Consoles-Fan
17/01/2018

Auteur
  

2888 articles en ligne

 
Eternal Sunshine Of The Spotless Mind
Souvenirs d’amour
pour m

Brillant.

Ah, ça ne vous suffit pas ? Pourtant je trouve que c’est un bon résumé moi. Bon, je suis pas payé au mot mais je vais quand même faire un petit effort. Eternal Sunshine of The Spotless Mind raconte l’histoire d’un couple très heureux, celui de Joel (Jim Carrey) et de Clémentine (Kate Winslet). Sans comprendre vraiment pourquoi, Joel va apprendre qua sa compagne a décidé de l’effacer de sa mémoire. Rongé par la douleur, il décide d’entreprendre la même démarche et contacte le médecin qui a effacé une partie de la mémoire de Clémentine. Mais en cours d’opération, alors qu’il est endormi, Joel découvre en remontant vers les souvenirs les plus anciens qu’il va effacer tant de moments heureux qu’il décide de lutter contre le processus.

Le scénario de Kaufman (Being John Malkovitch, Adaptation, Human Nature) est une fois de plus exemplaire, aussi créatif qu’original et complexe. Ce scénario est si bien ficelé qu’il dépend de l’état et du comportement de chancun, qu’il zappe d’un rôle en rôle sans en avertir le spectateur mais sans pour autant l’égarer. Car Joel rêve de Clémentine et Clémentine prend conscience qu’elle est dans son rêve... ou pas ! Joel, veut la protéger de l’effacement et tente de la cacher dans les recoins les plus retranchés de son cerveau. Cela crée un tas de combinaisons relationnelles vraiment très intéressantes, d’autant plus qu’il faut aussi compter avec la réalité. Joel rêve mais entend ce qu’il se passe autour de lui. Les voix entrent dans son rêve et interagissent avec un Joel qui réaliste que les voix sont extérieures à son rêve... ou pas. Rajoutez à cela un élément géographique assez perturbant à suivre : Joel peut se déplacer d’un lieu à l’autre sans cohésion aucune puisqu’il rêve.

On obtient un synopsis incroyablement dur à monter mais très clair grâce à une mise en scène impeccable, bourrée d’astuces et d’effets spéciaux incroyablement ficelés. Je ne me rappelle pas avoir vu quelque chose d’équivalent. Bien plus que la qualité, c’est l’ingéniosité qui ressort de ces effets. Les souvenirs effacés s’effondrent ou disparaissent dans l’obscurité. Mais il faut vraiment le voir pour saisir l’ampleur de ce chef d’œuvre artistique et fantaisiste.

En redécouvrant son amour, Joël entame une fuite en avant avec des moments intenses, burlesques, des changements de rôle et de situations qui s’enchaînent à grande vitesse et donnent un rythme fabuleux au film. Mais comme si cela ne suffisait pas, l’arrivée des deuxièmes rôles va rendre les choses un peu plus compliquées avec leurs petites histoires personnelles. Entre l’informaticien béat amoureux de la secrétaire médicale amoureuse de son patron et leur ami esseulé qui rêve de remplacer Joël dans le cœur de Clémentine, que de suspens en perspective.

La distribution du film est splendide. On retrouve outre les deux rôles principaux que j’ai déjà développés Kirsten Dunst (Virgin Suicide, Wimbledon, Spiderman), Tom Wilkinson (Shakespeare in Love, The Full Monthy) et Elijah Wood (Lord Of The Rings, Deep Impact, The Good Son).

Eternal Sunshine of The Spotless Mind est mon coup de coeur du moment, si vous n’allez voir qu’un film par an, vous savez maintenant ce qu’il faut aller voir !


 R