Consoles-Fan
18/07/2018

Auteur
  

2984 articles en ligne

 
Punch Drunk Love
Encore une b
Oooooooh que non !

Les com

Le travail du réalisateur est à couper le souffle, il recrée des scènes que l’on attendrait plutôt dans un film d’animation. Ici, les plans qui surprendront plus d’un spectateur ne servent absolument pas l’histoire mais apportent une ambiance indéniable. Les angles de caméra sont travaillés à l’extrême, avec une recherche plus artistique qu’esthétique mais le réalisateur parvient à concilier les deux. Par exemple, la scène du baiser en ombre chinoise mixée au déplacement de foule est superbement trouvée, complètement irréaliste, mais tourbillonnera dans votre esprit à jamais.

Dès les premières minutes du film, on comprend que tout peut arriver, d’autant que le héros ou anti-héros de l’histoire interprété divinement par Adam Sandler d’habitude cantonné au rôle de comique niais, est un véritable malade, enfermé dans sa bulle, qui semble oppressé par la société mais qui l’assume volontiers et prend tous les évènements qui l’entourent comme une fatalité. Jusqu’au jour où il s’y refuse, en rencontrant l’amour qu’il ne veut pas perdre. Cet amour guérisseur qui a déjà œuvré dans le film l’Eveil en apaisant les souffrances de De Niro dans les bras d’un être cher.

Car le reste du temps, Adam Sandler doit supporter les relances continuelles de ses sœurs pour lui dégotter une petite amie. Celles-ci n’hésitent pas à le déranger alors qu’il s’occupe de sa clientèle. Pendant ces temps libres, il achète des tonnes de produits d’une marque pour obtenir des billets d’avion à l’œil grâce à un concours. Il calcule même quel est le produit le plus intéressant d’acheter pour obtenir à moindre coût un maximum de codes-barres. S’il lui reste encore un peu de temps, il appelle le téléphone rose en bon célibataire qui l’est resté trop longtemps.

Punch Drunk Love est une comédie romantique et psychologie, une vraie petite bombe à retardement rythmée par une bande-son utratravaillée, faite de cordes, de musique électronique calme, de country et de mellow, le tout revisité par des distorsions qui s’apparentent parfois presque à des interférences.

Voilà donc un film bourré d’effets comiques recherchés mais aussi de tension et de sensibilité, un film qui risque de ne pas plaire à tout le monde mais qui révèle néanmoins qu’Adam Sandler peut jouer autre chose que des imbéciles heureux.


 R