Consoles-Fan
26/04/2018

Auteur
  

2930 articles en ligne

 
Malice
Une histoire qui commence mal
et qui finit bien, mais trop rapidement !

Malice est un des jeux qui a mis son temps pour arriver sur Xbox. Il faut dire que le jeu a connu des d

Rien n’est moins sûr lorsqu’on essaie pour la première fois. Jamais un aussi bon titre ne m’aura fait si mauvaise impression lors du premier contact : un comble lorsqu’on sait l’importance d’impressionner le consommateur dès les premières minutes du jeu. Loin d’être impressionnant graphiquement, Malice se positionne comme un jeu faisable sur N64 en dehors de la résolution. Rien de bien excitant donc. Mais ce qui l’est encore moins, c’est que l’on s’ennuie sévère et ce, grâce à un gameplay qui semble complètement à côté de ses pompes. Le temps de latence des coups est indescriptible... Trahison !

J’abandonnai bien vite ce titre sur mon étagère plein de rancœur. J’étais déchiré entre le fait de devoir jouer à ce titre pour vous prévenir de l’immonde bouse qu’était Malice. Après une semaine de reproches, je décidai donc de m’y remettre, ce titre était si attendu que le risque que beaucoup tombent dans le piège était grand.

Voilà, vous savez toute l’histoire. C’est ainsi que j’ai découvert que Malice était en fait un excellent titre, qui avait juste déraillé au démarrage mais qui prenait son envol directement après. Les créateurs de I-Ninja, Kung Fu Chaos, Swat... ne pouvaient tout de même pas se tromper ! Pas autant que ça !

C’est moi Malice, au pays des merveilles...

La vapeur s’est donc renversée et je me suis retrouvé coincé à mon propre piège, complètement scotché à ce jeu qui, outre son démarrage tumultueux, a finalement un second défaut : celui d’être trop court. Certes, tous les bons jeux ont forcément ce défaut, par définition du bon jeu, mais dans ce cas-ci, sachez tout de même qu’il m’a fallu un peu moins de 5 heures pour boucler Malice... Aussi, voici ma mise en garde habituelle, achetez ce jeu en deuxième main pour ne pas croquer dans votre DVD. Car oui, Malice mérite quand même un peu de votre argent. Je développe...

Malice est un jeu dont la réalisation reste assez limitée même si ma première impression est largement dépassée par la suite. Des textures très minérales sur des décors peu polygonés, cela ne donne pas si mal car cela conserve l’aspect cartoon tout en offrant une qualité graphique intéressante. Le bump mapping est du plus bel effet. Ce qui est moins pardonnable c’est le framerate qui devrait être de 60 images par seconde pour ce niveau de réalisation. Mais pour rehausser encore un peu le niveau, les développeurs ont abusé d’effets de transparence, de chaleur et de motion blur.

Mais ce qui est plaisant avant tout dans Malice, c’est le mélange d’idées. Aucun stage ne se ressemble vraiment si ce n’est qu’il faut généralement récupérer un certain nombre d’items pour débloquer certains passages et progresser dans l’aventure. Vous aurez donc droit à des séances d’infiltration simpliste, des petits puzzles tels des robots magnétiques qu’il faudra diriger à l’aide de bornes magnétiques, sans les faire tomber dans des trous, sans qu’ils se fassent écrabouiller. Vous devrez aussi emprunter une série de plate-forme dans un ordre déterminé à l’avance qu’il vous faut retenir. On nous refait aussi le coup des plates-formes qui se dérobent. Vous devrez sauter de tonneaux en tonneaux flottant sur un liquide vert dans lequel il vaut mieux éviter de tomber. Malice est un bon jeu de plate-forme à l’ancienne avec des boss qui s’acharnent sur vous avant de prendre une pose vulnérable.

Dans l’ensemble, il est assez difficile d’éviter les tirs ennemis. Heureusement, vous disposez de magies que vous récoltez pendant le jeu. Une d’elle déclenche un bouclier qui vous rend invulnérable. Vous pouvez alors nettoyer le stage de ses ennemis à l’aide de votre maillet, de votre massue ou de votre grosse foufourche (pour récolter la papaye). Ce sont les armes que vous allez récupérer au fil du jeu. Elles ont une large amplitude circulaire qui touchent presque tous les ennemis qui vous entourent en un seul coup. Cela compense donc le temps de latence des coups qui se déclinent sous deux formes : forts et faibles. Les ennemis ne sont d’ailleurs pas très vifs et possèdent aussi leur routine lymphatique. Une fois supprimés, ils libèrent en général des petits cœurs qui vous permettent de récupérer un peu de vie.

Mais lorsque vous n’avez plus de vie, il va falloir racheter votre droit à utiliser une continue. Vous vous retrouvez donc sur la plage des esprits à errer après votre âme afin d’obtenir du passeur un droit de revenir là où vous aviez échoué.

Gérard Majax, on t’a vu !

Mais je m’aperçois que je ne vous ai pas encore parlé des autres magies. Il y a une magie de vitesse qui vous permet de ralentir les ennemis ou, plus tard, de courir comme un dératé. Une autre magie vous permettra d’augmenter la puissance de vos coups. Les magies se déclenchent en maintenant une gâchette enfoncée et en appuyant sur un des 4 boutons colorés de la Xbox. Les magies ne s’utilisent évidemment pas à l’infini. Il y a une jauge magique qui se régénère lorsque vous absorbez les items adéquats que vous découvrez dans les décors.

Une bonne tactique est de nettoyer les zones de jeu pour avoir la paix et aborder tranquillement la partie plate-forme. La gestion des sauts imprécise est largement rattrapée par la présence d’un double saut dès le début du jeu. De plus, il y a une certaine tolérance qui permet de défier certaines lois de la physique.

Malice est un titre vraiment accrocheur mais à la durée de vie inversement proportionnelle au temps de développement. Etonnant et décevant... Mais Malice vous ravira le temps d’une après-midi.

Graphismes : 68%
De superbes textures très détaillées, avec des couleurs tout de même assez austères. Certains passages manquent de polygones.

Animation : 67%
Avec cette réalisation, 60 images par seconde aurait été la normale. Je n’ai repéré cependant sur tout le jeu que deux ou trois ralentissemenets dans le stage avec la lave.

Jouabilité : 72%
Un systèle de jeu qui semble très étrange mais pourtant adapté au concept de Malice.

Bande Son : 88%
Une très jolie bande-son symphonique "Disney - boîte à musique".

Intérêt : 72%
Malice m’a énormément plu malgré son horrible départ. Méfiez-vous donc si vous l’essayez en magasin, ne restez pas sur votre première idée, creusez un peu, mais pas trop, vous auriez fini le jeu en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire.

Note Globale : 70%
Malice n’est pas la bombe atomique que tout le monde attendait, à cause de sa durée de vie. Par contre, les idées ludiques sont bien là et on se retrouve happé par la curiosité de ce que nous réserve le stage suivant.


NOTE : 07/10