Consoles-Fan
22/06/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2959 articles en ligne

 
Mortal Kombat : Deception
4 jeux en un
Combat, Aventure, Puzzle et Echec

L’arriv

On démarre donc sur une très belle intro en images de synthèse. Ok ! L’habillage semble une fois de plus très au point. Bien vite, on se retrouve face à une série d’options qui semblent révéler une fois de plus un bon paquet de surprises mais si l’épisode précédent se limitait à des bonus de DVD, Midway a frappé très fort cette fois-ci en proposant 4 jeux sur une même galette. Mais si vous le voulez bien, débutons avec du classique, abordons le jeu de combat qui fait office de jeu principal et qui propose quand même 24 combattants dont beaucoup sont à débloquer.

Au premier abord, je dois vous avouer que j’ai été bien déçu. J’ai même cru que les jeux bonus avaient été rajouté suite à la prise de conscience du désastre. Il faut dire que si les décors disposent de fines textures, on ne peut pas avouer qu’ils soient hallucinants. J’espérais vraiment que ce Mortal Kombat marque vraiment le coup mais ils se sont contentés de reprendre le moteur du Deadly Alliance ce qui n’est pas un mal, certes. Malheureusement, les animations se comptent sur les doigts d’une main et les décors restent désespérément vides. En fait, la richesse de ceux-ci n’apparaissent pas au premier coup d’œil car ces derniers sont évolutifs comme dans un Dead Or Alive, destructibles et bourrés de pièges qui vous permettent de réaliser des fatalités en cours de match.

Quand je repense aux débuts des Mortal Kombat, je me dis que finalement, la série a assez bien évolué. Le redesign complet des personnages permet de moins lasser. Chacun possède depuis le Deadly Alliance de nombreux nouveaux coups puisqu’il est possible de zapper entre plusieurs techniques de combat, faisant appel à une arme blanche ou pas. Chaque combattant est à présent capable de bloquer des attaques en changeant de plan, en s’abaissant, en bloquant ou en contrant. L’apparition de cases de couleurs au-dessous de la jauge de vie vous informe sur ce que va faire votre adversaire. Mine de rien, cela rend le jeu très technique sans pour autant trop trahir le jeu de l’adversaire.

La fameuse montagne que l’on retrouve dans chaque épisode et qu’il vous faudra gravir vous informe désormais non seulement sur votre adversaire mais aussi sur le décor dans lequel vous allez pouvoir démontrer que vos années d’entraînement tout là haut sur la montagne n’ont pas servi à rien.

La ballade des pendus

Pour ma part, j’apprécie énormément le décor où l’on se bat sur des vitres transparentes qui se craquèlent à chaque choc violent pour enfin céder et vous emmener à l’étage du dessous. Un deuxième décor qui m’a beaucoup plu est le décor qui se déroule sur un île tropicale. Quel rapport avec Mortal Kombat si ce n’est dans le film où les protagonistes débarquent sur une île, eh bien pas grand chose, d’autant plus que la musique de circonstance qui l’accompagne dénote plutôt avec la série. Pourtant, en un coup d’éclair, l’île paradisiaque se transforme en un bout de terre abandonné infesté d’horreurs en tous genre. Les palmiers sont devenus des serpents. C’est l’île du yin et du yang ou quoi ? Les rings out sont de retour dans certains stages. Qui a envie de se retrouver en brochette tout en bas ? Sur le bateau, vous pourrez vous battre au son romantique du ressac et du crissement des lianes des pendus. Mais vous, vous préférez peut-être jeter votre adversaire sur une plaque brûlante, rien que pour le regarder en train de tenter ce qu’il reste de son corps occupé à cuire, alors qu’il sait très bien qu’une gigantesque presse va venir abréger ses souffrances. Il le sait, si, il le sait ! Et que diriez-vous, si vous n’avez pas le vertige, d’un combat sur un ring surélevé dont les bords s’effondrent petit à petit. Il ne vous reste plus qu’à vous battre sur un mouchoir de poche !

Kiri, kiri, kiri ! Le fromage des gastronomes en culotte courte, pas des aras !

En fin de combat, vous avez toujours quelques secondes pour placer une fatalité. Mais vous pouez empêcher votre adversaire de le faire car le vaincu peut aussi choisir de se faire Hara-Kiri !

Ce Mortal Kombat est sans doute le Mortal Kombat en 3D qui se rapproche le plus des premiers épisodes de la série. Beaucoup d’éléments ont d’ailleurs été obséquieusement repris ! Certains y trouveront donc peut-être l’occasion de se le procurer.

Chess Kombat

Voilà un nom bien mal choisi pour un jeu d’échec qui n’en est pas un... En effet, les déplacements ne sont pas ceux des échecs même s’ils ont tendance à s’y apparenter. Vous bougerez donc vos pièces avec peu de stratégie et ne gagnerez une case qu’en battant votre ennemi en duel, à la Mortal Kombat. Etre le plus fin ne vous servira vraiment à rien, il faudra être le plus fort. Certaines magies vous permettront de faire revenir à la vie des pièces perdues ou de foudroyer quelques-uns de vos adversaires. Sans doute, en évitant l’utilisation des règles d’échec, ont-ils voulu s’adresse au plus grand nombre, ce qui ne peut évidemment que décevoir les joueurs d’échec confirmés.

Puzzle Kombat

Place au jeu de puzzle mettant en scène des personnages de Mortal Kombat. Et dire qu’ils auraient pu le sortir comme un jeu à part et nous faire repasser à la caisse. Ils sont gentils chez Midway finalement, ça me donne moins envie de m’énerver contre le faux jeu d’échec tiens. Bon, n’allez pas croire non plus au miracle, Puzzle Kombat n’apporte absolument rien au genre puisqu’il s’agit de la copie « digitalisée » de Puzzle Fighter ou mieux, de Baku Baku Animal. Des pièces colorées tombent deux par deux, il faut assembler les couleurs ensemble et attendre une pièce en forme de dragon, lui aussi coloré, pour faire exploser les pièces de sa couleur qu’il touchera. Ca vous dire rien le lapin qui mange des carottes et le panda qui mange du bambou ? Ben oui, c’est pareil. Et bon, ne crachons pas dans la soupe, c’est quand même un plus, même si c’est du plagiat. En bas, on a droit à un combat entre les deux adversaires représentés en SD. Ce combat illustre parfaitement l’état du jeu.

Konquest

Bienvenue dans le monde de Mortal Kombat Konquest, un jeu d’aventure très cubique avec des persos bien moches et qui tourne autour de l’univers de Mortal Kombat. Si, je vous jure ! Cette fois-cil, le intérieurs japonais très épurés arrangent bien nos amis programmeurs qui n’avaient vraiment pas l’intention de se pencher sur un véritable jeu. Un bonus, ça suffira bien. Oui mais voilà, un jeu d’aventure, cela demande quand même un peu plus de personnalité que cela si on veut y investir du temps.

Vous êtes Sujinko, un jeune villageois plein d’avenir qui suit des cours d’arts martiaux. Pour vaincre le mal, vous devrez bien évidemment suivre une formation puisque « tu n’es pas prêt petit scarabée ». Dans les villages, vous pourrez frapper les habitants, ce qui rappellera un certain Goemon. Mais rassurez-vous, tout le monde sera remis d’aplomb dès que vous serez rentré dans une maison. La météo est gérée de manière brutale : il pleut d’un coup, il s’arrête de pleuvoir d’un coup, les journées se succèdent très rapidement. Attention, prenez bien garde aux heures car tout n’est pas toujours ouvert. On est donc bien en face d’une sorte de Shenmue du pauvre car Konquest ne restera pas dans les annales.

Il vous restera donc à vous tourner vers les bonus, très nombreux se déclinant en images, vidéos, la krypte avec plus de 500 tombes à découvrir mais aussi de la démo jouable de Area 51 qui semble très prometteur si l’on en croit les très nombreuses animations présentes dans ce FPS frénétique. Mais ça, c’est une autre histoire, euh, un autre test.

Graphismes : 70%
Ok, c’est beau, mais tous les autres jeux de combat du moment déchirent, alors il faudrait peut-être que Midway prenne conscience que son moteur graphique commence à vieillir.

Animation : 82%
60 images par seconde, mais il est vrai que la XBox n’est pas surchargée de polygones.

Jouabilité :66%
Je n’aime pas tellement le système de latence du jeu : il faut en effet appuyer sur certaines suites de bouton avec le bon timing avant même de voir s’effectuer les combos dans leur intégralité.

Bande Son :76%
La bande son est fidèle à la série, la voix caverneuse qui annonce le début des rounds est la même depuis le premier épisode.

Intérêt : 70%
Déroutant au départ et peut-être même un peu faiblard sur le plan de la technique, Mortal Kombat dévoile son intérêt au compte-goutte. Il est vrai que la présence de nombreux bonus jouables ou non, augmente pas mal la durée de vie de ce titre.

Note Globale :72%
Mortal Kombat : Deception est une valeur sûre mais malheureusement plus pour la quantité offerte que la qualité.


NOTE : 07/10