Consoles-Fan
18/12/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3061 articles en ligne

 
Space Channel 5 Part 2
Go ! Go ! Go ! Space Channel Five !
Let’s chu ! Let’s shoot ! Sexy Ulala yeah !

Pour son rapide retour sur Dreamcast, Space Channel 5 se paye pas mal de nouveaut

Ulala Swinging Report Show

Sur cet épisode, on sent bien que les développeurs se sont lachés ! si le premier épisode laissait déjà découvrir les prémisses de nombreuses idées inouïes et parfois un peu dingues, ce Space Channel Five part.2 les concrétise.

Space Channel 5 est un jeu qui se base sur le principe du jeu Simon. Il faut répéter en rythme des séquences composées de « up », « down », « left », « right », « chu », et « hey ». Pour vous aider à reproduire cela, vous pouvez vous servir des visuels graphiques, des pas de danse, de la quantité et du style d’ennemi présent à l’écran, des personnes que vous devez libérer. En effet, lorsque c’est un ennemi, vous savez que vous devrez appuyer sur « chu » alors que lorsque vous devez libérer quelqu’un, vous appuierez sur hey. Tirer sur trois ennemis à gauche peut être traduit par « left, left, left, chu » ou « left, chu, chu, chu », il sera donc bien nécessaire d’être attentif à ce qui a été dit ! Les visuels restent donc un moyen mnémotechnique mais qui peut aussi parfois vous induire en erreur.

Il peut arriver que vous soyez privé d’image, le son est parfois minimaliste, servez-vous des indices que les programmeurs ont décidé de bien vouloir vous laisser pour ne pas faire trop d’erreurs ou c’est le game over ! Si vous enchaînez les séquences comme un pro, vous constaterez que les ennemis s’adaptent et vous proposent alors des suites plus difficiles à réaliser, qui vous demandent plus de temps de pause ou plus de boutons à appuyer ou pourquoi pas à tenir pendant des périodes déterminées. Vous pouvez donc revenir sur le jeu en tant que spécialiste et voir le jeu s’adapter à votre force : excellent ! De plus, les musiques évoluent aussi en fonction de votre niveau de jeu comme dans le premier épisode. Voilà de quoi repousser les limites des plus motivés !

Chuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu dis !

Si le principe d’imiter des pas de danse ou de tirer sur les ennemis et de délivrer des danseurs qui viennent vous rejoindre pour des chorégraphies somptueuses est toujours de mise, quelques nouveautés ont fait leur apparition avec cet épisode. Au niveau du gameplay par exemple, il faudra parfois tenir une touche enfoncé un certain temps ! Ou alors vous assisterez à des joutes à la guitare, à la batterie... Ok, l’élément nouveau est plus graphique qu’un véritablement changement dans le gameplay mais c’est tout de même sympa. Des chansons font aussi leur apparition (vous pouvez chanter avec : le texte défile comme dans un karaoké mais c’est en japonais !), il faudra appuyer sur les boutons au bon moment entre les couplets !

Mais Space Channel 5, c’est aussi de solides moments cultes de jeu vidéo : la rencontre avec la Space Police, le retour de Michaël Jackson qui se fait de manière plus marquée que dans le premier, essentiellement grâce à la présence de pas de danses plus jacksonniens : on retrouve des références à Thriller, Moonwalker...

Au final, je dirais que Space Channel 5 part.2 est une suite digne par la présence de nouveaux éléments de gameplay mais je préfère quand même l’ambiance graphique du premier épisode. Pour ce nouvel épisode, l’effet de surprise est un peu retombé et on a parfois l’impression que les développeurs se sont risqués au remplissage... De plus, la 3D en temps réel propose quand même des visuels moins éblouissants que des décors filmés. L’un dans l’autre, cela se vaut ! Pour ma part, Ulala est un personnage clé qui marque le paysage vidéoludique, il serait bien dommage de passer à côté de ce jeu qui met tout de suite de bonne humeur.

Graphismes : 87%

J’adore ces graphismes décalés et kitchs mais je préférais ceux du premier épisode.

Animation : 85%

Tournicoti-tournicota font les différents personnages privés de motion capture. Mais ça bouge quand même de partout dans les décors !

Bande-son : 94%

Excellente ! En plus, Michaël Jackson prête sa voix !

Maniabilité : 94%

Un gameplay encore amélioré par rapport au premier opus.

Intérêt : 94%

Inséparable du premier épisode ! Il vous faut absolument les deux pour que vous soyez fier de votre ludothèque.

Note Globale : 90%

J’ai une légère préférence pour le tout premier qui fait plus "nouveauté" mais cette suite est clairement également un must buy !


Une version collector sortie exclusivement sur Dreamcast est disponible dans une belle bo
NOTE : 09/10