Consoles-Fan
23/07/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2984 articles en ligne

 
Catwoman
Point de chat badabada
Un film avec Chat ron Stone

Apr

Miaou ?

Patience Philips crée avec talent des concepts publicitaires pour l’agence de cosmétique Beau-Line qui l’emploie et qui s’apprête à lancer un produit révolutionnaire rajeunissant. Mais ce produit cache un lourd secret que Patience découvre malgré elle. Elle devient un témoin bien gênant et se fait bien vite éliminer. Sa mort est le déclic qui va lui permettre de se réincarner en Catwoman, une femme fatale, agile, sensuelle et très sûre d’elle : en gros, tout ce que Patience n’était pas. Elle était bien trop timide. Le changement radical de personnalité n’est certes pas un thème nouveau au pays des super-héros. Il n’y a qu’à voir Superman ou Spiderman pour s’en convaincre.

Pas crédible

Une fois Halle Berry transformée en une Catwoman qui remue du postérieur avec acharnement, le film de Pitof verse exagérément dans le cliché. Cela devient rapidement énervant et on découvre un film au scénario bien creux. Et c’est bien dommage car la première demi-heure du film avait pourtant bien démarré. On n’était tout simplement pas encore rentré dans le grotesque de l’aspect fantastique du film. On se retrouve alors embarqué dans un mauvais Marvel. Dommage.

Chat rabia

Sharon Stone, la top-model déchue car plus très fraîche, la méchante de l’histoire et Lambert Wilson (le patron de Beau-Line et mari infidèle de Shanron Stone) jouent vraiment comme des pieds. C’est tellement surjoué que cela choque pendant tout le film.

Le réalisateur semble avoir un malin plaisir à placer sa caméra sur des rails de montagnes russes quitte à faire attraper mal au coeur au spectateur qui se fait trimbaler n’importe comment. Mais c’est tellement plus pratique pour admirer la plastique de Halle Berry sous toute les coutures. Surtout qu’il n’y en a pas énormément (de coutures) sur son costume "en cuirette noir type Princesse Domina acheté chez Carrefour" et bien déchiré là où il faut pour émoustiller le mâle moyen en période de rut.

Même les effets spéciaux sont assez foireux : on distingue parfaitement les passages en images de synthèse du reste. Alors finalement, allez voir ce film si vous êtes contents en regardant une démo de jeu vidéo et des filles sexys qui portent des vêtements qu’on ne voit jamais en rue. N’allez pas le voir si vous en attendez un peu plus pour le prix d’un ticket de cinéma.


- R