Consoles-Fan
11/12/2018

Auteur
  

3056 articles en ligne

 
Tam Tam Paradise
J’aurais plut
Il tape sur les bambous...

Alors que Shaka To Tambourine est en arrivage sur Psone, un jeu au concept assez similaire a vu le jour sur PS2. Avec le m

Avec ses couleurs crèmes et une réalisation qui fait très flash un peu comme dans Puzzle Bobble, Tam Tam Paradise semblait bien parti pour la gloire. Tam Tam Paradise jouit d’une bien belle réalisation : des graphismes assez naïfs mais de la 2D très propre et nette en haute résolution : miam ! Les options sont nombreuses et les différents stages et donc musiques également. Les stages sont fort plaisants à regarder mais malheureusement, on reste concenté sur sa barre de contrôle pour exécuter la bonne commande au bon moment à l’aide des accessoires en forme d’ailes d’anges vendus avec le jeu. Seul un non-joueur a donc le droit de profiter des graphismes. Le challenge est assez élevé, du moins si votre but est d’arriver à faire des sans fautes. Le timing est parfois si rapide qu’à la moindre erreur, bardaf, c’est l’embardée !

Un rythm’n game sans rythme

Tout à l’air de bien se passer jusqu’à présent dans ce test êtes-vous en train de penser ? Certes, mais pourtant je ne vais pas vous conseiller l’achat de ce jeu. Assez bizarrement, malgré ces qualités et pas vraiment de défauts apparents, la mayonnaise ne prend pas… On ne s’amuse pas à Tam Tam Paradise, seul ou à deux. Pourquoi ? Je n’en sais trop rien. Peut-être parce qu’on a trop l’impression d’être inactif vis-à-vis de ce qui se passe à l’écran ou de l’ambiance sonore. On ne fait que des bruits de Tam Tam qui présents ou non n’apportent vraiment rien de manifeste au jeu. Les musiques proposées semblent venir tout droit des îles et sont assez molles, il est difficile de taper en rythme sur de telles musiques et la coordination n’opère donc pas naturellement comme dans un Mad Maestro ! La mise en relation entre le joueur et sa manette et la musique est donc difficile, le visuel s’établit plus facilement, dommage pour un jeu musical.

Le principe du jeu est assez simple puisqu’il reprend simplement le principe de dualité de l’ange blanc (le zenti) et de l’ange noir (le maissan). Il faut absolument mieux jouer que votre adversaire afin de faire progresser le soleil, la clarté afin de dire non à l’obscurité, la pluie et les gros nuages tout gris : non, non et non. Dites non ! Le jeu vous invitera également à revisiter des vieux contes pour enfants complètement inconnus au bataillon européen.

Au final Tam Tam Paradise est un jeu musical assez fade mais si trognon que c’est un déchirement pour moi de ne pas vous le conseiller. Après tout, le genre musical est à présent suffisamment répandu pour choisir des jeux bien plus intéressants comme Parrapa The Rapper ou Space Channel 5 même si ces derniers n’exploitent pas un accessoire dédié.

Graphismes : 73%
Les graphismes tout en 2D très fine sont vraiment très agréables et nets.

Animation : 68%
C’est plutôt sympathique dans l’ensemble, de nombreuses animations sont proposées mais le joueur n’en profite pas vraiment.

Jouabilité : 75%
Tam Tam Paradise est parfaitement jouable. remarquez, il suffit d’appuyer au bon moment !!

Bande Son : 35%
C’est ici que le bât blesse. Les musiques ne sont pas nazes en soi mais elles sont molles et pas du tout appropriées pour ce type de jeu ! C’est plutôt gênant !

Intérêt : 15%
On ne s’amuse pas du tout sur Tam Tam Paradise. L’interaction est proche du néant.

Note Globale : 46%
Il est préférable d’attendre Shaka To Tambourine plutôt que d’effectuer un achat inutile. Dommage car la présence d’un accessoire était un atout fort sympathique.


NOTE : 04/10