Consoles-Fan
20/01/2018

Auteur
  

2889 articles en ligne

 
Majyo No Otya Kai
Oui, je suis la sorci
J’suis vieille, j’suis moche, j’suis une m

Front Wing, Hunex et Nec Interchannel se sont unis pour nous faire d

Mais attardons-nous sur ce dont j’aurais du commencer à vous parler : le packaging. Une fois de plus, la Dreamcast accueille une version limitée Deluxe au contenu pourtant classique. Une boîte en carton très jolie enferme le jeu, un CD audio et un strap.

L’écran-titre semble promettre un contenu plutôt tranquille mais le générique bien balancé des années 80 sur fond sonore de bobine de cinéma, accompagné par des images de synthèse et de la 2D toute fraîche semble nous indiquer tout le contraire. Mais pour le savoir, pressions sans plus attendre le bouton start, à mon signal. Allez-y !

Si vous avez envie de vous payer un jeu avec plein de tronches débiles, des gros yeux écarquillés ou imbibés de flotte, de grimaces excentriques et exigües, alors Majyo No Otya Kai est le jeu qu’il vous faut. Mais êtes vous seulement prêts à encaisser en un seul coup un maximum de couleurs ? Il est vrai que les jeux actuels ne nous habituent plus à un tel florilège. Vos yeux manquent peut-être d’expérience : n’hésitez pas à utiliser vos lunettes de soleil en cas de douleur. Vous pourriez perdre la vue !

Les musiques sont tantôt douces, tantôt rythmées pour souligner certaines effets amusants. La réalisation est correcte, enrichie par quelques effets spéciaux tels des rotations... Mais dans l’ensemblel, le jeu se présente comme un digital comics classique. Cependant, de petites scenettes en 3D isométrique vous illustrent de temps à autre l’action qui se déroule. Elle indique la position des différents personnages représentés en SD ainsi que leurs déplacements. Cela met un peu de vie à un genre de jeu parfois un peu trop rigide : accueillons donc à bras ouverts cette bonne initiative.

Un système de carte très simplifié, analogue à celui de Cutey Honey FX, vous permet de vous rendre dans divers endroits limités de la ville. Toutes les zones se sont pas toujours accessibles. Et c’est ainsi que vos journées se déroulent de manière très rapide.

Majyo No Otya Kai est digital comics très kawaii, pas exceptionnel mais qui brille quand même par son character design très décalé. Il fera très bien sur votre étagère au côté de grands classiques mais il n’est pas indispensable. A vous de voir avec quelle verve vous aimez jouer à un digital comics. Les amateurs n’hésiteront pas une minute, j’en suis certain.

Graphismes : 78%
Un characer design décalé et bien coloré dans l’ensemble.

Animation : —%
Cela n’a que peu d’importance dans ce type de jeu même s’il est vrai que les éditeurs ont fait récemment un effort sur ce point.

Jouabilité : —%
Appuie sur la case rouge, écris la "table". T-A-P-L-E. Dommage ! Essaye encore une fois !

Bande Son : 78%
Un ensemble parfait avec des changements de rythme opportuns.

Intérêt : 72%
Un titre bien sympathique qui mérite finalement son achat. J’aime bien les histoires de sorcières !

Note Globale : 74%
Pas le meilleur digital comics de la Dreamcast mais son character design (c’est la troisième fois que je le dis) est si particulier qu’il mérite le détour.


NOTE : 07/10