Consoles-Fan
22/11/2018

Auteur
  

3051 articles en ligne

 
Ground Control 2 : Op
Comment

Marre des jeux de strat

Cinématiques d’une excellente qualité.

Bon, alors commençons par le commencement. La vidéo d’intro en haute définition nous met déjà les points sur les i... ça chauffe pour l’Alliance de l’Etoile du Nord (je sais pas pourquoi, mais je sens que c’est chez eux qu’on va tomber...) qui subit les assauts plutôt virulents de l’Empire... (tiens ils ont des gros bipèdes... ça me rappelle quelque chose.. mais quoi ?). Bref, ça saute aux yeux, ça va être rock’n’roll.

Après un court didacticiel (amplement suffisant à mon goût) qui vous donne les rudiments des contrôles, vous pouvez passer à la campagne AEN (l’Alliance de l’Etoile du Nord) ou bien Viron (mais qui c’est ceux-là ??). Un conseil, commencez par l’AEN, le scénario sera plus compréhensible ainsi.

ingame_ville
Trouvez vos hommes maintenant !! Bonne chance

Mais où est Charlie ?

Pour votre première mission, on vous lâche en ville (enfin ce qu’il en reste) à la tête d’une poignée d’hommes, pour retrouver une nacelle tombée de l’espace. L’ambiance post-apocalyptique flanque les jetons... Mais vous avez une mission... Quelques mètres à découvert... et paf ! une embuscade : les Terrans (oui, c’est très original comme nom) vous canardent d’un immeuble. Ca commence serré. Et c’est là qu’on voit tout le potentiel de GC2. Le combat urbain est vraiment divin, encore plus si vous mettez votre caméra libre au ras du sol, au contact de votre unité, au cœur du combat. Les sensations sont fortes et on se surprend à pester de ne pas pouvoir prendre soit même une arme et aller débusquer ces rats. Donc, comme je le disais, le combat urbain est à mon avis une force de ce titre, et même si les missions de ce type sont moins nombreuses qu’on le souhaiterait, c’est du délire. Vous faites avancer vos hommes de bâtiments en bâtiments, en zigzag et en petit nombre, au cas où. Les ennemis sont cachés jusqu’au dernier moment, et c’est sous un feu nourri qu’on les trouve. Les rues sont étroites, alors attention où vous marchez !!

ingame_island
Boum ! Cassé le générateur. La mission d’infiltration commence à merveille

J’ai pas lancé FarCry... c’était Ground Control...

Les environnements sont variés dans le jeu, et c’est avec plaisir que l’on se laisse débarquer sur des îles paradisiaques, dans le désert ou sur les terres gelées. Bref, c’est beau, le temps varie ainsi que les horaires ; et ce n’est pas juste une coquetterie de programmeur : l’influence du temps et de la luminosité joue sur votre champ de vision. On peut se cacher dans les bois (c’est utile pour les missions d’infiltration.. si si, je vous jure), se planquer dans des tours de garde,... Vous pouvez vous en donner à cœur joie. Et pour moi qui n’avait pas joué à un STR depuis quelques temps, la qualité graphique du titre m’a bluffé. Pour ma part, mes environnements préférés sont les îles et les marais (avec les Virons), mais chaque région a ses avantages (tempêtes de sable limitant le champ de vision, forêts pour planquer des snipers.. :D )

ingame_swamp
Zut, j’ai pas pris mes bottes. C’est plein de boue ici !!

Bon, il y a bien des défauts quand même !!

Malgré l’univers prenant et l’avancée plutôt aisée dans les missions, il y a quelque chose qui me gêne moi. C’est cet espèce de faux-air de Battlefield. Je m’explique. Les missions sont souvent reliées à des lieux de la carte (prison, base, monuments), symbolisés par des PV (points de victoire) et des PI (points d’insertion). Outre l’utilité de ces derniers pour recevoir des renforts (grâce à des navettes appelées barges), ces points sont des zones à défendre si vous voulez sécuriser votre position. Pourquoi serait-on obligé de protéger un champ vide où il n’y a ni base, ni bâtiment ni même une vache... tout ça pour aller à l’assaut d’une prison à l’autre bout de la carte ? Je sais pas. Surtout quand on sait qu’il suffit que les adversaires restent suffisamment longtemps à côté pour vous le voler. C’est très rageant surtout quand vous êtes prêt à finir et que ces $£%* de Terrans vous prennent votre PI... et pouf ! Défaite.

What’s more

Le soft propose bien évidemment un mode multijoueurs qui permet de prendre l’une des factions AEN ou Virons (dommage, on ne peut pas prendre les Terrans). Il y a aussi un mode coopératif très appréciable pour tous ceux qui se sentent plus forts à plusieurs. Massive nous fournit même un éditeur de niveaux. J’avoue que je n’ai rien compris, mais s’ils ont réussi à faire le jeu avec, c’est bien qu’avec de l’entraînement, on peut.

Vlaana
Bouuuh la méchante !! Pourquoi elles sont toujours sexy les méchantes ??

Conclusion :

Malgré quelques petits aspects rageant du gameplay (voir ci-dessus), ce titre est une pure merveille dans le catalogue si délaissé ces derniers temps des STR. Il est beau, abordable quant à la difficulté, et assez prenant pour peu que vous soyez adeptes des guerres intergalactiques. La palette stratégique est assez étendue : vous pouvez aussi bien faire des contingents de fantassins qui mettront au pas tous ces malotrus, ou bien allier des tactiques plus subtiles (aéroportage de troupes, embuscade de snipers, attaques de diversion et intrusion vicieuses, guérilla urbaine, ...) C’est un vrai plaisir. Mon conseil : essayez-le et vous vous prendrez vite pour le nouveau Napoléon de l’espace.

Les plus

- C’est beau, c’est beau, snif...

- C’est de la vraie stratégie

- Le scénario est étudié

- Très immersif

- Le mode Coop

Les moins

- Prise en main un peu galère pour les manchots

- Niveau de difficulté de certaines missions un peu trop élevé

- L’aspect Batllefield

Graphismes 9/10
Pour un STR, c’est beau, et ça tourne très bien. Pour peu que vous ayez une carte gérant les effets directX 9, vous allez pleurer.

Animation 8/10
Tout comme le graphisme, l’animation est très soignée. Vous pouvez vous approcher au plus près de vos troupes, et elles sont très crédibles.

Maniabilité 7.5/10
Bon, qui dit STR en 3D dit gestion difficile de caméra. Le choix n’est peut-être pas le plus judicieux, mais on s’y fait en fin de compte. Attention à ne pas se perdre dans la navigation

Ambiance Sonore 7/10
Les musiques sont répétitives, mais ne choquent pas. Les sons sont corrects, mais les personnages radotent un peu trop à mon goût. A part ça, la VF est plutôt bonne et les voix bien choisies

Multijoueurs 8/10
Outre son mode classique de multijoueurs, GC2 opte pour le coopératif. Une bonne idée

Durée de vie 8/10
Si vous êtes un as du STR, vous devriez vous en sortir sans trop de bobos. La difficulté est bien dosée, à part pour deux trois missions particulièrement revêches. Je penche pour une trentaine d’heures pour un initié mais non hardcore-gamer

Note globale 8/10
Il n’est pas parfait, mais il s’agit d’une très agréable surprise. Je pensais le laisser tomber au bout de quelques missions, mais une fois lancé, on ne veut pas s’arrêter. Et encore une fois, sa qualité graphique y est sûrement pour quelque chose

Evilfrog


NOTE : 08/10