Consoles-Fan
24/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2890 articles en ligne

 
Ultimate Fighting Championship
Quand je donne des coups
C’est pour du vrai !

La premi

Et que je te distribue des baffes

Les premiéres minutes du jeu sont un vrai régal pour les yeux. Lors de la présentation des protagonistes, ces dernier déboulent tranquilement dans l’arène. Les protagonistes en 3D temps réel se promènent sur un film en image de synthèse, exactement comme dans Space channel 5. Le résultat à l’écran est une vraie réussite, il faudrait que les éditeurs se mettent de temps en temps à utiliser cette technique quand cela est possible. Malheureusement, les programmeurs se sont limités à utiliser cette méthode uniquement pendant la longue phase de présentation. Et l’on peste lorsqu’on découvre que le jeu sera entièrement en 3D temps réel et donc légèrement moins beau qu’on ne l’avait espéré. Par exemple, le public est en 2d et il boude de façon moins fluide que pendant la présentation.

La déception doit cependant être nuancée. Les rings sont tout de même très bien fichus et les personnages également, surtout leur visage qui exprimment particulièrement bien la douleur.

Et que je te mets mon pied dans la figure

Les premiéres parties sont plutôt surprenantes. Le jeu paraît très bourrin. Rapidement, on se retrouve au tapis et le KO n’est alors plus très éloigné. C’est un reproche que l’on peut faire au jeu, les matchs sont plutôt courts, comme vous pouvez le constater sur la vidéo linkée plus bas ! Par après, on commence à feinter et à tenter de projeter l’autre sur le tapis (où il est rarement possible de se débattre sans avoir perdu un bon paquet d’énergie) Le jeu devient alors plus stratégique et on devient plus prudent, on joue au chat et à la souris. Toute la finesse repose en fait sur le fait de mettre son adversaire à terre (sans se faire prendre soi-même) pour en suite le rouer de coups.

Quelques parties suffiront pour vous mettre en condition et devenir le roi des distributeurs de claque. Quelques parties suffitont également pour être à même de terminer le jeu en mode UFC. Heureusement, il vous reste quelques autres modes comme le mode tournament, champion road, carreer... dans ce dernier, vous pouvez fabriquer votre propre combattant. Mais tout cela n’offre en fin de compte rien de bien excitant.

Et que je te fais valser dans les airs

Ultimate Fighting Championship est un jeu à la réalisation exemplaire mais qui ne sert pas un grand intérêt de jeu. Les enchaînements sont plutôt violents, mais malheureusement uniquement violents. Même si ce n’est pas tout à fait le même genre de jeu, la grâce d’un Soulcalibur, d’un Virtua fighter ou d’un Dead Or Alive fait tout de même plus plaisir à voir qu’une simple bastonnade qui réjouira peut-être les assoiffés de sangs et de violence gratuite.

Graphismes : 91%
Une très bonne réalisation. Plein de détails et d’animation dans les décors. Les personnages ne sont pas particulièrement charismatiques, ils prêtent même à rire pour leur côté un peu kitch (surtout la nunuche qui passe avec un panneau entre les rounds) mais leur visage est bien travaillé.

Animation : 88%
Pas de problèmes de ralentissement mais des personnages qui ont parfois tendance à glisser sur le ring et à avoir un comportement de pantin.

Jouabilité : 80%
Le jeu est très maniable même s’il est parfois difficile de se débattre une fois au sol.

Bande Son : 70%
A part les bruits de la foule et des coups, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent.

Intérêt : 65%
UFC est un jeu ennuyant et sans grand intérêt.

Note Globale : 69%
UFC est un beau jeu, jouable, mais à l’intérêt très limité. Je n’imagine personne passer des heures et des heures sur ce titre à moins peut-être d’être un fanatique de ce sport extrême.


NOTE : 06/10