Consoles-Fan
20/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Spawn Armageddon
Apr
Un

Spawn et sa musique de sauvage (la musique de l’intro du jeu est sign

Mais avant de nous plonger dans le titre, je voudrais attirer l’attention des fans de comics sur le fait qu’il y a énormément de goodies à débloquer dans ce titre. A coup sûr, il seront ravis de l’apprendre.

Use your fist and not your mouth

Ce qui frappe avant tout dans ce titre, c’est la qualité des effets sonores, des dialogues et des musiques. On se croirait dans une ambiance très Buffy pour ceux qui ont eu la chance de se frotter au premier épisode sur Xbox. La réalisation n’est pas en reste. Il est vrai que les polygones ne se bousculent pas au portillon mais les textures sont très belles, organiques, en haute résolution et le framerate est fixé à 60 images par seconde. En fait je n’ai pas grand chose à reprocher à ce titre si ce n’est quelques petites défauts au gameplay pourtant bien développé pour un jeu de ce type. Vous pouvez ainsi lancer des chaînes sur vos ennemis à la manière de Scorpion de Mortal Kombat. Elles se lockent immédiatement sur vos ennemis et sont assez extensibles. Elles ont donc la même efficacité qu’une arme à feu. La plupart du temps, c’est l’arme que vous utiliserez même si elles enlèvent moins de vie que votre hache. Cependant, certains ennemis, les Bersekers, se protègent systématiquement contre cette arme, sortez alors votre hache et forcez le passage. Envoyer votre necroplasm pourrait être aussi une solution. Elles se matérialisent par des espèces de boules vertes lumineuses dont le nombre est limitée par une jauge que vous pouvez recharger grâce à des items verts. C’est un peu votre magie qui peut être upgradée par la suite. J’en profite pour vous signaler que les rouges rétablissent votre jauge de vie alors que les bleues vous permettront entre chaques stages d’upgrader vos armes que vous récupérerez en cours de jeu comme des shotguns, des pistolets semi-automatiques... A cause des caméras, il arrive que l’on tire sans savoir où se trouvent les ennemis. Il est possible pourtant de bouger vous même la caméra sauf pendant les combats : le problème ne se règle donc pas ! Aussi, les programmeurs ont opté comme bien souvent dans ce cas là pour un système de lock qui rend finalement tout cela très jouable. Et donc, jusqu’ici, tout va bien. Outre le fait que votre personnage ne court pas vraiment (il n’a en fait qu’une vitesse de déplacement et sur certains passages cela paraît fort lent), j’ai un petit reproche à faire aux programmeurs au niveau de la gestion des sauts. Si Spawn se raccroche parfaitement bien aux corniches, les programmeurs ont décidé de lui laisser la possibilité de faire un double saut. Mais si, vous savez bien, ce deuxième saut alors que vous êtes dans les airs qui vous permet de vous élancer encore un peu plus haut dans les airs sans prendre appuis sur rien. Même Gérard Majax n’a jamais rien compris à ça. Seulement voilà, les programmeurs ont aussi décidé que si vous laissiez le bouton saut appuyé, vous alliez déployer votre cape afin de planer dans les airs. Seulement voilà, la frontière entre le fait d’appuyer deux fois sur le bouton saut et le maintenir appuyé est vraiment exagérée, d’autant qu’il ne vaut mieux relâcher immédiatement le bouton pour ne pas valider le déploiement de la cap car une fois déployée, vous ne pouvez plus faire votre second saut. Bref, le timing est extrêmement fébril et on sent bien qu’il faut se retaper certains passages de plate-forme uniquement à cause de ce détail. Cela ne va pas vous décourager pour autant mais avouez que c’est râlent de recommencer quelques passages à cause d’une faiblesse de gameplay. Malgré tout, le bilan de Spawn est assez positif et les fans lui pardonneront ces imperfections. Cependant je place Spawn tout de même derrière Buffy et Bloodrayne. Ces derniers sont tout de même plus charismatiques et plus passionnants mais si vous avez l’occasion d’essayer ce Spawn, n’hésitez pas. Graphismes : 81%
Des jolis graphismes mais un peu glauques.

Animation : 78%
Superfluide, l’action aurait pu être cependant plus rapide.

Jouabilité : 66%
Un beat-them-up bien complet qui aurait du être aussi un peu moins confus.

Bande Son : 82%
Una ambiance à la Buffy comme je les aime : on ressent de la torpeur dans les musiques.

Intérêt : 70%
Spawn est un petit jeu délassant que je conseille aux fans de beat-them-up pour autant qu’ils aient déjà dans leur ludothque le tout premier Buffy et Bloodrayne.

Note Globale : 70%
Spawn est clairement digne d’être dans votre étagère. Il m’a fait presque oublié le gâchis sur Dreamcast qu’avait signé Capcom bien que le style de jeu soit fort différent. Si vous aimez Spawn, vous pouvez craquer.


NOTE : 07/10