Consoles-Fan
19/09/2018

Auteur
  

3012 articles en ligne

 
Phantom Of Inferno
M
Enfin, tant qu’il ne m’attaque pas

Une fois n’est pas coutume, un petit test de digital comics, mais cette fois-ci, du bien s

Bouh !

Basé sur le manga du même nom, Phantom Of Inferno raconte des histoires de Phantom ! Un Phantom est un assassin mystérieux que personne ne connaît, sanguinaire car il ne laisse aucune chance à ses victimes, souvent des innocents dont le chemin a croisé par malheur celui de l’assassin. Reiji a un jour assisté à l’horrible besogne d’un Phantom qui n’est autre qu’une jeune fille qui se met donc à le poursuivre ! Mais plutôt que de tuer le pauvre garçon, celui-ci se retrouve dans une étrange organisation, Inferno, qui dirige les Phantom, du moins, le croient-ils. Après un lavage de cerveau, le voici lui-même transformé en Phantom : Zwei, sa collègue meurtrière recrutée avant lui s’appelle donc Ein !

Les décors modélisés en 3D manquent parfois de détails et se fondent souvent mal avec les personnages posés en avant-plan ! Ca fait assez cheap et on pardonnera sans doute moins facilement cette faiblesse graphique à un titre qui se veut plus sérieux et plus réaliste. Cependant, pour une fois qu’on sort du coutumier en proposant un digital comics un peu glauque, il ne faut pas refermer la porte si rapidement.

Car s’il est vrai qu’il y a eu peu de moyens investis dans ce jeu, les programmeurs ont su tirer parti des moyens du bord. Les phases animées sont très peu nombreuses mais avec un habile tour de passe-passe de mouvements rapides exprimés simplement par le passage rapide d’une image à l’autre accompagnée d’un effet sonore adéquat, le jeu prend vie !

Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir

Malgré le caractère un peu original du titre, sa tendance plus noire, Phantom Of The Inferno aura bien du mal à s’imposer face aux autres digital comics actuels roses bonbon ou non. C’est essentiellement son aspect vieillissant de la réalisation et encore plus particulièrement de l’usage en lui-même du logiciel de dessin pour les décors qui font de lui un jeu obsolète. Bon, il y a quand même de bien jolis dessins animés à récupérer en vrac, mais cela ne suffit pas pour que vous y investissiez des sommes énormes.

Graphismes : 52%
Si le character design des personnages est vraiment très joli, on ne peut pas en dire de même des décors qui ont aussi leur importance.

Animation : —%
Faible à l’époque actuelle, sur PS2, il y a en tous cas bien mieux à découvrir. Il est d’ailleurs probable que j’insère progressivement une note d’animation dans mes tests de digital comics, vu la tendance à faire quelques efforts de ce côté-là !

Jouabilité : —%
Si vous savez appuyer sur un bouton, vous savez jouer !

Bande Son : 71%
L’ambiance très noire résonne encore dans mes oreilles.

Intérêt : 46%
A moins d’être passionné par le digital comics sombre, vous pouvez passer votre chemin.

Note Globale : 50%
Ni bon, ni mauvais, Phantom Of Inferno risque sans doute de passer inaperçu sauf peut-être auprès des fans de l’animé !


NOTE : 05/10