Consoles-Fan
26/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

3019 articles en ligne

 
Flat Out
Vais tout casser moi !
Et je vais commencer par ce jeu

Apr

J’aurais appelé ça Flop In

Avec son gameplay savonette, son affichage pâteux, ses couleurs baveuses, ses textures floues (et plus spécialement la carrosserie des voitures) et ses décors vides à en pleurer et son framerate modeste, Flat Out passera vraisemblablement inaperçu parmi tous les superbes titres de Noël et c’est tant mieux. Les commerciaux se sont sans doute dits qu’une daube pareille, il n’y avait peut-être que dans cette période de fête où il y avait un petit esport de faire un peu de chiffres, en comptant sur des parents pas assez regardants, ou que sais-je. Mais quoi qu’il en soit, le jeu est bien là et je dois dire qu’après tous les jeux de course Xbox auxquels j’ai pu jouer dernièrement, celui-ci n’a vraiment pas froid aux yeux pour venir se présenter ainsi.

Le moteur physique de ce jeu est franchement hilarant. Votre voiture glisse un peu n’importe comment sur le bitume en perdant de temps en temps un bout de carrosserie qui s’envole toujours avec légèreté. Mais le top du ringard vient sans doute des collisions frontales qui font valser votre conducteur (faut attacher sa ceinture les mecs quoi !) à travers le pare-brise. C’est un peu comme dans Road Rash quand on se gamelle, mais ici, c’est un pantin désarticulé qui semble effectuer une ballet Béjart à raz l’asphalte. En tous cas, c’est tellement ridicule que c’en est culte. Essayez donc au moins de le voir tourner en magasin, ça fait du bien de rire comme ça ! Attention : pour bien profiter de l’effet comique : jouez en vue extérieure !

C’est du côté des défis qu’on s’amuse finalement le plus. En particulier avec le minigame qui consiste à éjecter le conducteur de son véhicule en essayant de l’envoyer le plus haut possible !

Il faut reconnaître pourtant que l’interaction avec les décors est vraiment très complète, on peut presque tout réduire en pièce, et les débris restent sur la piste jusqu’à la fin de la course ! Cela change des décors indestructibles, mais on finit par préférer ces derniers quand on voit comment est gérée la suite ! C’est du grand n’importe, tout s’envole, et rien n’empêche finalement votre voiture d’avancer. Qu’elle soit complètement cabossée ou même en flamme, vous ne ressentirez absolument aucune modification du gameplay ! C’est que le jeu est typé arcade, me ferez-vous remarquer ? Très bien ! Mais alors où sont les sensations de vitesse, le fun omniprésent et le gameplay immédiat et sans faille ? En grève, très certainement ! On se dit alors qu’on ferait bien de choisir le mode de jeu réaliste puisque Flat Out se la joue si austère. Ici encore, on se décourrage bien vite : la voiture tient compte des dégâts qui lui sont infligés et cela devient bien vite injouable ! Yeah !

Il est inutile de s’étendre en long et en large sur ce navet. Ce petit test sans prétention n’a finalement qu’un seul but, vous faire éviter l’achat de cette daube sans nom qui peut paraître au premier abord intéressante aux personnes qui cherchent un Destruction Derby like alors qu’ils ont été dépités par la version PS2. Qu’ils n’essaient pas de se consoler sur Flat Out, la douleur n’en serait que plus vive.

Graphismes : 33%
Hallucinants de nullité

Animation : 62%
S’il n’y a pas de vrais problèmes de ce point de vue, je ne peux m’empêcher de relever la lenteur incroyable de ce titre ainsi que l’animation des personnes alors qu’elles sont défenestrées.

Jouabilité : 15%
Imaginez-vous n’importe quoi dans votre tête. Ca y’est ? C’est ça !

Bande Son : 78%
A mon avis, le seul point positif de ce titre, c’est d’ailleurs du beau gaspillage lorsqu’on sait que des merveilles se vautrent parfois totalement sur la bande-son. Celle-ci est très typée rock alternatif.

Intérêt : 13%
Si j’arrive à remettre la main sur Spiderman 2, je pourrai me faire un presse-livre très sympa.

Note Globale : 20%
Il est vrai que j’ai quand même bien rigolé !


NOTE : 02/10