Consoles-Fan
14/08/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2997 articles en ligne

 
Chaos Legion
Legion
Ni l’un ni l’autre,

A l’instar du shoot’em up, le beat’em all ne mourra jamais. Malgr

En vrai beat’em all, Chaos Legion ne tranche pas avec les canons du genre. Le scénario par exemple n’offre absolument aucun intérêt : l’amour, la vengeance, le mal et la rédemption...rien de bien nouveau derrière les cris stridents des corbeaux. Du coup, on ne franchit pas les niveaux avec l’impatience du prochain rebondissement. Ce n’est pas un défaut pour ce type de jeu, mais il est dommage de se priver de ce petit bonus qui pourrait faire la différence au moment des comptes. Une fois la manette en main, pas de surprise non plus, il faut éradiquer sans sourciller toute la vermine qui tente de se mettre en travers de votre route. Sieg, notre héros torturé à la perruque rougeoyante, ne dispose pas de compétences de combat exceptionnelles (je ne croiserais cependant pas le fer avec lui ;) ), mais peut par contre invoquer des esprits guerriers et les faires intervenir sur le champ de bataille. Ces Légions possèdent des aptitudes différentes, certaines maniant l’épée et d’autres l’arbalète par exemple, et peuvent attaquer ou vous défendre. Intéressant sur le papier, ce concept ne s’avère être qu’un prétexte de plus à une boucherie...somme toute logique pour un beat’em all.
Mais malgré son classicisme, cet hymne à la destruction qu’est Chaos Legion se révèle très efficace pad en main ; le perso est très maniable et les coups sortent sans permission de minuit. Bref, sur le fond, le titre n’est pas original mais très efficace. Le minimum syndical crieront les mauvaises langues !

La réalisation de Chaos Legion se situe dans la bonne moyenne PS2, toutefois, la machine de Sony ne disposant pas de ressources techniques inépuisables en matière d’affichage, les développeurs ont du choisir entre la profondeur des décors et les hordes d’ennemis. Ayant bien conscience qu’ils réalisaient un beat’em all, la décision a du s’imposer à eux d’elle-même. Du coup tout l’horizon baigne dans un brouillard destiné à masquer le clipping, mais les opposants arrivent à l’écran par dizaines.
Le character design est quant à lui plutôt soigné, puisque les héros comme les vilains ne sont pas dénués de charisme, ce qui tend à crédibiliser l’univers du jeu. La mise en scène est très réussie et bien soutenue par des cinématiques de haute qualité, on plonge donc assez vite dans cette ambiance gothique fraîchement importée de Transylvanie.

En guise de conclusion, le point noir du jeu : la durée de vie. En effet, une seule soirée devrait vous suffire pour le terminer. Evidemment, il est possible de faire un peu de level-up avec son perso ou ses Légions, ou bien encore de le recommencer avec une jolie demoiselle, mais il ne s’agit que d’artifices. Le mode solo aurait du être un peu plus consistant pour avoir ma clémence.

Technique/esthétique : 68%
S’il se révèle assez réussi sur le plan technique aux vues des capacités de la PS2, quel dommage d’avoir autant de teintes sombres et grisonnantes. Certes cela sert l’ambiance gothique, mais là c’est quand même bonjour tristesse !

Jouabilité : 70%
La maniabilité est très bien réglée, mais le gameplay manque de quelques innovations.

Son : 77%
Un des vrais points forts du jeu. Les thèmes musicaux et les bruitages sont vraiment accrocheurs.

Plaisir/Fun : 55%
Ce côté bourrin est sympa au départ mais lassant à l’usage. Un peu de folie que diable !

Durée de vie : 50%
Le level-up ou la possibilité de le refaire avec un autre perso ne masquent pas vraiment une durée de vie anorexique.

Intérêt : 55%
Pas foncièrement original mais bien foutu, Chaos Legion n’est pas le titre qui me prouvera que le beat’em all a progressé grâce à la 3D.

Note Générale : 62%
Sous ses beaux atours, Chaos Legion séduira sans mal le fana de beat’em all. Pour les autres, sur la même machine préférez Bujingai.


NOTE : 06/10