Consoles-Fan
20/10/2018

Auteur
  

3031 articles en ligne

 
Narco
Il a plus d’une corde
et son id

Si vous aimez le cin

On est d’ailleurs assez habitué à voir Benoït Poelvoorde dans ce type de film. Cette fois-ci, il interprête un karateka (Lenny Bar : hahaha dis mais que c’est drôle) sans avenir mais qui y croit et qui n’hésite pas à se confier aurpès de son maître spirituel Jean-Claude Vandamme, qui va être le personnage à amener une petite touche de sagesse et de réflexion dans ce long-métrage très tourmenté. Ne vous attendez pas à du Jean-Claude Vandamme by Jean-Claude Vandamme comme on peut le voir si souvent dans ses interviews. Non, Jean-Claude Vandamme signe sans doute ici son meilleur rôle (même s’il est court), qui est d’ailleurs pour la toute première fois en français ! Il ne se bat même pas et on ne le voit pas non plus torse nu ! Ca change.

Guillaume Canet joue le rôle d’un narcoleptique. En gros, il s’endrot dès qu’il est confronté à un choc émotionnel. Avec les filles, ou pour trouver du boulot, ce n’est pas top, évidemment. Monsieur s’endort, reste seul et se fait renvoyer. Jusqu’au jour, où il faut la rencontre de Zabou Breitman qui interprte une fille un peu simplette mais qui croit en sa passion : les ongles. Il l’épouse... Mais la routine s’installe très vite et l’argent commence à manquer. C’est alors que Guillaume Canet décide de profiter de son don pour le dessin pour mettre en scène dans une BD les rêves qu’il fait lorsqu’il est en crise.

Dans ce film parfois un peu trop décousu mais toujours baigné dans une ambiance très surréaliste, les personnages ont chacuns leurs petits lubies ridicules. Si les frères Cohen avaient réalisés un film en français, cela aurait sans doute donné Narco. On retrouve en tous cas le caractère très typé, décallé, déjanté des personnages de The Big Lebowski ou de Lady Killers qui mènent chacun leur petite vie bercée d’échecs

Il est clair que Narco est un film qui ne plaira pas à tout le monde, le prendre juste au premier degré serait une erreur monumentale tant il regorge de petits gags d’une lourdeur très intéressante si vous êtes initié au genre.


 R