recherché et limite grosse brute, on aurait pu s’attendre à un titre dans le style de Pit Fighter mais les personnages sont dans un pur style japonais. Si en 2D, ceux-ci ont un certain charisme, ils laissent tout leur charme de côté lorsqu’ils revêtent leurs polygones. Fist ressemble très fort à du Toshinden mais en plus cubique. Les jointures des membres sont foireuses. Les décors sont affreusement pixellisés même si le sol n’est pas encore trop raté. Même le fond d’écran en bitmap a été fait à la truelle. Tout ce qui est censé être en transparence n’est en réalité qu’une trame affichant un pixel sur deux. Chaque écran de loading entre les combats est un vrai repos pour les yeux. Même les écrans-titres semblent avoir été réalisés par des amateurs.

Les mouvements de caméra sont parfois en retard sur l’action. Cela a sans doute été fait exprès pour donner plus d’emphase à certains combos assez difficile à réaliser mais c’est pas idéal pour le gameplay ! En plus de cela, les rotations du ring ne sont guère coordonnées avec l’horizon, c’est classique dans les jeux de combat sur 32 bits mais celui-ci ne fait pas exception. Les mouvements des personnages sont assez raides mais le framerate général de Fist est bon. Cela ne pardonne de toute façon pas l’effet pantin.

Certains personnages ont un look rigolo comme par exemple un déguisement de lapin. Si vous faites pause, vous pourrez mieux les admirer sur toutes les coutures en tournoyant la caméra autour d’eux grâce aux boutons L et R. Bouh que c’est laid !

Et le plaisir du jeu, où pensez-vous qu’il soit ? En tous cas pas ici. Fist est un jeu lent, qui manque de pêche. Et ça, pour un jeu de baston, ça ne pardonne pas. Pourtant en choisissant un gameplay proche de Virtua Fighter, on aurait pu encore espérer. On a donc un bouton de garde, un bouton pour le point, un pour le pied et les projections réalisables en appuyant simultanément sur protection et poing. Mais il ne faut pas compter plus de 5 coups par personnage : risible !

Ni amusant seul, ni passionnant à deux, Fist s’envole directement dans le coffre contenant les daubes du monde du jeu vidéo. Coffre dont la clé est caché au fond d’un puit et qu’on espère ne jamais retrouver. Pensez un peu à la tête que nos enfants feraient en découvrant cette horreur.

Si vous achetez ce titre, la seule consolation que vous en tirerez c’est le mini CD avec 3 plages contenant génériques, musiques et dramas. Pendant le jeu, les musiques ne sont pas trop mauvaises non plus mais les bruitages de certains déplacements ressemblent parfois à ceux d’un cheval au trot. En bref, je ne vois vraiment aucune raison pour vous faire acheter ce jeu, si vous en voyez une, veuillez relire cet article !

Graphismes : 13%
Je crois qu’en Saturn, j’ai jamais rien vu d’aussi moche !

Animation : 56%
Ok, mais les mouvements de certains personnages sont risibles.

Jouabilité : 63%
Jouable, oui, intéressant, non !

Bande Son : 61%
Honnête mais certainement pas inoubliable. Voilà, c’est déjà oublié.

Intérêt : 20%
Je vous conseille de l’éviter mais bon peut-être que vous croyez que je dis n’importe quoi, peut-être que vous irez quand même l’acheter et peut-être que je me marrerai.

Note Globale : 23%
En voilà une belle daube. Dommage, Imagineer m’avait habitué à bien mieux.


NOTE : 02/10