Consoles-Fan
22/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3015 articles en ligne

 
Bloody Roar 4
Des humains qui se transforment en animaux ?
Such a bloody idea

Hudson Soft a accumul

Et c’est reparti pour un tour

Il faut dire qu’Hudson Soft a fait pas mal d’efforts. Les rings sont toujours fermés par une bannière invisible qui ne demande qu’à sauter lorsque vous y envoyez votre adversaire projeté par une attaque spéciale, vous vous retrouvez alors dans une autre section du décor qui peut se révéler très différente. Par exemple dans le stage de l’aquarium, le bleu laisse la place à un environnement rouge vif. Les décors sont beaux, animés, avec bien souvent une vraie sensation d’horizon. Il semblent parfois inspirés de la concurrence avec un talent qui n’est pas toujours aussi évident. On notera toutefois quelques bonnes idées comme ce ring suspendu qui se balance dans un décor ! Les programmeurs ont même penser à lier certains effets aux décors. Par exemple, dans un décor fantasmagorique, le motion blur donnera un effets de rémanence aux combattants, dans les égouts, tous les sons auront une résonance différente. Même l’aliasing pourtant encore si souvent présent sur PS2 est allé faire un tour pour voir là-bas si j’y suis. Les personnages au nombre de 18 si vous les débloquez tous sont toujours très charismatiques, capables de se transformer tels des mutants en bestioles allant du chat au caméléon, en passant par la chauve-souris ou le loup. Ils ont des tenues sexys et sophistiquées.

Le gameplay est vraiment très au point, avec des coups spéciaux réalisables les doigts dans le nez. Certains enchaînements sont tout bonnement hallucinants et effroyablement sanglants. Un système de double jauge de vie vous permet de rendre les combats stratégiques. Lorsque vous êtes transformé en animal, votre jauge « animale » diminue lorsque vous encaissez des coups. Une fois vide, vous redevenez humain. C’est au tour de votre jauge « humaine » de se vider. Mais votre jauge « animale » qui va permettre de vous retransformer va se remplir à nouveau lorsque vous frapper votre adversaire ou lorsque vous encaissez quelques coups.

Tout n’est quand même pas tout rose. Les scènes finales sont entachées de dialogues dont le ridicule ne tue sans doute pas mais atteint tout de même des cimes inexplorées. Rien de bien grave évidemment puisque tout le reste est bien sympa mais le jeu des acteurs est tellement marquant que je ne pouvais tout simplement pas passer à côté.

Outre les classiques modes Arcade, Versus, COM Battle, Training, Time Attack et Survival, Bloody Roar 4 propose un mode Sparring qui vous permet de vous entraîner contre un même ennemi et Career qui surfe sur un système de RPG avec accumulation de points !

Sans aller jusqu’à dire que Bloody Roar rejoint le trio de tête, il commence à s’en rapprocher fortement et en tous cas, voilà sans doute le meilleur Bloody Roar que nous a proposé Hudson Soft jusqu’à ce jour, pour ne pas dire le plus ambitieux tant au niveau du gameplay que de la réalisation. Mais puisqu’on parle du gameplay, il faudra encore corriger un élément de taille. Lorsque votre ennemi est projeté en arrière, il est trop facilement possible d’enchaîner encore quelques coups pour creuser encore un peu plus l’écart. On se retrouve parfois à subir de trop lourdes corrections qui ont tendance à déséquilibrer le match, mais lorsqu’on commence à bien maîtriser son personnage, on repère vite les ficelles du jeu et ce défaut joue alors en votre faveur, ce qui n’est pas spécialement un mieux. Il n’empêche que je ne peux qu’encourager Hudson Soft qui semble être sur la bonne voie pour le prochain épisode et vous recommander l’achat de ce titre, surtout si vous aimez ce système de transformation bestiale qui, il est vrai, donne un punch incroyable à cette série.

Graphismes : 84%
Je note généreusement sur ce coup et j’en suis conscient mais c’est pour récompenser l’effort d’Hudson Soft.

Animation : 89%
Trèss fluide et très rapide !

Jouabilité : 86%
Un gameplay explosif qui permet des enchaînements de feu.

Bande Son : 65%
De la musique de bonne qualité entâchée par des dialogues médiocres.

Intérêt : 77%
En cette période de vaches maigres, Bloody Roar 4 s’est présenté comme une bulle d’air.

Note Globale : 79%
Une belle réussite même s’il manque ce je ne sais quoi pour en faire un titre incontournable ! Les amateurs de jeu de baston apprécieront !


NOTE : 07/10