Consoles-Fan
20/04/2018

Auteur
  

2926 articles en ligne

 
Tube Slider
Dans le futur, les autos rouleront dans des tubes
C’est idiot mais c’est comme

Tube Slider est sorti sur Gamecube dans l’ombre de F-Zero GX. Pendant que tout nos regards se portaient sur le jeu de Sega, c’est presque dans l’indiff

Comme vous le savez, Nec a décidé d’arrêter le développement de jeux. Tube Slider sera donc déjà à coup sûr un collector, ne fut-ce que parce qu’il compte parmi les tous derniers jeux de cet éditeur japonais. Mais pour ceux qui ne sont pas atteints de collectionnite aigu, l’argument reste un peu faiblard. Mais j’y viens, patience quoi !

Après une intro qui part sur les chapeaux de route et qui se termine lorsqu’on croit que le meilleur va arriver, ou si vous préférez, qui se termine en eau de boudin, je découvrais bien vite un jeu bien propre sur lui, au design pas très abouti mais aux graphismes sobres ; qui manquent de complexité. Malgré cela, le jeu est beau, mais fade, sans grande originalité. Les décors se ressemblent d’ailleurs un peu tous, on ne sait pas vraiment toujours où l’on est. Il faut dire que vous vous retrouvez systématiquement dans un tube presque entièrement transparent : seules les armatures sont visibles. Mais malgré cela, le décor de fond passe vraiment au second plan quand on joue à Tube Slider. On a donc l’impression de découvrir de nouveaux tracés mais invariablement dans le même monde. Tube Slider est donc bien loin de F-Zero GX en ce qui concerne la thématisation.

Au niveau de la fluidité, il n’y a vraiment rien à redire sur ce jeu puisqu’il tourne en 60 images par seconde et ne soufre d’absolument aucunes baisses de framerate. Musicalement, le mélange pop rock techno m’a plutôt fatigué les tympans. Elle m’a en tous cas semblé assez proche de celles de Extreme G.

Mais le grand hic provient du gameplay. Le jeu est vraiment ultrajouable, avec un système de boost qui se recharge automatiquement, mais il ne propose vraiment aucune difficulté de jeu tant les erreurs de pilotage ne sont vraiment pas sanctionnées. On reste dans le tube quoi qu’il arrive et il faut vraiment se retrouver perpendiculairement à la piste pour être stoppé. Vous ne vous cognerez donc en théorie presque jamais. Et si cela vous arrive, repositionnez-vous et un bon coup de boost vous fera repartir plein gaz. Les sensations de vitesse sont bonnes, mais après avoir goûté à F-Zero GX qui a quand même mis la barre vachement haut, Tube Slider fait malgré tout pâle figure.

Comme vous pouvez vous déplacer sur toute la face du tube, il se peut que vous perdiez un peu les pédales. Heureusement, si vous appuyez sur le bouton Z, vous replacerez la caméra derrière vous ! Les boutons R et L vous permettent de « straffer ». Une fois que vous aurez terminé facilement les championnats qui agencent en tout une dizaine de tracés et que vous aurez essayé le mode 4 joueurs, eh bien vous aurez fait à peu de chose près le tour du jeu. Ennuyant n’est-ce pas ?

C’est en tous cas d’autant plus étonnant que le moment est venu pour moi de vous révéler qui a développé ce titre, Nec n’étant qu’éditeur pour l’occasion. Il s’agit de NDCube, ceux-là même qui ont très bien réussi leur adaptation de F-Zero sur GBA... C’est à croire que Tube Slider était peut-être initialement une commande de Nintendo pour son F-Zero qu’ils auraient refusé avant d’appeler Sega à la rescousse. Si tout cela n’est que supposition, cela y ressemble en tous cas fortement.

Graphismes : 71%
Bien mais sans personnalité.

Animation : 90%
Vraiment très fluide et rapide même si le jeu souffre de la comparaison avec F-Zero.

Jouabilité : 60%
Jouable mais sans challenge !

Bande Son : 68%
Plutôt banale dans son ensemble.

Intérêt : 52%
Plus une démo technique qu’un jeu tant on a un sentiment de promenade plus que de pilotage, malgré la vitesse.

Note Globale : 58%
Dommage, Tube Slider ne restera pas dans nos mémoire mais si vous le trouvez à petit prix comme moi (18$) , vous y trouverez peut-être votre compte grâce au mode multijoueurs plus trépidant, en espérant que vos amis soient plus fortiches que l’ordinateur.


NOTE : 05/10