Consoles-Fan
19/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3012 articles en ligne

 
Onimusha 3 : Demon Siege
Onimusha...
C’est pas une

Avec Onimusha 3, Capcom a r

En tous cas, un fan de Sakura Wars comme moi ne peut s’empêcher de relever la coïncidence (ou l’inspiration ?) comme quoi le 3eme opus de ces deux séries ont été délocalisées à Paris. Il faut dire que Paris représente au Japon l’exotisme et la fascination. Pour nous, francophones, c’est l’occasion de découvrir dans le jeu de textures un bon paquet de mots en français, ce qui est chose assez rare.

Rajoutez la participation bien rémunérée de l’acteur français le plus international avec Gérard Depardieu : Jean Reno, qui interprète le rôle de Jaku et qui accompagne ici brillamment Samanosuke de retour après son absence dans le second épisode. Ces deux personnages ont un charisme certains et ne se volent absolument pas la vedette l’un l’autre.

Allo Maman bobo !

Qui dit nouveau moteur dit nouvelles claques en pleine figure. La gestion des ombres est fabuleuse : elle épouse précisément la forme des décors. Le soucis du détail est omniprésent, jusqu’aux feuilles d’arbre qui virevoltent lorsqu’un ennemi surgit. Mais ce qui fait réellement plaisir, c’est qu’il y a énormément de décors à visiter et croyez-moi, après avoir joué au deuxième opus, c’est un vrai soulagement. Capcom a tout de même encore un peu abusé sur certains passages où l’on visite et on revisite les recoins mais ce n’est vraiment rien face à l’épisode précédent et cela arrive surtout largement moins souvent !

Les caméras sont positionnées sur des rails à la manière d’un Eternal Darkness ou d’un Lords Of The Rings. Cet artifice permet d’offrir de superbes graphismes puisque la console n’aura pas de surprises à gérer mais le prix à payer est que le positionnement de ces camérés ne permettent pas de voir ce que l’on veut, en particulier de juger l’emplacement de certains ennemis. Bref, cela nuit un peu au gameplay ! Même si les décors sont en 3d, ils sont tellement jolis que l’on croirait du bitmap sauf lorsque la caméra s’approche un peu trop près de certains textures encore malheureusement trop floues. L’aliasing est présent, on est sur PS2, mais la situation n’est guère catastrophique, Onimusha 3 est vraiment dans le haut du panier et si tous les jeux PS2 offraient une telle réalisation on pourrait vraiment s’estimer heureux.

Fréquemment, vous serez amené à changer de personnages, certains vous accompagneront. Cela soulève en tous cas la présence d’une mise-en-scène riche et un gameplay qui varie légèrement d’un personnage à l’autre. Sur la route, vous serez confronté des des puzzle games très amusants mais pas obligatoires, ils vous apporteront simplement du confort dans l’aventure car si vous les résolvez, vous pourrez ouvrir un coffre contenant la plupart du temps un orb augmentant votre jauge de vie ou de magie. On peut en tous cas dire que les puzzles s’améliorent d’épisode en épisode.

Mister Perfect ?

Dire qu’Onimusha 3 est parfait serait vous mentir. Largement plus axé action que les épisodes précédents, les objets que vous découvrirez devront généralement être utilisés dans la minute. Certaines lourdeurs déjà présentes dans les précédents épisodes sont aussi de la partie mais la qualité d’Onimusha 3 permet de faire oublier ces petits défauts plus facilement.

Musicalement, Onimusha 3 est une grosse tuerie mais le mérite revient entre autres à Mozart et son requiem remixé mais les chœurs ont quand même été conservés : ceux qui ont aimé le dernier stage de Fatal Fury 2 apprécieront.

Les programmeurs semblent avoir lorgné du côté de Blue Stinger et Illbleed avec quelques délires dont je vous laisse la surprise. Le mélange de décors appelant la notion de détente et de loisir à l’horreur faire mouche une fois de plus.

Au final, Onimusha 3 et sa french touch méritent vraiment le détour, c’est à mon avis le meilleur de la série même si tous les puristes vous diront de jouer à toute la série pour en tirer un maximum de plaisir même si la règle est cette fois-ci un peu moins vraie que pour un Sakura Wars.

Graphismes : 94%
Superbe, un des plus beaux jeux de la PS2

Animation : 90%
Excellent, superfluide, quelques rares ralentissements sont à relever.

Jouabilité : 94%
Similaire aux épisodes précédents mais très agréable sauf lorsque les caméras sont malicieuses.

Bande Son : 93%
Somptueuse !

Intérêt : 93%
Le meilleur de la série : Capcom a mis les petits plats dans les grands pour la clôturer.

Note Globale : 93%
Acheter Onimusha 3 c’est bien, mais découvrir la trilogie, c’est mieux.


NOTE : 09/10