Consoles-Fan
22/06/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2959 articles en ligne

 
Gunslinger Girl vol.1
Les enfants : ne jouez pas avec les armes
Contentez-vous de couteaux de boucher et de sabres

Gunsliger Girl est

Heureusement il y a Sets

Lorsque j’ai débuté ma première partie de Gunslinger Girl, j’ai été frappé par deux choses : la mocheté graphique du soft qui ressemble à de la Psone lissée et le gameplay affreux. Gunslinger Girl paraissait être un jeu d’adresse donc le déplacement saccadé de la cible allait nuire sensiblement à la bonne impression du jeu.

Je me retrouvai donc dans un tutorial austère qui n’annonçait vraiment rien de bon pour la suite tant la sensation de frustration était grande. Celle-ci étant couplée à une difficulté intense, cela n’arrangeait vraiment rien. C’est découragé, que je décidai de passer à autre chose. Mais Sets me confia sur le forum de Cfan qu’il avait terminé Gunsliger Girl et qu’il avait vraiment accroché au titre. J’avais du rater un épisode de Mac Gyver. Je retournai donc sur ce titre, tiraillé entre l’espérance de découvrir un titre finalement amusant et la curiosité de comprendre comment on pouvait jouer à pareille daube ! Quoi qu’il en soit, je finis par venir à bout de ce fameux tutorial et put enfin goûter à la saveur de Gunsliger Girl

Si il est effectivement bien alléatoire de bien ajuster son tir manuellement, les programmeurs ont ajouté un système de lock semi-automatique, prêt à contrebalancer cette petite faiblesse. Il vous faut appuyer sur le bouton triangle et diriger votre stick analogique vers l’ennemi que vous souhaitez locker. Puis il ne vous reste plus qu’à augmenter sa masse corporelle de quelques grammes. Les headshots sont bien entendu plus efficaces, d’autant que certaines se ramènent affublés de gilets pare-balles.

A chaque stage, vous avez la possibilité d’emporter 3 armes avec vous, aux caractéristiques bien évidemment différentes. Seul un pistolet de base vous laisse le droit à des quantités infinies de munition. Gunslinger Girl se présente un peu comme un Virtua Cop ou mieux, un Time Crisis, car vous devez prendre la décision de temps en temps de vous couvrir afin de recharger votre arme. Vous n’êtes pas obligé de le faire, mais dans ce cas précis, vous prenez alors la responsabilité de rester à découvert lorsque vous rechargez. Ce jeu propose une vue à la troisième personne avec de temps en temps des vues subjectives. Une fois camouflé derrière un décor, vous pouvez changer d’arme. Une fois que vous sortez de votre cachette, vous pouvez tirer dans une zone qui correspond à peu près à votre champs de vision. Dans les phases d’action, vous ne déplacez donc que votre cible à l’écran. Le jeu vous propose cependant quelques possibilités de déplacement grâce à des flèches qui apparaissent à l’écran. Si vous les sélectionnez, vous allez simplement vous déplacer automatiquement vers d’autres endroits afin de progresser dans le jeu ou tout simplement de changer de champs de vision et atteindre certains ennemis que vous ne pouviez voir de là où vous campiez. Loin d’être anecdotique, ce principe de jeu vous forcera à être attentif car il se peut qu’à certains moments de votre partie, vous soyez pris entre deux feux et qu’il faille gérer simultanément des ennemis face à vous et dans votre dos en tournant autour d’une voiture ou d’une colonne qui vous sert de protection. Vous l’aurez compris : Gunslinger Girl est un Virtua Cop amélioré même s’il se joue sans lightgun.

Comme dans tout shoot qui se respecte, vous pourrez récupérer des munitions et de la vie en tirant sur les items que laissent derrière eux les ennemis que vous avez éliminés. Vous n’avez pas le luxe de vous en passer car il vous faut boucler des stages d’une longueur vraiment impressionnante. Cela donne un aspect vraiment captivant au jeu car vous avez à chaque fois l’impression de démanteler toute une organisation criminelle avant d’atteindre le boss

Graphismes : 71%
Le tutorial bien moche laisse heureusement place à des décors nettement plus travaillés même si les textures ne sont pas très détaillées. Enfin, ce jeu a ce petit quelquechose d’attachant...

Animation : 56%
Fluide mais le motion capture est inexistant, certains personnages nous donnent l’impression de glisser sur le sol.

Jouabilité : 68%
Un gameplay intéressant qu’il faudra cependant maîtriser.

Bande Son : 61%
Pas mal mais vraiment sans plus.

Intérêt : 55%
Avec ces 3 stages et son tutorial, Gunslinger Girl ne tient pas la route, aussi, si vous souhaitez jouer à cet excellent titre, évitez de payer le prix fort.

Note Globale : 66%
Une sorte de Virtua Cop sans flingue mais amélioré qui mérite toute notre attention ! Gunslinger Girl m’a beaucoup plu mais sa note basse s’explique par sa durée de vie lamentable.


NOTE : 06/10