Consoles-Fan
24/02/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2901 articles en ligne

 
Kill Bill Volume 1
Ancien proverbe Klingon
"La vengeance est un plat qui se mange froid"


Contrairement à ses films précédents où Tarantino suggérais la violence plutôt que de la montrer, ici Tarantino nous fait un virage à 180 degrés et nous livre un film d’action aux tons empruntés des vieux films de Kung-Fu et Samouraï. Si vous aimez les massacres sanglants et les combats à l’arme blanche chorégraphiés ce film deviendra rapidement votre nouvelle bible. Ce volume 1 repose en effet quasi totalement sur l’action et garde le dialogue pour le second volume. Ce fait n’est pas une critique en sois car ce premier volume attirera sûrement beaucoup plus les foules avec de l’action qu’avec des dialogues, forçant ainsi tout ce beau monde à revenir pour la conclusion dans le second volume.

Beaucoup de personnages dans ce film sont typés à l’extrême ou ont un passé chargé que Tarantino n’hésitera pas à nous narrer. Le passé d’O-ren Ishii notamment, certain passages de celui-ci n’auraient pu échapper à la censure et par un habile subterfuge Tarantino trouve le moyen de nous le raconter à l’aide d’un Anime Japonais, dont le style vous rappellera peut-être celui utilisé par Shinichiro Watanabe pour « Kid » dans Animatrix.

Vu qu’à l’heure où j’écris ces lignes le DVD est sorti en vente et en location je ne peux m’empêcher de prévenir les éventuels fans de Bonus ou commentaire audio de passer leur chemin afin d’attendre la sortie de la véritable édition spéciale prévue pour noël. Celle-ci comportera la scène du Showdown at House of Blue Leaves en couleur et on l’espère un making of sérieux contrairement à celui de 15 minutes qu’ils nous ont servi ici.

Kill Bill Volume 1 est un film qu’on aime ou qu’on déteste, si vous aimez les films de Tarantino ou les films de Kung-fu de série B vous adorerez Kill Bill Volume 1. Attention, cette phrase n’est en aucun cas une critique mais plutôt la constatation ; c’est comme si Miyamoto se mit soudainement à produire le prochain Dead or Alive, c’est contre nature mais le résultat serait quand même stupéfiant.

Aniki