Consoles-Fan
25/05/2018

Auteur
  

2943 articles en ligne

 
Kingdom under Fire : The Crusaders
Dynasty warriors n’a qu’
Euh non en fait

Kingdom under Fire : the Crusaders ("KUF" pour les intimes) est la suite d’un jeu PC sorti il y a de cela quelques ann

Tout commence pourtant très mal. La page d’accueil laisse avancer une camera au centre d’une pièce ornée de colonnes avec d’horribles saccades toutes droits sorties d’un Pc asmathique...

La caméra se fixe sur un pupitre où trône un vieil ouvrage ouvert. Les pages tournent et nous invitent à la lecture. C’est on ne peut plus austère, l’animation des pages manque de fluidité, du verbiage nous raconte l’histoire du premier opus pour nous mettre dans le contexte, mais l’envie n’y est pas. Pas d’animations, pas d’images, un peu plus et on se croirait presque dans Myst... Finalement on zappe le scénar, qui plus est écrit en anglais (dans la démo), pour ne pas se gâcher le plaisir de la découverte du jeu dans son entier. Et là, summum de la catastrophe, la caméra recule dans un tango désarticulé de hoquets parkinsoniens pour se figer avec le mal de mer sur une statue représentant un des quatre héros de jeu. Ces derniers représentent les quatre races disponibles et quatre campagnes différentes. On a alors le choix entre un paladin et une elfe noire. Commençons par notre paladin au design un peu fade.

Non ne partez pas !!

Bon c’est vrai la mise en bouche est tout simplement... catastrophique. C’est d’ailleurs assez incompréhensible... Peut-être n’est ce le cas que sur cette démo ? Peut-être que les animateurs de l’intro étaient stagiaires à franprix ? Peut-être qu’ils ont programmé l’intro sur PS2 et qu’ils l’ont ensuite émulée sur Xbox ? Enfin, quoi qu’il en soit, il nous faudra juger sur le produit fini. Dépassons donc cet écueil pour nous consacrer au vif du sujet.

La campagne commence avec une cinématique qui donne le ton. Caméra 16/9° qui donne un effet cinéma très solennel. Les bruitages laissent entendre le cliquetis des armures et des épées. Les voix anglaises sont plutôt bien jouées. Et surtout les graphismes s’annoncent alléchant, certes un léger allaising subsiste mais rien de rédhibitoire. Les effets de reflets sur les armures rappellent ceux observés dans KOTOR. Les brins d’herbes sont nombreux, la forêt luxuriante. La crainte de tomber face à des décors vides paraît infondée. La cinématique met en scène un dialogue entre les trois protagonistes principaux. Le Héros et ses deux généraux. Le premier, blondinet sans charisme ressemble un peu a la Jeanne d’Arc de Besson en mec avec des muscles... Mais les deux généraux ont une allure plus travaillée. Il y a un bon gros bourru avec son marteau tout droit sorti de l’armée irlandaise de Braveheart. Et une sorte d’amazone on ne peut plus séduisante. Les répliques bourrines à souhait volent, avec un vocabulaire qui ne plairait pas à MTV... Jouissif ^^

Mont-joie ! !

Les présentations étant faites commençons. Le joueur dirige dans un premier temps l’armée du héros. Avec le stick gauche il pivote un trait lumineux qui indique, dans une vue à la 3° personne éloignée, la direction où va avancer la troupe en appuyant sur A. Tout se dirige très simplement. Mais l’on peut faire autrement. En restant appuyé sur la gâchette de droite on agrandit une carte située en haut à droite. La on peut indiquer directement avec une flèche l’endroit où l’on veut envoyer notre troupe. Chose faite elle se déplace toute seule vers le lieu indiqué.

JPEG - 201.7 ko
La carte en question...

Arrivé au point voulu, des ennemis mal intentionnés nous attendent : Baston ! ! ! Le jeu passe alors en mode Dynasty Warriors, le héros est directement dirigé par le joueur. Ce dernier dispose de plusieurs combos possibles avec trois boutons d’attaques et une esquive/contre. Lors du combat (et même pendant la promenade d’avant) une barre de SP (spirit power ?) se remplit et permet de déclencher des attaques spéciales. En appuyant sur deux boutons à la fois on fait intervenir les généraux, l’un se jette dans la masse en tournoyant avec son marteau et l’autre lance une nuée de couteau. De plus en appuyant deux fois sur Y, le Héros déclenche un coup spéciale non sans rappeler le coup ultime de Barbarian II, (ou de Golden axe comme vous préférez ) ^^ Pas très spectaculaire mais extrêmement efficace ! !

Le tout est servi, et là on peut le dire, par une réalisation HALLUCINANTE ! ! ! C’est simple cette petite escarmouche entre deux petites troupes ferait presque penser à l’attaque du gouffre de Helm (quoi j’me lâche ? !). Les personnages tous en action se comptent par dizaines à l’écran sans aucune saccade, c’est monstrueux. On est vraiment au cœur de la bataille. C’est d’une puissance inouïe ! ! ! Les coups tranchent, les impacts font mal aux oreilles (et aux dents), les musiques ahhh, les musiques... Metalleux de ton état tu seras aux anges. Quel bonheur d’avoir en fond sonore du bon métal bien lourd, bien gras, bien martial. Pas du "heavy métol" lyrico chevaleresque, non du bon métal de chez papi ! Jouissif (comment ça je suis partial ??!!) ! Et pour tout ceux qui n’aiment pas le genre, je dirai simplement qu’il colle parfaitement à l’ambiance, enfin il me semble !

« Ready to serve »

La première mission ne permet donc que de se familiariser avec les commandes du combat en masse. La deuxième permet elle de se faire la main sur l’aspect tactique. Les choses se compliquent alors un peu. Mais avec un peu d’entraînement tout devient (presque) instinctif. Il suffit d’appuyer sur la gâchette de gauche et le joueur contrôle l’unité dont la barre d’énergie et au plus haut à gauche de l’écran. Il peut alors la diriger directement ou la contrôler via la petite carte. De là, il peut décider de tout l’aspect tactique. Il peut directement locker une armée ennemi pour l’attaquer. Par exemple lors d’un raide aérien d’aigle avec les elfes, il faut diriger les archers et locker sur la carte le cercle rouge représentant les aigles, ainsi les archers décocheront leur flèches, alors que si on les positionnait dessous sans instruction ils ne feraient rien...

Il faut donc toujours tout diriger via cette petite carte très pratique. Ce système a été très bien pensé puisque tout se fait très rapidement, sans temps mort, on reste concentré sur l’action et sous pression. Il faut faire vite et au mieux. Lors de la 2° campagne des elfes, avec de nombreuses troupes, on commence vraiment à imaginer tout le potentiel tactique du jeu et il y a vraiment nature à faire très très fort.

Un potentiel de titan

L’équilibre parait fort respecté entre importance des combats directement menés par le héros et aspect tactique. Et mon petit doigt me dit qu’en progressant dans le jeu, l’aspect tactique deviendra de plus en plus déterminant...

Ajoutez à cela un excellent charac design, très gothique, et mâtiné d’une légère touche asiatique à peine perceptible, peut-être dans le choix de certaines couleurs. En tout cas, le tout n’est pas trop typé PC à la Morrowind et tant mieux !! C’est très beau et si vous aimez l’ambiance Chronique de la Lune Noire vous serez comblés ! Les combats s’annoncent épiques et l’utilisation de pouvoirs magiques on ne peut plus spectaculaires ! L’aspect tactique semble enfin concilier le genre avec le monde des consoles de salon ce qui est une première mondiale !! (qui a dit Conflict Zone !?). On nous promet en plus un scénario digne de ce nom (et je le crois au vu des prémices scénaristiques avancées et de la qualité des dialogues !). Les phases de gestion pures avec prise en considération des habilités du héros, de l’expérience des troupes, l’achat de mercenaire etc. ne seraient par en reste.

Alors que vouloir de plus ?? Un mode Live ? et bien oui. Il est là, rien que pour vous... Rhhhaaa Lovely !!!! ^^ Seul ombre au tableau on nous annonçait un mode 4 joueurs, et il ne serait plus question aux dernières nouvelles que d’un mode duel. Mais qu’importe, ce jeu à tout pour devenir une nouvelle référence sur Xbox, c’est simple comme me faisait remarquer le guitariste de (un grand groupe de néo métal qui monte ^^) si ce jeu avait la licence du Seigneur des Anneaux il serait le carton de Noël... A méditer... Quoi qu’il en soit, aux vus de cette démo on ne peut attendre que du très bon de ce KUF. Pour moi le grand outsider de ce Noël 2004 ! ! !

Aalok