Consoles-Fan
20/06/2018

Auteur
  

2958 articles en ligne

 
Bridget Jones : The Edge Of Reason
T’as beau pas
Oh, oh, oh, oh

On m’avait pr

Alors, oui, Bridget est encore plus grosse qu’avant, oui, il y a des blagues que les scénaristes n’ont pas été chercher bien loin, mais oui, on passe un agréablement moment de cinéma car on tombe dans le piège, en se disant que non, ce n’est pas possible, ils vont bien raconter autre chose. Tout va donc pour le meilleur des mondes lorsqu’on regarde ce film, ce n’est qu’en sortant de la salle qu’on se dit que finalement, ils ont quand même un peu abusé sur les bords ! Mais parralèlement à cela, il faut reconnaître que je ne me suis pas ennuyé, sans doute étais-je de bonne composition.

Néanmoins, ce plagiat du premier opus pousse quand même un peu les bornes des limites, Maurice ! En effet, certaines scènes n’ont absolument aucun sens et se rajoutent au film un peu comme si quelqu’un avait eu une super idée à caser absolument quoi qu’il en coûte. Et à la limite, sa super idée, on s’en serait bien passer. Voir Bridget Jones apprendre à changer Like A Virgin à des thaïlandaises qui croyaient que les paroles étaient « Like A Version, fucked for the very first time ». Cela peut paraître cocasse mais ça ne l’est pas.

L’histoire reprend à peu près là où on avait laissé les deux tourtereaux : Bridget Jones, une journaliste de terrain qui fait des reportages à la limite du ridicule et Mark Darcy, un avocat brillant, très british qui n’arrive pas à révéler ses sentiments. Tout va bien cependant entre nos deux amis malgré les suspicions de Bridget qui n’arrive pas à comprendre comment son si bel amant reste attaché à elle et ses rondeurs superflues. Un beau jour, Daniel Cleaver, le fameux rival interprêté par Hugh Grant, très énervant dans ce film, revient à l’assaut. Il tente de reséduire Bridget en la persuadant qu’il n’est plus l’homme volage qu’il était autrefois. Cette dernière venant de vivre une déceptions sentimentale est prête à lui tomber dans les pattes.

Bridget Jones : The Edge of Reason se laisse visionner sans écoeurement mais la sortie du DVD en location devrait suffire d’autant que si vous allez le voir, c’est forcément parce que vous avez déjà vu le premier.


 R