Consoles-Fan
19/07/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2984 articles en ligne

 
Killzone
Kill
Killsenaille

Alors c’est lui le Halo Killer, le summum du FPS ? Non mais laissez-moi rigoler ! D

Non seulement ce jeu est incapable de détrôner n’importe quel Halo, mais en plus je connais bien des FPS bien meilleurs que lui. Certes, je lui reconnais une ambiance même si ce n’est pas trop ma tasse de thé, mais sur ce sujet, je n’irai pas trop m’étendre. Ce que je reproche essentiellement à ce jeu, c’est son gameplay. Faire exploser les graphismes de la PS2, c’est très bien, mais au détriment du framerate, pour un jeu de ce genre, c’est abusé. Il est difficile de bien viser et on ressent bien que pour pallier à ce problème, le seuil de tolérance est large, heureusement d’ailleurs. Ensuite, il est impossible de sauter ! Je pense qu’il y a déjà eu des antécédents du même genre mais franchement, quelle erreur grossière, même délibérée. Il faut dire que le jeu opte pour un principe de bloquage afin de découper le stage en diverses sections. Vous ne pouvez pas continuer à avancer tant qu’une certaine action ne s’est pas produite. Généralement cela engendre la démolition du bout de décor qui vous bloquait puiqu’il n’était vraiment pas question une minute que vous puissiez sauter par-dessus quelques pauvres fils barbelés...

Il faut dire que vue l’étendue géographique très limitée des décros, il vallait mieux freiner votre progression sous peine de finir le stage en une minute. Cela n’a en tous cas pas suffi pour pallier aux problèmes de clipping. Certes, les développeurs ont tout fait pour les cacher en diposant divers éléments en avant-plan pour que cela reste discret mais ils n’ont visiblement pas pensé à tous les angles de vue possibles.

Les effets scénaristiques sont également beaucoup trop ressentis comme une succession bien séparée d’évènements. Il ne manquerait plus qu’un bruit de loading entre chaque scène pour me donner raison. L’aspect haché de l’aventure est assez déplaisant car il empêche une bonne immersion. Tout semble toujours courru d’avance et on sait finalement très bien que tant qu’on n’avance pas, on ne risque pas grand chose car la suite de l’aventure n’est pas encore déclenchée. Parfois, cela permet de réfléchir et de bien se positionner dans le décor pour sniper l’ennemi, et d’autres fois, c’est vous même qui vous faites surprendre par des guets-apens.

Le gameplay basé sur le système bien connu des deux sticks analogiques se positionne dans les sentiers battués mais j’ai ressenti un peu de gêne dans les phases de snipe, le déplacement de la cible est un peu trop sensible et une fois qu’on a déterminé un degré de zoom, on ne peut plus le modifier...

Bien, j’en ai fini avec mon coup de gueule, mais ils l’ont bien cherché à force de nous proposer monts et merveilles. Killzone n’est certes pas un mauvais jeu, mais il est juste moyen. Honnêtement, je me suis bien amusé avec, malgré sa grande linéarité, mais ce jeu ne marquera pas mon esprit et je n’attendrai pas sa suite.

Pourtant, même si je ne suis pas un adorateur des FPS, j’ai pu découvrir des petites merveilles ces dernières années, de Goldeneye en N64 à Call Of Duty en Xbox en passant par du Medal Of Honor, du Red Faction et du Halo. Et je dois bien avouer que ces soldats mystérieux aux yeux rougeoyants perdus dans la pénombre de leur casque bien hermétique me rappelaient un certain Jin-Roh

Dommage donc de partir sur une aussi belle inspiration pour finir noyé derrière tous les hits du moment. Killzone n’est certes pas un achat inévitable, je vous conseillerai même d’attendre qu’une personne qui s’est rué dessus dès sa sortie le remette en occasion. Vous ne devriez pas attendre trop longtemps !

Graphismes : 63%
Pas si exceptionnels qu’on veut bien le croire, les textures sont souvent floues et les couleurs se limitent généralement à des dégradés de brun. Je ne m’attendais pas à du Twin Bee non plus, mais quand même, faut pas pousser bobonne dans les orties.

Animation : 42%
15 images par seconde ? En tous cas ce n’est pas assez et cela nuit au gameplay !

Jouabilité : 59%
Habituel mais malgré le manque d’originalité, Killzone se permet trop d’imperfections comme l’absence de saut ou un système de visée précaire. J’ai cependant apprécié le système d’armement qui propose des fonctions doubles sur certaines armes.

Bande Son : 56%
Une ambiance qui se base plus sur des effets sonores qu’une véritable bande-son.

Intérêt : 55%
Killzone n’est pas un mauvais jeu mais la concurrence est trop rude pour lui.

Note Globale : 57%
Les programmeurs devront revoir leur copie s’ils veulent m’étonner avec un second opus.


NOTE : 05/10