Consoles-Fan
18/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2888 articles en ligne

 
Catwoman
On dit : la nuit tous les chats sont gris.
Faux : tous les chats dorment.

Apr

Chat alors !

Pour être beau, il est très beau ce jeu. Ah ben si je vous le dis. Bon, évidemment, les programmeurs ont fixé la caméra sur un rail histoire de se faciliter la tâche mais c’est vraiment du bon job. Les couleurs sont nombreuses, bien choisies bien que parfois un peu kitchs. Les décors sont très détaillés et bourrés d’animations. Les effets lumineux sont très nombreux. Le framerate est excellent. En bref, sur le plan de la technique, Catwoman est clairement un jeu comme on aimerait en voir plus souvent.

Grabbed by the ghoulies a fait des émules

Dès les premières minutes, on ne peut s’empêcher de penser au gameplay mis en place par Rare et récupéré en douce dans ce jeu. Vous vous déplacez avec un stick analogique et frappez avec l’autre. Mais n’est pas Rare qui veut ! Si le déplacement de la femme chat se fait sans soucis, le portage des coups est largement plus hasardeux.

Je n’ai pas non plus trop apprécié le système de jeu qui consiste à envoyer certains ennemis dans un endroit précis du décor afin que vous puissiez progresser. Cela paraît totalement artificiel : tant que vous n’aurez pas envoyé votre ennemi dans le bon endroit, il ne mourra pas. A la limite, si vous vous obstinez à ne pas faire ce qu’il faut, l’ennemi ira se jeter lui-même où vous deviez l’envoyer initialement même en dépit du bon sens...

Ca, c’était pour la partie beat-them-up. La partie plate-forme est bien pire. Cette fois-ci, tout devient à peu près injouable malgré pas mal de bonnes idées. On distingue mal la perspective des décors, on tombe dans des trous et on recommence ce qu’on vient de faire. Youpie !

Bordel intégral

Catwoman peut grimper sur les murs, s’accrocher un peu partout avec son lasso et se balancer. Elle peut sauter de murs en murs comme le ferait le prince de Perse. En bref, et sans rentrer dans plus de détails, Catwoman reprend des idées un peu partout mais sans proposer un gameplay simple. On mélange tous les boutons, et on finit par faire certaines actions non souhaitées.

Des indications apparaissent au cours du jeu pour vous aider mais elles n’apparaissent même pas toujours au bon moment. Il suffit que l’on se trouve trop prêt d’une zone particulière et la phrase d’aide apparaît inexorablement même si on a pas besoin d’aide à ce moment précis.

Mais le plus énervant, c’est la caméra qui se place tout le temps mal. La caméra sur rail, c’est très bien pour des jeux comme The Lords Of The Rings qui proposent un gameplay simple mais pas pour des jeux comme Catwoman qui nécessitent des prouesses de manipulation.

C’est mardi gras sergent ?

Catwoman est donc un titre à éviter. Mais grâce à l’effet "licence", le jeu devrait trouver son public, à mon grand désarrois.

Graphismes : 92%
Vraiment très joli, la XBox en a vraiment sous le capot !

Animation : 86%
Très fluide. Les seuls problèmes que j’ai relevés proviennent de la motion capture des différents protagonistes. Seule Catwoman, au popotin dodelinant et avec ses déplacements de félin, a bénéficié du plus grand soin.

Jouabilité : 06%
Il est clair que vous passerez votre temps à pester sur le gameplay tellement nul qu’il vous coupe toutes les phases d’action. Au lieu d’obtenir l’effet grisant d’un chat qui voltige un peu partout dans les décors, vous êtes forcé de vous arrêter à chaque nouvel obstacle...

Bande Son : 53%
Je retiendra juste le jeu pathétique des acteurs et les réflexions débiles de Catwoman qui n’atteignent tout de même pas les commentaires nullissimes de la voix-off dans Spiderman 2... Mais ils se disputent quand même le podium. La bande-son sauve Catwoman du naufrage, et heureusement, car elle n’aime pas l’eau !

Intérêt : 12%
Epuisant dès les premières minutes de jeu.

Note Globale : 18%
Quel que soit le support, Catwoman est un ratage complet. Un titre qui avait pourtant du potentiel et qui s’était au moins donné les moyens d’être beau. Mais sans gameplay adéquat, un jeu n’est rien.


NOTE : 01/10