Consoles-Fan
18/02/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2900 articles en ligne

 
Kill Bill Volume 2
It’s the bride, run !!
Place au dialogue.

Les films de Tarantino c’est une histoire d’amour et de haine, il n’y a pas de juste milieu lorsqu’on donne son avis sur un de ses films. Kill Bill n’

Le concept est simple, la mariée veut tuer Bill et rien ne l’arrêtera dans son carnage meurtrier ; le premier volume était très clair sur ce point, surtout après le massacre des Crazy 88. Le volume 2 laisse place au dialogue et moins à l’action ce qui a créé deux groupes dans les fans de Kill Bill, ceux qui aiment le film pour l’action incessante du premier volume et ceux qui apprécient plus les dialogues du second volume. Personnellement j’appartiens à la seconde catégorie, le hack & slash c’est bien mais les dialogues des films de Tarantino sont tellement passionnants qu’il est triste de s’en priver le temps d’un massacre.

La mariée continue donc son petit bonhomme de chemin et continue à tirer des traits sur sa petite liste de choses à faire. Comme dans le premier volume Tarantino fait bon usage d’artifices simples comme la scène du cimetière qui se déroule partiellement en noir et blanc, voir noir tout court et arrivera à rendre les claustrophobes parmi l’audience complètement fous. Dans les scènes de flash back avec Pei Mei, Tarantino adaptera même les mouvements de caméra propre aux vieux films d’arts martiaux qu’on peut trouver de nos jours sur des DVDs à 5 €, l’effet et hilarant et renforce encore plus l’univers décalé et exagéré de ce film, chaque scène où le vieux maître apparaît est volée par ce dernier tellement ce personnage est charismatique.

La bande son est également très bien choisie et adaptée, il est assez marrant de voir les gens siffloter ou fredonner les chansons du film en sortant de la sale de projection, même pour un musical je n’ai jamais vu cela arriver.

Si vous avez vu le premier opus vous ne pouvez rater la conclusion assez surprenante de Kill Bill, et si jamais vous n’avez pas encore vu le premier volume courrez à la vidéothèque louer ce dernier car voir le second volume sans le premier n’est certes pas impossible mais dommage quand même. Un incontournable, un point c’est tout.

Aniki