Consoles-Fan
19/04/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2926 articles en ligne

 
Shutoku Battle
Qu’il est chou ce Shutoku
Shutoku,

Les jeux de course offrent rarement des originalit

Donc cette fois-ci, nous n’avons pas affaire à un jeu de course avec une ligne de départ et d’arrivée. Un stage peut durer 20 secondes si vous faites mordre la poussière à votre adversaire tout comme il peut dure beaucoup plus longtemps si vous êtes au coude à coude.

Un circuit

Le principe de ce jeu est en fin de compte très prenant car il va falloir rester très concentré pour progresser dans le jeu. Seulement voilà, l’intégralité du jeu se déroule sur une reproduction du périphérique de Tokyo. Un seul stage donc, avec un mode reverse. Tout cela est bien maigre et je dois bien avouer que c’est en partie pour cela que je n’ai pas accroché à ce jeu. Jouer pendant des heures dans le même décor pouvait se concevoir au début des années 80 mais là franchement je ne vois pas qu’est-ce qui a pu empêcher les développeurs de proposer d’autres circuits.

Graphiquement le jeu est assez moyen. Tout d’abord le jeu se déroule intégralement de nuit, les programmeurs peuvent ainsi effacer pas mal de détails du jeu. On aurait pu imaginer que ces derniers auraient éclairé les bâtiments, mis des enseignes lumineures un peu partout, un peu comme dans MSR, mais il n’en est rien. Les décors sont désespérément ternes. Le toit du tunnel est noir, comme ça évidemment, y’a pas besoin de le dessiner... On repère également un espède de clipping ignoble avec une image bitmap en basse résolution. Heureusement, ce défaut n’apparaît que pendant les replays.

Mr Propre !

Les carrosseries des voitures sont par contre très brillantes, j’aurais même tendance à dire trop. Alors dans l’absolu c’est bien parce que ça nous montre que la Dreamcast en a dans le ventre mais dans la réalité on voit rarement des voitures briller autant, mais comme actuellement les développeurs font la course la brillance la plus éclatante sur les voitures, on ne peut pas vraiment leur en vouloir de faire de l’excès de zèle.

Les lumières de l’éclairage d’appoint et les phares des voitures laissent des trainées derrière elles qui accentuent l’effet de vitesse. Cela donne un peu ce que vous obtenez lorsque vous prenez une photo de nuit et que vous constatez des traînées lumineuses créées par les phares des véhicules.

Coté animation, rien à redire puisque tout tourne ici en 60 images par seconde. Je peux aiussi pardonner les quelques faiblesses graphiques du soft. Mais par contre, j’émets de gros doute sur la durée de vie d’un tel jeu. Un circuit, aussi long soit-il, c’est vraiment trop peu.

Graphismes : 68%
Des graphismes très vides et ternes.

Animation : 92%
L’asphalte glisse littéralement sous vos roues...

Jouabilité : 84%
La maniabilité est assez réussie. On se faufile facilement entre les voitures pour semer son rival.

Bande Son : 92%
Une excellente bande son dans le style "pop japonaise".

Intérêt : 60%
Après quelques heures de jeu, le manque de découverte fait que la lassitude s’installe.

Note Globale : 67%
Shutokou Battle innove dans son principe de jeu mais proposer un seul circuit au joueur relève presque d’une mauvaise blague.


NOTE : 06/10