Consoles-Fan
24/05/2018

Auteur
  

2943 articles en ligne

 
Les bons conseils du Docteur B.
85
Je fais aussi des th

C’est au c

Nous allons aborder ce vaste dossier en 2 points. Le premier est très technique. Il s’agit d’une étude de position. C’est important dans un couple, les positions, puisque ça reflète le type de rapports entre toi lecteur, et ta chère et tendre. Dans un deuxième temps, nous parlerons des voyages. Ou comment emmener ta dulcinée au quatre coin du monde (enfin du pays...ou même de la région...déjà dans la même ville c’est pas mal...si vous restez dans le quartier personne ne vous en voudra !) pour pratiquer à plusieurs, s’adonner à l’échangisme, enfin plus simplement pour pimenter vos rapports quotidiens.

Le Kama-Sutra vidéoludique

La position, c’est essentiel. Si tu veux profiter à fond de ta console, passer un max de temps en sa compagnie dans les meilleures conditions, bref optimiser vos rapports, tu dois consulter le Kama-Sutra vidéoludique. On dénombre de nombreuses positions à travers le monde, on pourrait même dire que chaque joueur possède la sienne. Cependant, on peut les regrouper en différentes familles.

Le premier groupe est celui des poses traditionnelles. Si toutes ces positions sont classiques, c’est que les supports le sont aussi, bien entendu. En général on les pratiques sur des canapés, poufs (ou poires, à chacun son vocabulaire) ou même un lit.
Le canapé est extrêmement répandu de part le monde, puisqu’on en trouve un dans 99% des foyers équipés d’une console ; pas que la console implique l’achat d’un canapé, ni l’inverse d’ailleurs, mais c’est un simple constat. Je ne suis pas là pour vous expliquer le mécanisme d’achat du canapé !! Au départ, on est souvent dynamique et plein d’entrain, le dos bien droit et le regard perçant. Puis, bien vite, on se surprend à glisser le long du dossier pour adopter la position du Phondekanap (fig. 1). Vous l’avez tous déjà pratiqué et je pense que vous l’appréciez. Vous comprenez donc que pour un usage prolongé, le canapé s’avère être un très bon support mais qui nécessite un petit temps d’adaptation. Le pouf (puisque moi j’appelle ça un pouf), est également très agréable, cependant, il est nécessaire de trouver tout de suite la position idéale. En effet celui-ci étant relativement mou, il est difficile de faire évoluer sa position au cours d’une partie. On peut y arriver, mais avec beaucoup de maîtrise et d’expérience. A l’inverse, le pouf dispose d’avantages indéniables par rapport à ses concurrents. C’est par exemple grâce à lui qu’on trouve la meilleure position pour jouer avec ses pieds (fig. 2). Ou alors pour jouer allongé à l’endroit, bien que classique, mais surtout à l’envers. Ca demande un peu d’habitude, mais vous verrez que ça ne fait que relancer l’intérêt des parties. Toutes ces positions avec un pouf sont généralement appelées Scotch’pouf (fig. 3), puis on ajoute les variantes comme le Retour du Scotch’pouf (fig. 4).
Reste le lit, mais celui-ci, bien qu’ayant ses adeptes, se révèle souvent fatigant car ne bénéficiant pas par défaut d’appuis dorsaux. On peut effectivement feinter grâce à un mur ou des coussins mais en général on finit par adopter l’une des poses suivantes : le Canard spatial (accroupi) ou le Croise-gambettes (assis en tailleur). Le lit est finalement bien pour une partie ou deux, mais il ne faut pas s’éterniser sinon on perd en efficacité ludonumérique. Tous les chakras polygonaux se referment à cause de ce confort plutôt précaire...à moins que vous ne jouiez sous la couette bande de pervers lubriquo-ludiques ! Dans ce vaste recueil de positions vidéo-ludiques que nous tentons d’explorer, il y a bien entendu toutes les mises en scènes. Ce sont de petits jeux destinés à augmenter le game-appeal ou à s’impliquer un peu plus dans l’ambiance crée par notre petite partenaire. Elle se donne sans limites et nous nous devons de lui rendre la pareille. C’est une des clés dans un couple, il faut que ça marche dans les deux sens. Alors vivons l’expérience qu’elle nous offre, ne nous contentons pas de zieuter l’écran. Nous allons prendre trois exemples : Gran Turismo 3 pour les jeux de course, The House of the Dead 2 pour les jeux de tir et enfin Silent Hill 2 pour les survival-horror.
Avec ce premier jeu, à savoir GT3, vous allez voir qu’il ne faut pas grand-chose pour se mettre dans l’ambiance. Il faut d’abord être deux, un pilote et un copilote. Dans ce cas le couple se transforme en ménage à trois, puisque les échanges se font entre la console, le pilote et le copilote. Chacun vivant une relation bien particulière avec la machine. Le copilote doit connaître le circuit sur le bout des doigts, de manière à transmettre un maximum de renseignement au pilote. Il faut aussi un peu de matériel, comme des casques et des gants, au minimum. Si vous poussez le vice encore plus loin, et que vous vous sentez dignes de Schumi ou de McRae...sortez les combinaisons ! ! ! Faites travaillez votre imagination pour recréer l’ambiance d’un habitacle de voiture de course. Les premiers résultats se feront sans attendre car plus le conducteur gère, plus la console est contente. La preuve, en retour elle offre de l’argent et de nouvelles voitures. Mais attention, la notion d’argent ne doit pas prendre le dessus, car si vous ne jouez que pour ça, vous verrez, vous serez moins performant. Ce type de comportement fonctionne avec tous les jeux de caisses du marché (ou quasiment), et si vous possédez un volant, alors n’hésitez pas une seconde ! Avec les jeux de tirs, l’imprégnation est beaucoup plus facile. House of the Dead, Virtua Cop, Time Crisis...vous avez certainement déjà essayé un de ces titres. La présence du gun est un avantage indéniable pour la mise en condition. M’enfin (© Gaston Lagaffe) ! C’est pas fini de dégommer du zombie le cul au fond du canapé ! Ca se vit des expériences pareilles ! Sautez à droite...à gauche, repliez-vous derrière le fauteuil, cachez-vous derrière les plantes vertes ! Mais faites attention à votre environnement, évitez de tout casser, ou de vous faire mal d’ailleurs.
Enfin, Silent Hill 2, qui est des plus intéressant dans la création d’ambiance. Un des points forts du jeu, c’est la brume. Rien de tel pour retrouver l’ambiance chez soi que de recréer du brouillard. Plusieurs solutions s’offrent alors à vous : faites un feu de bois devant votre télé, mettez une tarte à cramer au four ou si vous le pouvez, allez jouez dans votre hammam. Il est également possible d’y allier la découverte de la nature puisqu’il suffit d’aller jouer à l’aube dans la campagne.

Voici maintenant quelques petits conseils n’ayant pas forcement de liens les uns avec les autres, mais qui peuvent s’avérer très utiles. Au cours du rapport avec votre dulcinée de plastique, sachez utiliser toutes les parties de vos corps, pour toujours renouveler l’intérêt. On l’a vu plus haut, mais si jouer avec vos mains vous ennuie, prenez le pad avec vos pieds. D’ailleurs les pieds, ils en ont marre d’être tout le temps confinés dans des chaussettes, ils aspirent aussi à quelques loisirs. Mais si vous supportez encore vos mains, jouez avec une seule (fig. 5). On peut faire plein d’autres trucs avec l’autre. Par exemple...jouer avec l’autre manette, comme ça vous êtes deux, même tout seul ! Mais libre à vous de suivre votre inspiration...
La GBA a la particularité d’être portable, alors emportes-la partout, même aux toilettes. Quoi ? C’est pas original ? Mais j’ai pas dit tout seul, à deux c’est encore mieux ! Et comme plus on est de fous plus on rit, pourquoi pas à quatre, si bien sûr vous avez des grands p’tits coins.

Vous voyez donc qu’un rapport particulier peut s’instaurer entre vous et votre console. Au niveau des positions, je ne vous donnes que des bribes d’idées, des exemples, mais à vous de délirer. Laisser voler votre imagination, ne vous contentez pas de gober le jeu comme ça. Parce que ça ne plaît pas à votre machine de vous voir inanimé, mais aussi parce qu’on se lasse moins vite des jeux. Ne bridez pas votre imagination et fixez-vous vos limites dans le délire, mais lâchez-vous devant votre console. Si vous vous lancez dans le (très mauvais) Tour de France de Konami, sortez moi vélo d’appart, short et t-shirt ou cuissards et maillot jaune, EPO...ah non, pardon !

Le tour du monde en 80 jeux

J’espère que désormais vous allez expérimenter de nouvelles positions pour jouer à la console. Entrons sans attendre dans cette deuxième partie. Dans la suite de ce dossier, nous allons continuer d’étudier la relation entre le joueur et sa machine. Votre console a droit à l’exotisme, à la découverte de nouveaux environnements. Je vais donc aborder différentes méthodes pour trimbaler sa console, méthodes que vous avez certainement déjà du expérimenter.
Votre console, ce n’est quand même pas votre rejeton, donc pas besoin d’attendre avant de l’autoriser à sortir avec ses copines. Ces petites soirées bien tranquilles où chacun amène une machine différente, seront prétextes aux premières sorties. Elle s’intègre à vos moments de débauche sans aucuns complexes. Mais petit problème s’il en est, comment transporter votre machine discrètement ? La solution m’apparaît fort simple, il suffit de trimbaler sa console dans des sacs on ne peut plus passe-partout.

Passons rapidement sur une Game Boy Advance SP qui se glissera sans difficulté dans une poche de futal. Elle est toute petite et pouvoir la replier évitera de quelconques mésaventures à son écran. La GBA classique, est aussi facile à transporter mais n’est pas vendue avec une protection appropriée. Chacun feinte donc à sa manière. Deux exemples parmi d’autres : elle peut se dégoter une petite place dans une housse pour baladeur MD ou encore dans une pochette pour appareil photo... Je pense qu’il y a autant moyens de la transporter que de joueurs GBA.
Et c’est important la housse pour la GBA, son écran est fragile, et de plus, c’est l’essence même de cette machine que de pouvoir être trimbalée partout. Il s’agit donc d’éviter un maximum de chocs à ce petit monstre. C’est quand même la haine si au début d’une partie de Mario Kart à quatre, on s’aperçoit qu’on ne peut plus lire correctement l’écran. On est énervé avant même la première partie, alors que d’habitude, il faut attendre à peu près 5 min avant de se foutre sur la gueule. Là, je suis désolé, mais pas de photos illustrant mes dernières parties. La justice me les a en effet confisqué pour l’enquête qui concerne l’odieuse amputation des doigts de la main droite d’un ami. C’est justement suite à une partie de Mario Kart à quatre, que l’un d’entre nous, profitant d’une coupure de courant, a sectionné les doigts de ce brave Bobby avec le couteau à pizza, pensant masquer le sang avec la tomate...
Famille de France, que fais-tu ? Interviens dans ce drame une nouvelle fois engendré par le démon vidéoludique !

Voyons maintenant les consoles de salon. Je passerais rapidement sur le traditionnel sac à dos, qui, bien qu’efficace en terme de transport, se révèle à double tranchant : le sac à dos piqué, c’est assez courant, de plus vous pouvez avoir autre chose dans le sac que votre console ; genre papiers, fric... Que des réjouissances en perspectives. Je vous propose donc comme alternative les extraordinaires sacs plastiques !!! Il y a bien entendu ceux des supermarchés, les rois de la discrétion, voir de l’infiltration : vous pouvez rentrer chez un anti-Nintendo avec votre GC dans une poche Carrefour du rayon poissonnerie ! ! HAHAHAHAHA ! ! Il aura une attaque en voyant une machine Nintendo, puis de l’urticaire à cause du poisson ! Ca marche aussi avec des anti-Sony et une PS2 ; ou tout ce que vous voulez d’ailleurs... Si vous avez une Xbox, c’est plus difficile, il vous faudra les grands sacs de l’ami Edouard Leclerc pour pouvoir planquer la console !
En fait, on peut utiliser autant de poches qu’il existe de magasins en fournissant...mais j’ai mes petits préférés. En effet, les sacs qu’on vous donne dans les boutiques de fringues (fig. 6) sont souvent assez solides et épais. Ce n’est pas franchement drôle de perdre jeux ou autres manettes sur le trottoir par la faute d’un sac trop fragile. En plus, et c’est honteux, les vendeurs dont les poches ont craqué refusent de rembourser les dommages que votre petite console adorée a subit ! Le prétexte ? Que ce n’était pas la marchandise destinée à ce type de poches ! On en voit de toutes les couleurs aujourd’hui, personne ne veut prendre de responsabilités. Bref, dans ces poches, dont les tailles varient de minuscules à bien grandes, on peut sortir avec sa dulcinée.

Deuxième type de poche qui me plaît au moins autant qu’un bon coup de gnôle en fin de repas, celles qu’on trouve en général au marché (fig. 7). Elles sont certes fragiles, mais nettement plus rigolotes. Il peut y en avoir de multiples couleurs, rose, verte... Et avec ces sacs, franchement, on n’est pas loin d’avoir la classe ! Inconvénient, si elles ont transporté préalablement un quelconque produit nauséabond, comme du poisson ou du fromage, la console peut se retrouver imprégnée de l’odeur. Mais bon, l’amour est bien au-dessus de ça !
Enfin, s’il y a une race de sacs à éviter absolument, c’est tous ceux en papier (fig. 8). Ca va pour des hamburgers, mais pour des consoles, ce n’est effectivement pas approprié. Et si vous pouvez vous plaindre auprès du commerçant du coin de la qualité de ses poches, n’essayez pas d’attaquer les multinationales de la restauration rapide. Vous finiriez par leur payer des dommages et intérêts pour avoir mis autre chose que leurs produits dans leurs sacs !!!

Voilà, ce ne sont que quelques méthodes pour partir bras dessus - bras dessous avec votre petit bébé. Cependant elles sont complètement gratuites et offre un recyclage utile à ces objets qui finissent malheureusement trop souvent à la périphérie des villes en attendant que le vent ne les portent jusqu’à la mer. Pour sauver votre couple, voyagez, voyez du pays ! En plus, une console nippone ne demande qu’à découvrir notre beau pays, à l’image de ses compatriotes massés dans des bus qui convergent vers la Tour Eiffel, l’Atomium ou l’embouchure du Saint Laurent.

Voilà l’ordonnance...

Le but de cette missive était bien sur de vous divertir, mais aussi de vous proposer une partie de ma vision du jeu-vidéo. Pour démontrer qu’une passion, ça se décline, qu’il ne faut se limiter à allumer et éteindre sa machine bêtement, mais essayer de délirer à fond hors-tension ou sous-tension ! ! ! Je voudrais juste remercier Gcb, Gt4, Mika et Cute pour diverses participations (crédits photos entre autres).