Consoles-Fan
19/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3012 articles en ligne

 
Radiant Silvergun
Irradiez votre Saturn
Avec le meilleur shoot du monde !

Si vous avez une Saturn, vous avez Radiant silvergun, il ne peut en

On m’a dit que vous vouliez du grandiose

Ce shoot est arrivé comme un cheveu dans la soupe une belle après-midi d’été dans les étalages des magasins. Il ne payait pas de mine avec sa pochette présentant deux vaisseaux en contre-jour sur un ciel coloré surplombant le titre du jeu placé sur un fond noir. A l’époque, personne n’imaginait encore le hit interplanétaire que représentait ce titre dont la cote s’envola rapidement dès que tout le monde fut au courant. Il en fallait un pour chacun ! D’ailleurs avec la sortie d’Ikaruga, les joueurs ont été plus prévoyants : on allait pas leur faire le coup deux fois ! Mais le mal était fait !Radiant Silvergun reste pour beaucoup la référence et même si elle ne l’est pas, voir un Radiant sur 32 bits était à l’époque largement plus impressionnant qu’un Ikaruga sur Dreamcast.

D’abord, Radiant Silvergun a l’avantage d’être un shoot vertical, plein écran, sans devoir retourner sa télé. Il est doté d’un splendide dessin animé de compression assez moyenne pour une Saturn. Mais les shoot-them-up étaient rarement dotés d’introduction aussi travaillée, il ne fallait pas bouder son plaisir.

La Saturn arrivait déjà à la fin de sa vie commerciale et Radiant Silvergun arrivait un peu comme un pied de nez à la Playstation en subjugant la communauté des gamers. Pas si faible en 3D que ça la Saturn ! Mais il aurait fallu montrer cela bien plus tôt ! Des titres comme Digital Dance Mix, Sega Rally ou Virtua Fighter 2 avaient déjà tentés leur coup avec brio mais le nombre de titre offrant une 3D renversante restèrent peu nombreux sur Saturn. Ces titres allèrent tout de même plus loin que les jeux de la Playstation d’abord plus pixellisés, mais souffrant surtout de l’effet flan avec ses textures dansantes.

Dans Radiant Silvergun, on est littéralement absorbé par la claque technique opérée par Treasure. Il faut dire qu’avec Gunstar Heroes sur Megadrive et Sin And Punishement sur N64, Treasure nous a donné l’habitude d’arriver à la fin de la vie commerciale de la console pour frapper un grand coup ! Non seulement les décors sont grandioses, mais en plus le nombre de sprites à l’écran est élevé. Les mouvements de caméra sont très nombreux et carrément planants. Si elle se stabilise, c’est pour mieux prendre de la vitesse. Le stage 2A : Reminiscence est à ce propose complètement culte et hallucinant lorsqu’on survole des immeubles à vive allure au tout début. Radiant silvergun est à l’heure actuelle un des shoot-them-up les plus audacieux au niveau de la mise-en-scène.

Des incrustations de fenêtre illustrent le dialogue des différents protagonistes du jeu. Si cela ne vous plait pas, vous choisirez le mode Arcade à la place du mode Saturn. De plus, dans le mode Arcade, il vous sera demandé de choisir entre le stage 2 et le stage 4. vous devrez donc reccommencer le jeu pour découvrir tous les stages du jeu. Cet artifice peut être contourné en jouant au mode Saturn.

Warning : No Refuge !

Et le gameplay alors ? Parce que finalement c’est bien joli toute cette poudre aux yeux mais qu’en est-il du gameplay ? Vous possédez 7 types d’arme disponibles quand vous le souhaitez. Si Radiant Silvergun ne se soucie pas de la couleur des tirs et des vaisseaux comme c’est le cas pour Ikaruga, il faut reconnaître que ce dernier est battu à plat de couture en ce qui concerne les armes embarquées. Le bouton A renferme un tir classique : des sortes de pointes enflammées. Le bouton B relâche des tirs à tête chercheuse verts et assez électriques. Le bouton C vous permet de relâcher des tirs bleus très dévastateur sur les côtés de votre vaisseau mais légèrement en avant : il ne s’agit pas de tirs horizontaux. En touchant leur cible, les tirs explosent en libérant une large boule très destructrice. Ces tirs peuvent automatiquement être transformé en boule pour créer un bouclier proche de votre vaisseau : Elles se forment à chaque fois que vous relâchez le bouton C. Il faut donc laisser le bouton C appuyé pour tirer loin. Ce tir n’est pas pratique mais peut se révéler très utile pour forcer le passage ou pour atteindre des ennemis latéraux. En maintenant A et B enfoncé, un rayon laser balaye votre écran. Son amplitude augmente avec le level des armes. Le level augmente au plus vous utiliser l’arme en question ! Appuyer sur A renforce donc votre arme A. si vous choisissez d’appuyer sur deux boutons, l’augmentation de level est partagé par les deux armes. Ce level est constamment connu puisqu’il est affiché en haut de votre écran, vous pouvez donc choisir d’équilibrer vos armes ou sciemment privilégier votre préférée. Appuyer sur B et C créera autour de votre vaisseau un système de lock automatique qui libèrera sur vos ennemis toute une série de tir : cette technique est très intéressante contre certains boss. Si vous optez pour A et C, c’est que vous avez le goût des positions inconfortables, mais qu’il en soit ainsi, c’est aussi prévu . Dans ce cas, vous protégez vos arrières avec un large tir comparable au tir A. Un fin tir reste tout de même dirigé vers l’avant, au cas où ! Reste enfin le tir A+B+C qui consiste au tournoiement d’une épée virtuelle autour de votre vaisseau. Elle massacre vos ennemis mais absorbe aussi les tirs roses de vos ennemis. Lorsque vous en avez suffisamment absorbé, vous pourrez déclencher une superbe attaque spéciale. Une épée en 3D énorme semble alors s’écraser sur tous vos ennemis avant de se consumer en 3D fil de fer. Conscients qu’appuyer sur les 3 boutons n’est pas la chose la plus pratique qui existe, les petites gars de chez Treasure ont placé un raccourci sur la gachette R.

A

B

C


A + B


B + C

A + C


A + B + C ou R


A + B + C ou R lorsque votre jauge de magie est pleine : l’attaque spéciale en forme d’épée en 3D fil de fer se déclenche


Score attack addicted

A part Spriggan en PC Engine, vous connaissez beaucoup de shoots à proposer un tel armement ? D’autant plus qu’il évolue, ce qui rendra vos première parties périlleuses ! Mais arrivé à un certain level, vous passerez dans radiant Silvergun comme dans du beurre. Avant d’y parvenir, il faudra recommencer plusieurs fois car vos crédits ne sont pas illimités ! Et n’allez surtout pas croire que le jeu perd de son intérêt une fois qu’il est terminé. Votre arme se renforcera encore et vous pourrez passer au score attack et découvrir tous les petits secrets du jeu. Ainsi Treasure à caché dans les stages des chiens qui aboient lorsque vous les découvrez à l’aide d’un de vos tirs. Ils vous rapporteront énormément de points ! Et puis quand on a une arme bien dévastatrice, c’est plus facile de réaliser des chains en détruisant des séries de vaisseaux sans interruption ! Si au début vous serez tenté de détruire les boss, vous découvrirez bien vite que vous pouvez détruire le noyau d’un boss pour vous en débarasser sans pour autant faire un perfect qui vous rapporterait bien plus de point. En sélectionnant les bons tirs, vous viendrez à bout de chaque élément du boss, et c’est seulement alors que vous pourrez vous vanter de l’avoir détruit à 100%. Entraînez-vous car le nombre de boss est incalculable ! A certains passages, ce n’est plus que de la succession de boss. Ceux-ci, entièrement modélisés en 3D, sont très impressionnants. Je vous raconte même pas le boss final aux moultes transformations : du jamais vu dans le monde du jeu vidéo, ça dure encore et encore. Une fois battu, on a vraiment eu l’impression d’avoir lutté. C’est pas du boss de gnognotte qui disparaît au bout de deux minutes ça madame ! Sa dernière transformation m’a d’ailleurs fort fait penser au dernier boss de Gunstar Heroes. En plus la caméra se positionne étrangement en fonction de la position de votre vaisseau. Le rendu est vraiment étonnant !

Radiant Silvergun est une superbe démo technique des capacité de la Saturn. Je me demande quel effet spécial n’a pas été exploité ! Des effets de lens peut-être ! Car il y a de la transparence, des rotations à gogo, des distorsions et des effets semblables au Mode 7 de la Supernintendo. Rajoutez à cela de la splendide 3D, des couleurs magnifiques et des thèmes musicaux absolument incroyables, rythmés ou symphoniques, et vous obtenez le champion du monde du shoot-them-up par KO dès les premières secondes du premier round ! Jouer à Radiant Silvergun et puis mourir.

Graphismes : 93%
Un des plus beaux jeux de la Saturn, bourré d’effets spéciaux. La 3D est incroyablement fine, encore aujourd’hui, Radiant Silvergun tient tête aux autres shoots actuels !

Animation : 93%
Superfluide, le jeu ne ralentit que pendant les explosions finales des boss, on peut même se dire que ça a été fait exprès.

Jouabilité : 97%
Un des shoot-them-up les plus complets au niveau de l’armement.

Bande Son : 98%
Une sublime bande-son qui vous reste dans la tête aprèss toutes ces années tant elle est harmonieuse, symphonique et parfois très grave.

Intérêt : 97%
Une durée de vie plus qu’honorable pour un shoot : ça nous changé des 15 minutes montre en main habituelles. Je ne peux même plus vous dire combien de fois j’ai terminé ce titre.

Note Globale : 96%
Peut-être bien le meilleur shoot-them-up du monde.


NOTE : 09/10