Consoles-Fan
11/12/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3056 articles en ligne

 
Dead Or Alive Ultimate
Salut, c’est Tony de Kho-Lanta 3, l’ancien gendarme !
Elles sont ici les poulettes ?

Mais qui voil

Dead Or Alive 2 est sans doute le Dead Or Alive qui a été le plus adapté depuis le début. Sorti tout d’abord sur Dreamcast en version américaine avant d’avoir droit à la japonaise, le jeu avait alors magnifié la console spiralée de Sega. Tecmo proposa alors pour la version japonaise du jeu sur Dreamcast une version L.E. pour limited edition. Le jeu bénéficiait de deux nouveaux personnages, deux nouveaux décors, d’une augmentation de la taille de certains décors grâce à des passages à débloquer et de nouveaux costumes. C’est sur PS2 qu’il a fallu donc attendre le plus pour pouvoir y jouer, Tecmo se fit vite pardonner en proposant une Dead Or Alive 2 Hardcore, qui ressemblait en tous points à la version Limited de la Dreamcast mais proposait largement plus de décors, même si les décors exclusifs avaient moins de charisme que les originaux et n’avaient pas une réalisation comparable. Mais ces décors de seconde zone avait néanmoins le mérite d’exister ! Dead Or Alive 2 est donc de retour une fois de plus, jouable en live, avec des décors que nous connaissons, que nous redécouvrons sous d’autres auspices, aggrandis, redessinés mais familiers, et de tous nouveaux décors. Mais une chose est certaine, ils bénéficient tous du moteur de Dead Or Alive 3, alors évidemment, ça claque.

Je reprocherai cependant à Tecmo de ne pas avoir intégré tous les personnages du 3 car on se retrouve finalement ici avec une « fausse » suite qui regroupe seulement 12 personnages : 5 filles et 7 garçons. Certes, certains sont à débloquer ainsi que des costumes très stylés et des décors, mais bon...

Comment vous parler de Dead Or Alive et ne pas vous parler des bouncing breast. Il me semble que les seins gigottent un peu plus que dans le 3 et autant que dans le 2. Un détail qui a son importance pour vous aussi, j’en suis certain ! Et maintenant : la séquence émotion !

Techniquement, Dead Or Alive Ultimate est d’une telle beauté que même si vous possédez tout comme moi l’ensemble des versions précédentes, s’offrir un jeu une fois de plus si ressemblant peut passer pour du luxe mais il est tellement joli que j’appellerai plutôt ça se faire plaisir. Les éclats de vitre sont sublimes avec une gestion des reflets incroyables. Certains décors poussent le détail à un tel point qu’on découvre certains éléments qui n’apparaissaient pas comme des évidences dans les versions précédentes. Quand on sait que Tecmo travaille déjà sur un Dead Or Alive 4 sur Xbox 2, on ne peut s’empêcher de rêver !

On peut néanmoins se demander pourquoi Tecmo n’a pas sorti un jeu reprenant les deux opus en retravaillant l’ensemble des décors, un tel update aurait je pense été encore plus appréciable. Sans doute, ont-ils jugé que l’effort était déjà suffisant pour se vendre suffisamment, ils ont eu vraisemblablement malheureusement eu raison.

Dead Or Alive Ultimate pêche peut-être par son manque d’innovations face aux épisodes précédents mais après tout, le jeu a toujours été annoncé comme une remake dont la possibilité essentielle est de pouvoir s’affronter en ligne, et puis, même comme ça, c’est tellement bon !

Graphismes : 99%
Le plus beau jeu de baston à l’heure actuelle : les décors sont en plus encore mieux conçus au niveau architectural et évolutif que dans le 3 !

Animation : 99%
Impeccable ! Parfaitement fluide et pêchu ! Certains mouvements impressionnent.

Jouabilité : 94%
Certains lui reprocheront d’être bourrin mais c’est tellement jouissif !

Bande Son : 94%
Dans l’esprit de Dead Or Alive.

Intérêt : 95%
On y revient encore et encore sans jamais se lasser.

Note Globale : 97%
Un must buy ! Dead Or Alive Ultimate a réussi à me convaincre malgré son aspect remake. Il n’y a même pas lieu d’hésiter.


NOTE : 09/10