Consoles-Fan
18/12/2018

Auteur
  

3061 articles en ligne

 
Fight Club
Ou l’art de passer un savon.
Mets ta main sur la table !

En vous parlant de Fight Club, je sais que je prends des risques

Transposer le film culte de David Fincher en jeu vidéo est une véritable hérésie pour tout cinéphile qui se respecte, surtout pour le réduire en simple jeu de combat de rue. Fallait-il vraiment passer par là, affubler le film de tout ce qu’il n’est pas, à savoir un film d’action au scénario d’une ligne et demie. Pour voir arriver un tel produit sur le marché on est en droit de se demander si les personnes qui ont eu une telle idée ont compris quelquechose au film ! C’est pas Ong Bak quoi !

Sur le fond et le plan technique, je n’ai vraiment pas grand-chose à redire sur ce jeu. C’est juste le choix de la licence qui me laisse perplexe. Certes, on retrouve les différents protagonistes du film mais le rapprochement se limite vraiment à ça. Et en plus, on a droit qu’aux personnages secondaires : les principaux sont passés à la trappe un peu comme pour dire que les Fight Club se sont bien développés et continuent à sévire de par le monde. Pour ma part, je penche plutôt vers le fait que modéliser Brad Pitt ou Edward Norton devait coûter trop cher !

On peut aussi se demander pourquoi un tel titre ne sont même pas en même temps que le film en salle ou même en DVD. Non, c’est vraiment du pur marketing gratuit et exécrable. Enfin, j’espère que vous avez compris où je veux en venir, je suis certain que ceux qui ont apprécié le film m’ont compris. Mais si vous le voulez-bien, je limiterai mon coup de gueule à ces quelques lignes afin de passer à la partie intrinsèque du jeu, en faisant fi de son nom.

T’ar ta gueule à la récré !

Ce nouveau jeu de combat de rue donc se défend vraiment bien et a tendance à faire oublier les Kakuto Chojin et autresTao Feng, pour ne citer qu’eux puisqu’ils jouent un peu dans la même cour. L’aspect graphique est effectivement très ressemblant, à savoir un style réaliste, digitalisé, mais cette fois-ci, c’est vraiment très beau et abouti. Les décors sont crédibles et ont bénéficié d’une modélisation exceptionnelle même si les arènes se présentent un peu toujours de la même façon : la partie centrale est un peu vide, entourée de spectateurs bien remuants et de décors qui s’étendent très loin. Ceux-ci sont vraiment superbes et soulignés par des effets d’éclairage splendides. La pluie est aussi très réussie et détoure les combattants d’un fin filet blanc et étincelant.

Les combats se déroulent dans des arènes 3D mais le gameplay vous permet de bien profiter de cette profondeur de champs. Cependant, ne vous attendez pas à courir librement comme dans un Power Stone, vous ferez juste des pas de côté un peu comme dans Virtua fighter, en restant face à face, mais avec plus d’aisance puisqu’il suffit d’appuyer vers le haut ou vers le bas avec votre manette.

Gentlemen, start your body !

Un combat se termine lorsque l’adversaire est battu ou abandonne. Chaque personnage a des coups et des projections, mais outre leur différenciation physique et leur attitude, la ressemblance dans le gameplay est forte. Dommage. Vous infligez des blessures en temps réel sur toutes les parties du corps. Lors de certaines projections, vous assisterez même à un flash afin d’admirer grâce à une radiographie du corps de votre malheureuse victime la position anormale des membres ou les dégâts osseux que vous allez lui infliger ! Ca fait mal.

La version bilousienne est plus aboutie techniquement que sur PS2 : en effet, les principales différences viennent des contrastes et des effets d’éclairage que la Xbox semble bien mieux maîtriser. Il me reste à vous signaler une comptabilité avec le XBox Live, la possibilité de créer votre propre combattant et de le faire évoluer dans une aventure qui, je l’espère, vous positionnera parmi les meilleurs combattants.

Finalement, je ne vais pas vous recommander ce Fight Club aux combats bancaux, au gameplay trop semblable d’un personnage à l’autre et à la licence peu appropriée à l’esprit violent du jeu car il m’est avis que vous pourrez trouver bien mieux sur XBox comme un Dead Or Alive par exemple. Alors pourquoi s’encombre d’un jeu juste moyen ?

Graphismes : 90%
Il faut aimer les couleurs ternes et les décors réalistes, ce n’est pas trop ma tasse de thé, mais je veux bien lui reconnaître une grande réussite esthétique dans son genre.

Animation : 90%
Impeccable, d’une très grande fluiditié.

Jouabilité : 44%
Imprécise et surtout semblable chez tous les protagonistes.

Bande Son : 62%
Des extraits pas inoubliables qui proviennent du film.

Intérêt : 46%
Très décevant sur le fond, Fight Club s’enlise dans sa répétitivité.

Note Globale : 53%
Fight Club est un beau jeu, pas un bon jeu !


NOTE : 05/10