Consoles-Fan
19/09/2018

Auteur
  

3012 articles en ligne

 
Alias
Vous regardez trop la t
Allumez votre console

Les s

Comme premier contact avec un jeu on a déjà vu mieux. Le jeu est aliasé et pourtant nous sommes bien sur Xbox mais pour rattraper ce défaut, il faut avouer que les décors sont joliment bien faits. Ce jeu d’espionnage va vous faire pénétrer dans une histoire plutôt réaliste : point de gadgets exagérément surfaits, les moyens du bord existent et sont même parfois accessibles au grand public : PDA... Cela sonne un peu mission d’espionnage avec les moyens du bord mais cela nous change clairement des voitures munies de lance-missiles. Tous ces objets sont facilement accessibles dans un menu de sélection déroulant. Heeeey ! Mon brushing !

Hello Sydney, remember me ?

Vous incarnez Sydney, étudiante en journée, agent secret la nuit. Comme les rédacteurs de Consoles-Fan finalement, elle ne dort pas des masses mais cela ne lui empêche pas de mener à bien des missions pour le compte de la CIA (du moins c’est ce qu’elle croit : hin hin hin) grâce à ses connaissances en arts martiaux. Mince, j'ai mang

Sydney dispose de moultes actions mais la voir s’accroupir et marcher en canard avec des talons hauts est un pur bonheur tant c’est absolument grotesque. Avec des séquences d’aventure, d’infiltration et de pure fight, Alias tire bien son épingle du jeu même s’il surfe sur des composantes classiques. La présence d’un bon scénario est en tous cas un bon moyen de scotcher le joueur à l’écran. Mais les programmeurs ont intégré quelques autres idées intéressantes. Par exemple, une jauge de froid a tendance à ralentir notre demoiselle ( en petite tenue évidemment) : elle ne peut donc plus courir et risque d’échapper moins facilement à d’éventuels gardes. Z'avez rien en t

La plupart du temps, il est préférable de rester furtif afin d’éliminer les gardes de la manière la plus sécurisée. Et pour paraître furtif, vous disposez d’un costume sombre bien pratique qui vous permet de vous cacher dans les zones d’ombre mais qui vous permet aussi de résister à des basses températures. Par contre, vous ne pourrez pas vous déplacer en public sans vous faire repérer en tant qu’agent secret ! Le reste du temps, il faudra donc utiliser votre déguisement qui vous permet par exemple de vous fondre parmi le personnel et de mener ainsi votre enquête bien tranquillement. Il est évident que vous serez aussi plus efficace au combat avec une tenue adéquate. De grâce : bannissez les hauts-talons !

I'm too sexy for my love !

T'as pas envie de faire des galipettes ?

Mais si un jour vous jouez à Alias, vous découvrirez bien rapidement que ce jeu souffre du phénomène « licence », à savoir que l’on prend une belle licence bien juteuse qui fait sonner le tiroir caisse et une équipe de programmeurs manchots qui arrivent néanmoins à vous concocter une réalisation très correcte mais qui n’ont pas l’âme de joueur en eux et vous pourrisses un gameplay en deux temps trois mouvements. Confus, comme pas permis, Alias va vous décourrager vite fait. Merci quand même d’être venu.

Elle a tout pour polaire, dommage qu'elle soit un vrai gla

Graphismes : 76%
L’aliasing assez présent est rattrapé par des décors très réussis.

Animation : 56%
Fluide mais incroyablement mal motion capturé, si ça a été fait ! Les combats sont décomposés en plein de jolis mouvements pas crédibles du tout et d’une lenteur défiant les lois de la gravité.

Jouabilité : 16%
Ca dépend vraiment des moments mais personnellement, les passages avec gestion d’arme à feu m’ont saoulé.

Bande Son : 72%
Pas trop mal, très typé série télé.

Intérêt : 37%
Avec son gameplay incroyablement bordélique, Alias ne mérite vraiment pas le détour. Encore un jeu à licence qui ne mérite que ce qu’il a.

Note Globale : 24%
Méfiez-vous des sites qui vous conseillent ce jeu car là, on peut vraiment douter de leur indépendance.


NOTE : 02/10