Consoles-Fan
21/04/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2927 articles en ligne

 
Super Monkey Ball 2
Monkiki monkiki monkiki
Monkey monkey monkey monkiki

Apr

Oooh, j’en vois déjà des râleurs qui vont me dire que Sega a vraiment abusé avec cette suite tant certains nouveaux stages sont compliqués et semble relever du hasard. Il est vrai que le hasard est un peu présent tant certains stages ont un timing complètement dingue mais il y a vraiment moyen de réduire énormément la part du hasard une fois qu’on a compris le concept du stage, le chemin qu’il faut parcourir, et qu’on maîtrise avec agilité le petit singe dans la bouboule.

On peut au moins lui reconnaître ça : Super Monkey Ball (le un comme le deux) propose des challenges vraiment créatifs et à la hauteur des gamers. En plus du mode easy, normal ou hard jouable seul ou à 4, Super Monkey Ball 2 vous propose un mode scénario composé de 10 décors comprenant chacun 15 stages ! 150 stages sont les 90 du premier opus : on est pas perdant ! Les mécanismes mis en place par Amusement Vision sont absolument affolants, du jamais vu dans ce genre de jeu ! Quand je pense qu’un troisième épisode est en route ! Je me demande vraiment ce qu’ils vont bien encore pouvoir inventer ! Si vous bloquez sur une épreuve, ne vous inquiétez pas trop, vous pouvez l’abandonner et essayer d’autres épreuves du même monde. Il faudra cependant y revenir par la suite car ce n’est que lorsque les 15 épreuves du monde seront accomplies que vous aurez droit la cinématique complètement débiles des 4 petits singes poussant leur cri de ralliement « monkiki monkiki monkiki » sur un arc-en-ciel de couleurs vous indiquant le passage vers le monde suivant !

Le principe du jeu peut sembler pourtant très simple. Vous guidez un singe enfermé dans une boule sur des plateaux parfois inclinés, parfois troués, parfois en mouvement. Le but est de franchir une ligne d’arrivée le plus rapidement possible tout en récoltant un maximum de bananes pour faire grimper votre score. Evidemment, vous devez gérer l’inertie qui sera sans doute votre plus grande ennemie de tout le jeu ! Le seul défaut de l’épisode précédent est toujours de mise : la caméra se place parfois mal et il n’y a pas moyen de la diriger autrement qu’en changeant de direction, ce qui est à chaque fois une perte de temps non-négligeable.

Si le premier opus proposait des graphismes très léchés mais relativement basiques, Amusement vision a fait un solide effort de ce côté-là. Les décors sont magnifiques, bourrés d’animation comme des cascades d’eau, des carousels ou des engrenages et de couleurs pour baver pendant plus d’une vie. Malgré cette amélioration conséquente, le jeu reste toujours aussi fluide et très rapide. Après tout, ce sont les programmeurs de F-Zero GX qui sont au commande !

A ce stade du test, tout le monde devrait déjà comprendre que Super Monkey Ball 2 est un titre complètement incroyable que tout joueur normalement constitué se doit d’essayer un jour ! Mais Sega, très généreux, a décidé de donner le coup de grâce qui obligera tout le monde à acheter ce jeu à la durée de vie gargantuesque. Si dans le premier épisode, 6 minigames m’ont tenu en haleine des centaines d’heures, il faudra cette fois-ci compter avec 12 minigames. 6 d’entre eux reprennent le concept des 6 anciens mais sont totalement inédits et peuvent être considérés comme des suites. Les 6 autres sont de tous nouveaux concepts ! Mais quand on parle de minigames, ne vous attendez pas à quelquechose qui ressemble à du Mario Party. J’ai plus envie de parler de jeux bonus puisqu’ils sont chaque fois des jeux à part entière, pas immensément riches comme un jeu classique mais suffisamment pour que vous passiez quelques heures sur chacun d’eux. Car même si le contenu n’est pas gigantesque (je vous rappelle quand même que vous avez déjà un jeu ultracomplet à la base et qu’on en est aux couches supplémentaires !), ils proposent du concentré de fun ! Je m’en vais vous les décrire plus précisément tout en vous laissant une appréciation individuelle entre 1 et 5 étoiles.

Monkey Race 2 (*****)

Les singes se mettent en boule pour vous afin de participer à des courses complètement folles dignes de Mario Kart. Ce minigame existait déjà dans le premier opus mais n’ayez crainte, les tracés sont flambant neufs. Jouable à 4, c’est du pur bonheur pour tous ceux qui aiment envoyer des items délirants sur ses adversaires.

Monkey Fight 2 (*****)

Le jeu le plus bourrin du monde revient dans une version encore plus passionnante : cette fois-ci, les rings évoluent et rétrécissent à vue d’oeil ! Ejectez votre adversaire hors du ring en lui faisant goûter à un bon coup de poing et marquez le plus de points possibles. Des items sont évidemment à récupérer afin de mettre toutes les chances de votre côté.

Monkey Target 2 (***)

Prenez votre envol à partir d’une gigantesque rampe de lancement, déployez vos ailes en ouvrant votre boule et tentez de planer jusqu’aux cibles qui rapportent le plus de points possibles. Petite nouveauté : vous volez en esquadron de 5 singes simultanément !

Monkey Billard 2 (****)

Un excellent jeu de billard que vous offre ici Amusement Vision, encore un jeu à part entière finalement !

Monkey Bowling 2 (****)

Un super jeu de bowling très original : les rampes de lancement bougent et sont diformes !

Monkey Golf 2 (****)

Après un parcours de Minigolf mouvementé, vous avez droit cette fois-ci à un véritable parcours de golf à 18 trous !

Monkey Boat (*)

Sans doute le moins réussi des minigames à cause de son gameplay bizaroïde. Vous devrez faire la course dans des rapides en pagayant de votre canoë de fortune.

Monkey Shoot (****)

Qui aurait cru pouvoir jouer à un Virtua Cop ou plutôt un Starblade Alpha puisqu’il n’y a pas de pistolet grâce à Monkey Ball. A l’aide d’une cible et jusque 4 joueurs, éliminez le plus d’ennemis possibles tout en récupérant moultes items qui vous aideront dans cette tâche. C’est plutôt dingue à dire mais ce minigames est bien plus évolué que la pluart des jeux du même type. En plus, vous rencontrerez des boss et aurez plusieurs stagesà terminer.

Monkey Dogfighter (****)

Qui ne se souvient pas du mode multijoueurs de Starfox en N64 ? J’y ai personnellement passé des week-end entiers et aujourd’hui, c’est au tour des petits singes velus de se prendre pour des avions de chasse et se lancer dans des poursuites infernales !

Monkey Football (***)

Certes, on est loin d’ISS, c’est plutôt bourrin, on peut se servir du bord du terrain pour faire des rebonds et ça fait parfois plus penser à un jeu de flipper, mais qu’est-ce que c’est marrant !

Monkey Baseball (**)

Effectuez des Home Run et familiarisez-vous avec un sport assez peu suivi en Europe !

Monkey Tennis (****)

Presque Virtua Tennis : il ne manque que le réalisme et une plus large panoplie de coups !

On est en droit d’halluciner ! Oui ! Jamais un jeu vidéo n’a proposé autant de jeux récents et aussi complets dans une même galette. Les Monkey Ball sont des investissements sûr que tout joueur devrait posséder chez lui, je ne vois d’ailleurs pas comment faire autrement : il y a tellement de choix que Monkey Ball ratisse vraiment très large pour contenter les gamers !

Graphismes : 93%
Franchement beau même si certains trouveront ça simpliste. J’aimerais que tous les jeux atteignent déjà ce niveau de perfection !

Animation : 99%
Ca fonce, c’est fluide, c’est que du bonheur !

Jouabilité : 90%
Le problème des angles de caméra revient et le minigame en canoë n’est pas très accessible mais à part ça j’ai envie de crier ouhaaaaaaaaaaa !

Bande Son : 92%
Quel délire orgasmique !

Intérêt : 99%
Une durée de vie phénoménale !

Note Globale : 98%
Comment passer à côté d’un des meilleurs jeux que l’histoire du jeu vidéo a connu jusqu’ici ? Pourtant, y’en a qui le feront ! Mais bon, vous, ça ne va tout de même pas vous arriver ?


NOTE : 09/10