Consoles-Fan
21/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2889 articles en ligne

 
Guardian Heroes
Treasure et moi : c’est une histoire d’amour.
Eh ! Ne cassez pas tous ces beaux d

Quand on aime un jeu, il est toujours difficile d’en parler sans que le c

Le jeu démarre sur une longue intro assez bien compressée sur une musique médiévale mais rythmée. L’ambiance est malheureusement un peu cassée par les quelques phrases prononcées par les héros du jeu. Elle laisse place à un écran titre très sobre.

Même si la boîte de jeu indique qu’il est possible de jouer à 6, le mode story n’est jouable qu’à deux. Pourquoi pas à quatre, on peut se le demander. En tous cas ce choix en a fait jaser plus d’un à l’époque. Pour jouer à plus de deux joueurs, il faudra vous retourner sur le mode versus. Certains le trouvent très bordéliques, je n’ai jamais vraiment rencontré ce genre de problèmes. Sans doute, des joueurs pas très habitués aux shoot-them-up. Car avec le nombre de projectiles et d’explosions qui fusent de partout, on s’éloigne vraiment du jeu de baston classique, mais qu’est-ce qu’on s’éclate en en prenant plein les mirettes sur cet ancêtre de Power Stone qui se déroule sur 3 plans parallèles. Un bouton vous permet de changer de plan à loisir. En tous cas, le mode versus présente une belle originalité : il sera possible de sélectionner n’importe quel personnage que vous aurez rencontré dans le jeu, ce qui en fait tout de même une belle brochette mais attention, ils sont très inégaux au combat !

Mais revenons vers le mode Story qui compose clairement le noyau du jeu. Vous pouvez choisir un des 4 personnages au choix (Harn le guerrier, Randy accompagné de son petit animal familier, Ginjirou le ninja plus rapide que son ombre et enfin Nicore la magicienne). Un 5eme combattant sera sélectionnable une fois que vous aurez terminé le jeu ! Fréquemment, des personnages guidés par l’ordinateur vous rejoindront dans la bataille. Vous pourrez même donner des ordres à l’un d’entre eux, une sorte de squelette revêtu d’une armure dorée, qui vous protègera, attaquera ou déclenchera sa furie ravageuse sur votre simple demande.

Chacun des personnages dispose de caractéristiques bien particulières mais dont les différences peuvent être corrigées par la suite en boostant entre chaque stage les caractéristiques comme vous le désirez. Ces caractéristiques sont accessibles en appuyant simplement sur pause. Vous découvrirez alors que votre personnage dispose d’un statut assez détaillé pour le genre. Un système de level est également mis en place avec le nombre de points d’expérience qu’il vous faut encore obtenir afin de passer au level suivant.

Les coups sont vraiment nombreux et peuvent être enclenchés suite à des manipulations comparables à celles de la plupart des jeux de combat ou via un menu que vous obtenez en appuyant sur le bouton Z. Je vous encourage à retenir les quelques coups spéciaux, c’est nettement plus amusant et plus dynamique que de les sélectionner systématiquement.

Le tableau d’affichage vous indique très clairement via une jauge l’état de votre vie et de votre magie. Cette jauge ne variera pas en longueur mais la valeur qui s’affiche à l’intérieur augmentera. Ainsi la jauge représente plus une proportion qu’une valeur fixe.

Les musiques du jeu sont cultissimes. Je pense les connaître toutes par cœur : elles entrent dans votre esprit pour ne plus jamais en ressortir. Les décors qui se déroule dans des villages, châteaux, des forêts et des montagnes sont sublimes, composés de plusieurs scrollings pleins de couleurs et zooment et dézooment sans jamais fatiguer la Segasaturn. Le design character est absolument génial, on croirait presque jouer à un dessin animé tant le coloriage et l’animation des personnages sont réussis. Les effets spéciaux sont somptueux, avec entre-autres une belle flopée d’effets de transparence.

Mais la force de Guardian Heroes est de proposer pendant l’aventure divers chemins qui vous permettront de découvrir au bout du compte 30 stages et plusieurs fins différentes ! Vous n’êtes donc pas près d’en voir le bout. De plus, vous ne vous ennuierez pas une minute avec le nombre de sprites affichés sur un même écran, il va falloir vous surpasser ! Et puis, que serait un jeu Treasure sans ses boss phénoménaux gérés en distorsions et qui remplissent presque tout votre écran ? On se le demande !

Guardian Heroes est un must buy, vous l’avez compris. On peut y rejouer pendant des heures sans se fatiguer. Je me souviens même d’une journée où je m’étais amusé avec un pote à le terminer pour effectuer tous les chemins possibles et imaginables. Il occupe clairement une place de choix parmi les jeux Treasure que je préfère et j’espère vivement voir un jour arriver sa suite sur console de salon. En attendant, il y aura toujours la Saturn.

Graphismes : 93%
Superbes, complets, colorés, les nombreux stages de Guardian Heroes vous émerveilleront.

Animation : 77%
Quelques ralentissements sont à relever !

Jouabilité : 91%
Un beat-them-up évolué et abouti.

Bande Son : 91%
Excellentes. Vous pourrez les écouter à loisir sur votre chaîne Hi-Fi.

Intérêt : 96%
Du fun à en revendre et une durée de vie exceptionnelle pour le genre si vous souhaitez découvrir l’ensemble des stages.

Note Globale : 90%
Guardian Heroes est une merveille de la nature, il n’existe que sur Segasaturn. Oh dommage Elianne.


NOTE : 09/10