Consoles-Fan
15/12/2018

Auteur
  

3057 articles en ligne

 
Cafe Little Wish
Princess Soft, les rois du Digital Comics !
... euh, peut

Hop hop tralala, le g

A l’écran de démarrage, j’ai 4 options. La première m’invite à démarrer le jeu, la seconde m’invite à charger une sauvegarde afin de continuer l’aventure. La troisième option est un menu caché : gasp ! La quatrième option me propose deux pages de paramétrage de jeu.

J’arrive dans un village et devinez quoi, je tombe immédiatement nez à nez avec le Cafe Little Wish. Vous y rencontrer Merun, une demoiselle aux cheveux longs et à la robe pourpre. Elle me regarde avec ses gros yeux scintillants. Je vois, c’est une serveuse du Cafe Little Wish ! Elle poste autour de sa taille une peluche qui semble malheureuse qu’on ne s’occupe pas plus d’elle. Le design character est vraiment magnifique mais étrangement, je trouve que le personnage s’incruste mal dans le décor. Pourtant, ceux-ci sont plein de couleurs. On verra bien plus loin si le problème se répète ou si je m’habitue à cette situation. Oh ! Le générique redémarre à nouveau ! Excusez-moi une instant !

Thé ou café ?

Après un écran-titre qui m’indique que le jeu sera divisé en chapitres, je fais bien vite connaissance avec toutes les serveurses qui ont pour la plupart les yeux de la même couleur que leurs cheveux. Si le défilement des demoiselles est assez rapide et propose de nombreux artworks, on ne peut pas en dire de même des décors incroyablement statiques. Mina, une serveurse avec des oreilles et une queue de chat vient discuter avec moi alors que la petite peluche malheureuse joue à la baballe en bas de mon écran. Ca y’est, la première dispute éclaté et je m’empresse de choisir une des 3 propositions que l’on me fait. Patatra, éclats et bruits de verre, je casse tout tout tout ce que je touche, ce qui provoque la colère des jeunes filles qui me pardonnent tout de même ma maladresse dans la seconde. Cool, elles veulent bien rester copines avec moi.

On quitte enfin ce fichu café pour retrouver un intérieur assez minimaliste. Tout le monde est en pyjama sauf Ceres, une demoiselle aux cheveux mauves qui apparemment ne le retrouve plus. C’est super, on va pouvoir discuter sur le lit des bonnes blagues qu’on a pu faire au client, lire des Spirous et tout va quand même se terminer en bagarre de pelochon ! Mina a un pyjama tellement sophistiqué que je veux même pas savoir à quoi il ressemble après une nuit agitée.

Mais le lendemain matin, c’est moi qui me réveille en sursaut par la demoiselle à la peluche qui déboule dans ma chambre. Il faut faire le tour des chambres pour réveiller ceux qui ont encore le sommeil lourd. La journée commence enfin. Ca discute, ça discute encore, et puis, direction le village, on flâne un peu dans les rues et on arrive enfin au Cafe Little Wish où Ceres s’est déjà chargée d’ouvrir l’établissement. Elle nous salue. Mais il est temps de se rendre en cuisine parce que la bonne tambouille, elle va pas se préparer toute seule ! au menu du jour, gratin de spéculoos aux fromage de Herve glacé et stoemp saucisse sur son Sirop de Liège.

C’était bien ? C’est bon ? Ca vous a plu ?

Bon, je ne vais pas tout vous raconter non plus, vous découvrirez bien par la suite ce qu’il va arriver. Sachez simplement que Cafe Little Wish est un digital comics ultraclassique avec quelques choix à effectuer pour faire évoluer le scénario. Les animations et effets visuels sont trop discrets. Le design character est superbe et l’action très lente tant les déplacements dans les décors sont limités. La musique n’est pas inoubliable mais le générique d’intro est vraiment très bon. Mais au final, Cafe Little Wish s’inscrit dans la moyenne mais a tendance à passer pour une production un peu vieillotte.

Graphismes : 77%
Un très joli character design surfant sur les tons roses et mauves à fond la caisse.

Animation : —%
Pas de note d’animation mais il se pourrait bien que je me ravise un jour tant les derniers digital comics que j’ai découverts commencent à vraiment devenir très bien animés.

Jouabilité : —%
Le principe de base : appuyer sur un bouton et choisir entre plusieurs options. Outre la possibilité de chasser le texte de l’écran pour observer les images, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent, même pas un autoplay !

Bande Son : 81%
Très sympathique, surtout le générique chanté du début !

Intérêt : 45%
Cafe Little Wish est contre toute attente un digital comics assez plat car non seulement il ne se démarque pas vraiment de la concurrence, sur aucun point, mais en plus, les décors sont trop répétitifs, on a l’impression de faire du sur place et on s’ennuie très vite.

Note Globale : 56%
Après la superbe intro et la découverte des beaux personnages, on déchante trop rapidement. a petit prix, prenez-le car la démo est très rafraîchissante mais dites-vous bien que c’est quasiment le seul plaisir que vous aurez de ce jeu. Que vaut le prix d’un générique de dessin animé pour vous ?


NOTE : 05/10