Consoles-Fan
24/09/2018

Auteur
  

3018 articles en ligne

 
Anarchy In The Nippon
Dans deux minutes c’est l’anarchie
Nippon ni mauvais

Largement m

Je n’hésiterai donc pas à comparer ce titre à un Last Bronx, un Virtua Fighter 2, un Fighter Megamix ou encore à un Dead Or Alive même si la modélisation est légèrement moins bonne et même s’il y a de temps en temps des petits bugs d’effacement de polygones au niveau des jointures. La palette de couleurs qu’utilise Anarchy In the Nippon est en tous cas très proche de celle utilisée dans la plupart des jeux d’Arcade de Sega. Les graphismes sont en haute résolution et cela fait vraiment plaisir à voir pour une machine soit disant pauvresse en 3D. Il faudra un jour qu’on m’explique comment elle fait pour afficher toutes ces superbes choses à l’écran. Sans doute fallait-il du talent pour programmer une Saturne comme il faut mais une fois maîtrisée, la bête crachait toutes ses tripes avec une fluidité incroyable.

Techniquement, le jeu se situe donc un peu en retrait des titres précités mais il propose des atouts indéniables comme par exemple l’utilisation de véritables coups inspirés d’arts martiaux. Par contre, il n’y a que 8 personnages sélectionnables pas toujours très beaux à voir et donc la transposition 2D - 3D à l’écran de sélection est parfois bien mystérieuse. C’est d’autant plus dommage que leur modélisation est tout à fait réussie et les visages sont même animés. Mais finalement, ce qu’on demande à un jeu de baston c’est d’être bien énergique et technique Anarchy In The Nippon répond à cette norme.

Le gameplay est assez proche de Virtua Fighter avec un aspect supplémentaire anti-fuite, non pas que les combattants se battent en Pampers mais ils ne peuvent pas choisir la carte de l’anti-jeu en fuyant leur adversaire pour éviter la confrontation et ainsi jouer sur le temps. Si vous reculez trop rapidement, vous tomberez sur votre popotin, vous plaçant dans une situation très délicate alors gare au retour de flamme les lâches et les peureux ! Agrippez plutôt votre adversaire de face ou de dos, cette technique est assez efficace.

Les décors que proposent Anarchy In The Nippon sont de simples bitmaps qui zooment légèrement et d’un sol qui constitue le ring infini. Les thèmes sont assez classiques : le port, la cours d’école, le toit de l’école... En tous cas, ils sont suffisamment variés que pour être appréciés.

Plus joli que Tekken mais moins attachant à cause du design character très médiocre, Anarchy Of The Nippon saura néanmois trouver son public auprès des fans d’arts martiaux.

Graphismes : 78%
Techniquement, c’est un des plus beaux jeux de combat de la génération 32-bits, aux côtés de Dead Or Alive et de Virtua Fighter 2. Malheureusement, le design character est un peu laid. On a même presque l’impression que c’est fait exprès, ils ont tous des tronches pas possibles, mais l’aspect délirant du soft absent sur tous les autres aspects laissent à penser qu’il s’agit plutôt de mauvais goût.

Animation : 92%
Excellente, fluide, les mouvements sont réalistes. D’ailleurs les coups s’inspirent directement des différents arts martiaux.

Jouabilité : 92%
Un gameplay à la Virtua Fighter

Bande Son : 70%
Assez passe-partout, parce qu’il en fallait bien une !

Intérêt : 90%
Excellent jeu technique qui ravira les amateurs d’arts martiaux.

Note Globale : 87%
Ce jeu de combat qui prend place dans un univers scolaire verra s’affronter étudiants et professeurs : à tester sans hésiter.


NOTE : 08/10