Consoles-Fan
19/04/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2926 articles en ligne

 
Espgaluda
Et voil
Ah bravo messieurs du jeu vid

Sur PS2 je n’ai pas encore trouv

Outre le simple bouton de tir que vous pouvez laisser enfoncé et qui asperge vos ennemis de manière diffuse et plus ou moins puissante en fonction du nombre de power up ramassés. Un second tir plus puissant et plus concentré est aussi disponible mais il ralentit votre vaisseau : on reconnaît bien là la touche Donpachi. Votre vaisseau ralenti aura d’autant plus de mal à se faufiler entre les hordes de missiles qui forment un superbe ballet à l’écran et innovent dans les effets visuels de manière fort jolie. Les tirs semblent parfois former des courbes qui se disloquent et donnent parfois l’illusion d’animations avec de jolis effets de perspective de diverses torsades ou autres formes éphémères.

Bullet Time

Matrix a fait des émules. Voici l’arrivée du bullet time dans le monde du shoot-them-up ;) En déclenchant ce « bullet time », votre vaisseau sera entouré d’une jauge circulaire représentant la durée restante pendant laquelle il est possible de laisser activer votre bullet time. Tant qu’il vous reste peu de jauge rose, vous pouvez activer et désactiver cette option comme bon vous semble. L’action est donc sensiblement ralentie, ce qui est très utile pour éviter certains passages surhumains, et même avec cet artifice, ce n’est pas toujours très simple !

Le fait de déclencher ce bullet-time provoque une jolie déflagration visuelle, discrète et totalement inoffensive, comme pour valider l’ordre que vous venez de donner. Le jeu ralentit donc et les missiles ennemis deviennent roses. Si vous détruisez un ennemi alors que les missiles qu’il vous a envoyés sont encore visibles à l’écran, ceux-ci se transforment en bonus que vous récupérer immédiatement pour gonfler votre réserve de points.

Pendant le bullet time, chacuns de vos tirs sont modifiés et si vous vous faites toucher, vous serez invulnérable pour autant qu’il vous reste un peu de jauge magique (j’y reviens au paragraphe suivant). C’est cette jauge qui encaissera donc à votre place, libérant un tir sympatoche. Lorsque cette jauge est pleine, elle peut tout de même vous protéger deux fois ! Sachez cependant que lorsque la jauge de bullet time est vide, seul le jeu reprend sa vitesse normale, tout ce dont je viens donc de vous parler reste accessible que votre jauge soit pleine ou non.

Comme promis dans le paragraphe précédent, je m’en vais un peu vous parler de la grosse magie destructrice du jeu. Celle-ci ne consiste pas pour une fois à balancer une grosse bombe autonettoyante d’écran qui ferait rougir de honte Mr. Propre. Non ! Il faut plutôt chercher l’inspiration du côté de chez Mars Matrix. Lorsque vous déclenchez cette arme, un large bouclier grossissant se place autour de votre vaisseau. Il vous rend invulnérable mais il pompe aussi l’énerge de vos ennemis ainsi que de leurs tirs. Plus longtemps vous laissez votre bouclier allumé, plus vous userez ça jauge d’énergie : quoi de plus normal. Mais vous risquez de capturer un maximum (débrouillez vous pour que ça soit le cas en tous cas) de tirs ennemis. Ainsi, lorsque vous relacherez le bouton du bouclier, vous libèrerez une puissance de feu dont la puissance sera proportionnelle aux éléments antagonistes que vous aurez pu absorber !

En résumé, si vous êtes suffisamment alerte, vous pouvez déclencher vous même le bouclier en cas de pépin plutôt que de compter sur votre protection automatique lorsque vous avez choisi ce mode plus gourmand en énergie lorsqu’il se déclenche !

Côté réalisation, Espgaluda tient ses promesses et même mieux. On était en droit à s’attendre à une réalisation du type de Gunbird ou de Donpachi mais Cave a revu son cahier des charges à la hausse en présentant un jeu dont les décors sont très détaillés et fourmillent de petites animations. Les boss modélisés en 3D sont magnifiques et bénéficient d’une animation des plus fluides. On ne peut que pester finalement sur les loadings un peu longs et les ralentissements encore trop nombreux du soft. Et qu’on ne vienne pas me dire que les ralentissements sont volontaires pour pouvoir effecuter des slaloms entre un afflux trop important de missibles, car j’ai effectué plusieurs tests assez convaincants du contraire. Par exemple, lorsqu’on arrête de tirer en plein ralentisssement, celui-ci disparaît comme par enchantement, pourtant les missiles sont toujours là en grand nombre pour vous faire la peau !

Les couleurs utilisées par Cave sont splendides. Le design character est lui aussi superbe est fait oublier le fait qu’on ne puisse choisir qu’entre deux personnages ailés aux caractéristiques heureusement différentes. Du côté de la bande-son, c’est quand même moins folichon. Le son n’est pas clair comme du cristal et Crave a opté pour un style musical assez proche de la dance du début des années 90. Mais malgré les défauts d’Espgaluda, Cave a enfin réussi à me faire adorer un shoot sur la console de Sony et rien que pour ça je les en remercie.

Graphismes : 83%
Très joli et plein de caractère.

Animation : 68%
Ca rame une fois de plus...

Jouabilité : 90%
Voilà un shoot qui n’innove pas vraiment mais qui regroupe énormément de concepts en un seul titre, de quoi le rendre techniquement très intéressant.

Bande Son : 71%
vous aimez 2 unlimited ?

Intérêt : 77%
Le problème est qu’une fois de plus, ce shoot a une durée de vie assez courte, le tout est de ne surtout pas utiliser les crédits infinis, vous tueriez le jeu en 15 minutes ! En tous cas, on y revient !

Note Globale : 80%
Eh bien voilà, c’est pas si compliqué que ça de faire un bon shoot !


NOTE : 08/10