Consoles-Fan
19/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2888 articles en ligne

 
Outtrigger
Et tu shootes, shootes, shootes
sur ce jeu qui te pla

L’AM2 s’essaie pour la premi

Les effets de lumière et de transparence sont nombreux et de toute beauté. Et puis les textures sont très riches, très colorées et pour une fois pas du tout glauques. Imaginez un petit peu que vous jouez pour une des premières fois à un FPS dans un univers aux couleurs proches d’un Daytona, c’est peu commun.

Shoot the core !

Seulement voilà, Outtrigger n’est pas un vrai FPS comme les fans seraient en droit de s’attendre. Les arènes sont vraiment petites voire minuscules, il est donc difficile de mettre en place une tactique de jeu ou de se cacher. D’un autre côté, l’action est continue puisqu’on ne reste jamais très longtemps sans croiser un ennemi. De ce fait, le jeu s’apparente plus à un Spawn ou un Heavy Metal Geomatrix. Le but du jeu ? Tuer tout le monde ! Il n’y a pas vraiment de labyrinthe à parcourir, ni d’interrupteurs à déclencher pour ouvrir des portes.

Bon d’accord, parfois vous aurez des missions mais elles restent très basiques, du style tuer tout le monde avant que les otages ne soient exécutés, ou alors récupérer un certain nombre d’items avec votre coéquipier, ou alors vous n’aurez pas la possibilité de changer d’armes, mais cela se limite généralement à ça, un petit point du règlement modifié afin de varier le jeu tant que possible. Outtrigger, c’est du bourrinage, de l’Arcade pur et dur. Ce constat n’est pas péjoratif, Outtrigger est très amusant, mais je tenais à éclaircir ce point afin que vous sachiez exactement de quel produit il s’agit et d’empêcher toute confusion.

On peut reprocher à Outtrigger de proposer peu de variété d’armement (attendez de débloquer toutes les armes disponibles dans le jeu et on en reparle) même si celui-ci est efficace. On peut aussi lui reprocher de ne pas proposer de mode online alors que la version américaine propose ce mode. Comme j’ai le jeu en version européenne, je n’ai pas pu tester le monde online donc on ne va pas s’étendre sur le sujet. Mas j’ai gardé le meilleur pour la fin (ou plutôt le moins bon), la maniabilité. Déjà elle n’est pas configurable comme vous le souhaitez. Vous devrez donc choisir entre plusieurs configuration pré-programmée. Il y en a en tout 16. Vous pensez que parmi ces 16-là, vous trouverez bien votre bonheur ? Rien n’est moins sûr. Déjà ne vous attendez pas à trouver une maniabilité à la Unreal, Goldeneye, Perfect Dark... Vous seriez déçus. Dans les maniabilités plus ou moins jouables, la maniabilité C vous propose de diriger votre personnage un petit peu comme vous joueriez à un jeu de voiture, à savoir le bouton R pour avancer. La maniabilité D ressemble beaucoup à celle de Turok sur N64, aussi, cette maniabilité ne devrait pas trop poser de problèmes aux habitués.

Quel constat en tirer ?

Même s’il est clair que la maniabilité n’est pas idéale, il y a moyen de s’y faire. Mais je connais aussi des gens qui n’y arrivent pas. Alors à moins que vous ayez chez vous clavier et souris pour la Dreamcast, je vous conseille vivement d’essayer le jeu avant de l’acheter pour vous rendre compte par vous-même que les commandes répondent parfaitement bien mais que la configuration n’est vraiment pas innée.

Une fois le cap de l’adaptation passé, vous passerez pas mal de temps sur ce jeu aux arènes nombreuses. Le mode multi-joueurs est lui aussi très réussi, le tout est de trouver des amis qui arrivent à maîtriser le jeu.

Mais Outtrigger, c’est aussi pour jouer tout seul (égoïstement). Un mode preparatory + 3 modes (novice, intermediate, advanced avec 15 missions par mode) s’offrent à vous, avec une difficulté graduelle. Il vous suffit, dans chaque stage, de tuer un certain nombre d’ennemis dans le temps imparti. De nombreux items de temps (pour le rallonger), de vie et de munitions mais aussi de nouvelles armes, des armures ou encore des lunettes de vision nocturne (noctovision) ou thermique (thermovision) s’éparpillent sur tout le niveau. Certains de ces items apparaissent aussi lorsque vous éliminez vos concurrents. A certains moments, un coéquipier vous rejoindra, faites attention à ne pas l’abattre.

Outtrigger ne plaira certainement pas à tout le monde car il comporte un bon nombre d’éléments peu conventionnels. Mais les segaboys devrait y trouver leur compte tant le jeu est axé Arcade.

Graphismes : 92%
La réalisation de Outtrigger fait honneur à la Dreamcast.

Animation : 95%
L’animation sans faille est un véritable bonheur pour nos yeux.

Jouabilité : 64%
Une jouabilité à maîtriser ! Certainement le point faible du jeu.

Bande Son : 76%
Très classique. Sans particularité...

Intérêt : 84%
Outigger dispose d’une bonne durée de vie puisqu’il vous faudra déjà débloquer toutes les armes, les stages et personnages cachés. Et une fois que vous aurez fait le tour, vous y reviendrez.

Note Globale : 83%
Outtrigger est clairement un bon titre défouloir qui ne doit pas être considéré comme un FPS classique. Cependant, il est vraiment nécessaire que vous preniez le temps de tester ce titre chez un pote avant de l’acheter afin de vous rendre compte de votre capacité à vous adapter à la maniabilité ![


NOTE : 08/10