Consoles-Fan
18/10/2019

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3123 articles en ligne

 
Super Mario Sunshine
Let the sun shiineeee !
Les vacances d’

Nul doute que ce nouveau volet des aventures de Mario fut tr

Après d’éprouvantes aventures, notre plombier moustachu part en vacances pour un repos bien mérité. Si il fait le bien, le hasard fait aussi parfois mal les choses ; puisque Mario se retrouve impliqué dans une étrange affaire de délinquance sur l’île Delfino. Accusé d’avoir tagué la majeure partie de l’île et pris les soleils de l’île Delfino, notre héros aura pour tâche de retrouver tous les soleils et de nettoyer l’île Delfino grâce à un bien curieux appareil : le J.E.T . Exit donc les étoiles, mais comparé à Mario 64 le principe reste globalement identique : après avoir choisi un niveau, différentes missions sont à effectuer pour récupérer les soleils, qui illumineront à nouveau l’île Delfino.

Les niveaux accessibles depuis l’île Delfino, qui sont au nombre de huit (en exceptant l’aéroport), sont pour la plupart assez vastes, ce qui rend assez longue l’exploration pour retrouver les pièces, les tags et autres éléments à découvrir. Les missions, par contre, laissent un sentiment particulièrement mitigé. Alors que la plupart de celles-ci sont très intéressantes, d’autres sont véritablement ennuyantes comme par exemple les poursuites contre Antimario ou encore les courses contre Il Piantissimo (de plus, ces différentes missions sont présentes dans chaque niveau). Dans ces deux types de niveau, vous aurez respectivement à courir en arrosant votre double maléfique, et à faire une course pour arriver en un point donné (sans trop de mal d’ailleurs) avant l’athlète Pianta,Il Piantissimo. Autre type de mission que l’on retrouve systématiquement : la recherche de huit pièces rouges éparpillées dans les niveaux et des séquences de pure plate-formes 3D. Pendant ces dernières, vous êtes dépourvu de votre J.E.T, et vous devrez le plus souvent faire preuve de dextérité pour atteindre la fin du niveau car les chutes sont fréquentes et la moindre erreur se révèle fatale. Ce dernier type de mission apporte des sensations assez sympathiques et non ressenties depuis le dernier épisode des aventures du plombier à casquette. Enfin, notons aussi l’intérêt une nouvelle fois de récupérer 100 pièces dans un niveau pour récupérer un shine supplémentaire. Si Mario Sunshine semble être avant tout une histoire de soleils, n’en oublions pas l’importance des pièces. Outre les traditionnelles pièces jaunes permettant entre autre de reprendre de l’énergie, il y a aussi les pièces bleues qui permettent de récupérer des shines à raison d’un shine pour dix pièces bleues. Ces pièces sont éparpillées à la fois sur l’île Delfino et dans les différents niveaux, elles peuvent être obtenues en effaçant des tags, en arrosant des oiseaux bleus ou encore en allant les dénicher dans des endroits difficilement accessibles. Cette quête longue et périlleuse pour retrouver toute ces pièces assure à Mario Sunshine une durée de vie très longue si vous désirez vraiment finir le jeu à 100%. Au système de jeu identique à celui de Mario64, on retrouve également une maniabilité excellente. Vous pouvez diriger Mario au doigt et à l’oeil comme à l’accoutumée. Mais Mario Sunshine n’est pourtant pas un jeu parfait en ce qui concerne la jouabilité. Le premier problème serait tout d’abord celui des caméras dans certains niveaux comme au Parc Pinna par exemple. Rien de plus rageant que de se prendre la tête avec ces foutues caméras lors de passages très importants du jeu. Enfin, un autre problème serait les passages avec Yoshi, ce fichu animal se révèle par moment bien difficile à manier notamment en sautant dans les airs. Problèmatique surtout dans les niveaux où vous aurez besoin de celui-ci, et sachant que celui-ci meurt dès que vous tombez à l’eau.

Avec ce nouvel opus, Mario a acquis de nouveaux mouvements, qui si ils paraissent inutiles restent très simples à effectuer. De plus, si quelques effets peuvent sembler d’ordre esthétique comme le fait de voir Mario perdre sa casquette ou encore de le voir tout sale ; ceci reste crucial car fait perdre de la vie au plombier. Et il est vrai qu’il aura la vie dure le plombier, avec huit missions par niveau plus tous les shines à récupérer sur l’île ou encore avec les pièces bleues, finir le jeu à 100% demandera beaucoup de temps. La durée de vie du soft est en fait d’une bonne quinzaine d’heures pour finir le jeu sans obtenir tous les soleils, et beaucoup plus si vous désirez vraiment tous les obtenir.

Le style graphique de Mario Sunshine reste d’un ton assez enfantin (orientation enfantine renforcée d’ailleurs avec quelques textes très cul-cul la praline). Les décors sont très détaillés, et très colorés. Ceux ci sont en fait pour la plupart magnifiques. Mention spéciale pour l’animation de l’eau qui est tout bonnement fabuleuse. En bref, avec Mario Sunshine, on se croirait presque en vacances sur une île paradisiaque ! Pour ce qui est des personnages, on peut noter comme toujours l’extrême simplicité du design des ennemis ou même des personnages tiers comme les Pianta, sans pour autant enlever de la vie et du charme à ces derniers. En ce qui concerne la musique, ce Mario Sunshine reprend pour notre plaisir quelques bruitages et thèmes des précédents épisodes. Sinon, les nouvelles musiques sont assez calmes et collent parfaitement à l’ambiance du jeu.

En conclusion, Mario Sunshine constitue un très bon jeu de plate-formes ; mais présente contrairement aux précédents opus des imperfections notables. Quoi qu’il en soit, ce titre demeure incontournable sur Gamecube. Il serait totalement inconscient pour les fans de plate-formes de passer à côté de ce jeu !

Graphismes : 9/10 Rien à redire. Les décors sont tout simplement magnifiques, les personnages bougent à la perfection, etc... L’un des jeux les plus aboutis graphiquement sur Gamecube.

Jouabilité : 8/10 Gasp, seulement 8 ? Bien oui, et c’est là que Mario Sunshine déçoit, la jouabilité contient quelques imperfections dans cet épisode. Enfin, ne nous affolons pas, notre ami Mario se déplace avec une facilité sans égal comparé à d’autres héros de plate-formes.

Bande Son : 8/10 Les anciens thèmes et bruitages font franchement plaisir. Quant aux musiques exotiques, celles-ci nous mettent encore plus dans l’ambiance estivale propre au jeu.

Intérêt : 9/10 Mario Sunshine fait office d’incontournable sur Gamecube. De quoi ensoleiller encore plus vos vacances d’été ou encore illuminer vos longues soirées d’hiver.


NOTE : 09/10