Consoles-Fan
21/10/2018

Auteur
  

3032 articles en ligne

 
Adventure Island
On a voulu lui dire que la vie est dure
Moi je me bats pour la vie dure qu’est l’aventure.

Le plus c

Et c’est bien sur ce principe que repose tout l’intérêt de Adventure Island qui ne vous laisse aucun droit à l’erreur sous peine de recommencer le stage du début à moins que vous ayez franchi un des 4 check point. Pour compenser ce non-droit à l’erreur, ceux-ci sont assez rapprochés et il suffira parfois pour franchir les passages délicats d’apprendre par cœur certaines sections dont les évènements arrivent toujours dans le même ordre et au même moment.. Une fois le stage terminé, il est comme validé et lorsque vous n’aurez plus de vie en réserve, vous ne serez pas forcé de le recommencer, sauf si vous éteignez votre Gamecube ! Les sauvegardes ne s’exécutent que tous les 4 stages, ponctués par un boss, toujours le même certes, qui change de tête et de techniques de combat à la limite... Tout cela équivaut à un monde.

La thématisation des stages n’est d’aucune originalité : déserts, montagnes, forêts, châteaux lugubres... Et ces thèmes sont réutilisés d’un monde à l’autre... La réalisation est pourtant très agréable avec des petits effets spéciaux ci et là. Les effets de transparence sont très jolis. Il y a parfois un peu d’animation dans les décors très fins et colorés mais beaucoup d’éléments ont été copiés collés. Attention aux éléments en trompe-l’œil qui peuvent vraiment parfois vous faire penser qu’un élément du décor à l’arrière plan peut servir de plate-forme. Il n’en est rien, évidemment !

Le bon mix

Certains passages sont plus axés plate-forme et d’autres plus beat-them-up. En effet, lorsqu’il n’y a pas moyen de chuter, les programmeurs en profitent pour vous envoyer une armada d’ennemis ou raréfier la nourriture. Lorsqu’un ennemi vous touche, vous perdez - je vous le rappelle - non seulement de la vie mais en plus vous trébuchez, perdant ainsi pendant une seconde la maîtrise de votre personnage qui peut très bien se retrouver propulsé dans un ravin ou sur un autre ennemi. Une simple faute d’inattention qui peut semble bénigne au début peut se révéler fatale à la fin. Mais, ces mêmes ennemis peuvent parfois vous aider à rebondir et atteindre une plate-forme alors que votre premier saut était vraiment mal engagé. Dans ce cas, vous perdrez un peu de vie comme vous avez touché un ennemi mais vous ne perdez pas de vie puisque vous êtes arrivés saint et sauf sur une nouvelle plate-forme. Il ne vous reste plus qu’à ramasser quelques fruits et faire comme si de rien n’était.

Les programmeurs ont aussi rajouté des plates-formes qui se dérobent au dernier moment sous vos pieds, un grand classique, souvent placé en fin de stage, toujours aussi efficace pour vous faire fulminer ! Mais une fois que les règles du jeu sont assimilées, on ne se laisse plus piéger et les progression devient aisée. Seuls quelques passages délicats vous donneront des boutons.

Pour vous aider à progresser, des œufs cachés ou non ont été répartis dans les décors. Ceux-ci contiennent des armes plus ou moins efficaces. Mes préférées sont la hache et le boomerang. Ce dernier détruit même les rochers. Certains œufs renferment un skate-board qui vous permettent de filer dans les décors mais on n’est jamais aussi heureux de trouver un bonus d’invulnérabilité qui vous permet de foncer dans les décors sans n’avoir rien à craindre de vos ennemis. De temps en temps, les œufs renferment un fruit maléfique, une sorte d’aubergine qui vous pompe pendant votre vie. Cela vous oblige à foncer pour attraper le plus de fruits possibles et contrer cette malédiction heureusement temporaire. Vous n’avez en tous cas pas intérêt à vous faire toucher par un ennemi pendant cette période : voilà de quoi rajouter un peu de stress.

Pour courir plus vite, il suffit d’appuyer sur le bouton B et de le maintenir enfoncé. Ce bouton sert aussi à envoyer vos armes dont le stock est infini une fois que vous en avez ramassée une. Le bouton A vous permet de sauter.

Je suis vieux mais je me soigne

Adventure Island s’est révélé très plaisant, autant que PC-Kid même si ma préférence va vers ce dernier dont les éléments comiques sont plus présents. Dans Adventure Island, il y a bien moyen de se retrouver transformer en petit cochon rose en plein combat contre un boss mais à part ça, Adventure Island affiche un profil plus sérieux notre petit homme préhistorique. Quoi qu’il en soit, ces deux jeux constituent un excellent achat pour tous les vieux croulants qui tombent dans le piège de la nostalgie avec facilité, mais qu’importe après tout, l’important c’est de se faire plaisir.

Graphismes : 72%
Affinés et très coloré mais malheureusement on se rend bien compte que la cure de jouvence est limitée sur un jeu à 2800 yens.

Animation : 70%
Un scrolling qui défile agréablement et des personnages à l’animation basique.

Jouabilité : 78%
Comment vous dire... Qu’est-ce que ça fait plaisir de jouer à des jeux aussi basiques, aussi innés, où on ne se prend pas la tête. On saute, on court, on frappe ! C’est avec des concepts simples qu’on fait des jeux amusants.

Bande Son : 70%
Du concentré d’oldschool !

Intérêt : 85%
Mais quel bonheur de rejouer à pareil titre pour moins de la moitié du prix d’un jeu normal !

Note Globale : 81%
J’ai vraiment été surpris de voir avec quel succès ce titre a su se renouveler sur de nombreux points de détail.


NOTE : 08/10