Consoles-Fan
18/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Medal Of Honor - Rising Sun
Le soleil se l
En quel honneur ?

Ce nouvel

Les p’tits gars d’Electronic Arts ont compressé comme des porcs des films précalculés mais reprenant le moteur du jeu. C’est quoi l’intérêt franchement. A quoi ça sert que Ducros il se décarcasse ? Autant faire la même chose en temps réel, ça sera moins moche !

On est tous crevé, alors je vais être bref : voilà le topo !

J’ai senti plus de bâclage par rapport à la version précédente. Les scènes sont trop séparées, on ressent trop les coulisses du jeu, le synopsis. Certains évènements se déclenchent à des moments précis, rendant le spectacle superbe mais complètement linéaire et sans saveur car on pourrait finalement attendre pendant des heures sans chercher à progresser et il ne se passerait rien. Le jeu vous attend, quel que soit votre niveau d’habilité. D’ailleurs, si vous avez le malheur de brûler certaines étapes qui semblent ne pas influencer la progression dans le jeu parce que vous avez eu du bol ou parce que vous recommencer un stage. Si vous avec cru détecter les actions pertinentes à effectuer et que vous êtes en possession de tous les objets dont vous avez besoin pour poursuivre l’aventure, vous pouvez vous retrouver quand même bêtement bloqué. Il faut donc parfois aller vous promener à certains endroits du stage histoire de montrer à la console que vous avez bien visité tous les recoins du niveau... Ridicule ! Du coup on a l’impression d’être perdu dans les stages et c’est plutôt un sentiment de frustration que m’inspire cette suite alors que la précédente édition était vraiment excellente.

Les bugs dans l’animation des personnage sont nombreux :s’il décide de changer de comportement, les transitions sont très brusques voire débiles. L’intelligence artificielle est quasi inexistante : entre les kamikazes qui vous foncent dessus une fois touché et les soldats qui restent bien tranquille alors qu’on canarde leurs potes juste à un mètre, on va de constatations en constatations et on se demande comment un jeu aussi peu finalisé a pu sortir dans le commerce. Même vos équipiers ne risquent absolument rien, vous pouvez leur tirer dessus, cela fera envoler leur casque tout au plus. C’est pratique parce que vous pouvez tuer un ennemi en tirant au travers d’un gars de votre camp... Par contre, ne comptez pas sur eux pour vous couvrir, ce sont des vrais quilles, alors attendez-vous à être surpris par des attaques de dos.

Il faut me faire péter cette saleté d’obusier !

Du côté du son, les bugs ne sont pas en reste. Des dialogues sont littéralement coupés net si vous avez le malheur de provoquer d’autres actions qui déclenchent d’autres sonorités. Les décors sont de bonne qualité mais à ce niveau là, une animation en 60 images par seconde aurait été idéale. Mais que voulez-vous, si déjà les problèmes de clipping n’ont pas pu être résolus... Cerise sur le gâteau, lorsqu’il y a trop de choses à l’écran (comme justement dans le stage de Pearl Harbour), ça rame. Pourtant, on est quand même sur Xbox.

Reste enfin le fait que si les missions sont bien longues et disponibles en mode coopération, elles ne sont pas bien nombreuses. Elles sont tout de même entrecoupées par des documents d’époque en noir et blanc. Les commentaires, eux, ne sont pas d’époque. Dommage, une voix radiophonique et nasillarde aurait sans doute encore plus authentifié vos prouesses et votre bravoure. Mais pour vous consoler, il ne vous restera que le mode multijoueurs. Cela signifiera en tous cas qu’il est trop tard : vous aurez acheté le jeu. Mais je l’espère, pas au prix fort.

Graphismes : 71%
L’évolution ne se fait pas sentir depuis l’épisode précédent, on dirait même que ça régresse.

Animation : 45%
Entre le framerate pas top top, les ralentissements et les animations débiles des soldats, je ne sais plus où trouver des points.

Jouabilité : 62%
Jouable mais il est fatigant de voir une intelligence artificielle aussi peu travaillée.

Bande Son : 70%
Le seul point vraiment réussi du jeu. Un style hollywoodien.

Intérêt : 52%
Un titre ennuyant tant on est confronté à des non-sens

Note Globale : 58%
Finalement, le premier stage est impressionnant et le reste d’un classique... La recette est donc la même que dans Medal Of Honour : Frontline. Le débarquement est ici remplacé par l’attaque de Peark Harbour. Et puis c’est chou vert et vert chou. Pourtant celui-ci est quand même moins bon : va comprendre Charles !


NOTE : 05/10