Consoles-Fan
18/08/2019

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3112 articles en ligne

 
Burnout
Je vais tout faire pour cramer la piste !
Quand vos pneus s’enflamment : c’est Burnout !

Je suis dans une situation tr

Faire un test de Burnout 1 sur Game Cube n’est pas une chose aisée. Certains se demanderont pourquoi tester un jeu si on ne l’aime pas ? A quoi je répondrai : pour le fun ! Ce n’est pas parce qu’un jeu est à la fois bourré de défauts et de qualités comme Burnout que le testeur ne doit pas prendre position et faire un court plaidoyer de ce qu’il a également aimé. Remarquez, il vaut mieux faire des tests courts qu’ennuyeux. Si l’on s’amuse à déconner un peu d’autres vous diront que c’est du remplissage : je ne pense pas. Il s’agit plutôt de faire comprendre certaines choses au lecteur de façon imagée. Il était une fois, il y a bien longtemps de cela (comprenez des millénaires), l’histoire d’un joueur qui s’était laissé tenté un jour par une promo. Le joueur, attiré par la pochette de Burnout, s’en alla fièrement à la caisse : "Vouha ! Burnout 1 neuf sur Game Cube pour 7,50 euros : quelle affaire ! A ce prix là, vous pouvez même garder la monnaie. :) (sourrire de satisfaction)"

Let’s go to the race.

...une semaine plus tard...

A l’accueil, du même magasin :
- Bonjour, j’ai acheté Burnout 1 sur Game Cube pour 7 euros 50 mais je ne suis pas du tout content du produit. N’est il pas possible de le changer ?
- Qu’est ce qui ne vous convient pas avec ce jeu ?
- J’ai scratché ma caisse dans un accident de la circulation sur le premier circuit. Je crois que le train arrière est bon pour la casse, je me suis fait embouti par un camion. Mais, non quel question : je ne suis pas satisfait du jeu : ça ne vaut pas 7 euros aujourd’hui !
- désolé, on ne reprend pas les jeux testés.
- :( Pleuuuuuurs : ouuuuiiiiiiin !!!!!! A l’époque où Burnout est sorti, il faisait bonne figure par rapport à la concurrence. Ses graphismes assez réalistes ont un goût de digitalisation assez prononcé par moment. De plus, l’effet voiture propre (la brillance) des effets de lumière épatait largement la galerie. Aujourd’hui, avec le recul je me dit que ces effets de lumières sont bien trop excessifs de par leur apparition permanente sur la totalité de la carrosserie. Ces effets ne suffisent pas à rattraper la grisaille générale des couleurs. On reconnaît facilement que le jeu tourne sur Cube tout de même : le graphisme est fin pour des contours 3D. Des étincelles jaillissent quand on accroche les murs. Il y a de bonnes choses dans ce Burnout, on ne peut le renier.

Mon plus grand regret concerne les véhicules jouables : il n’y en a pas assez. Moi je veux plus de modèles sports et des caisses plus détaillées avec des textures bourrées de détails plutôt que des coques non texturées bourrées d’effets-soleil ! La difficulté du jeu est plutôt dure, je la qualifierai même d’arbitraire voir d’hasardeuse. Avec un peu de chance, on s’en tire correctement au classement mais c’est rageant quand vous avez fait les 3/4 de la course en première position de se taper un petit accident qui vous coûte la victoire (voir 2 places). Pratiquement à chaque accident, on se fait rattraper et cela même si on avait de l’avance. Alors que faire pour vaincre ? Pour gagner vous avez tout intérêt à maîtriser le jeu à mort : maîtriser la maniabilité, le tracé des circuits (il existe quelques endroits où l’on peut couper sur l’herbe ou des bouts de trottoirs) et les subtilité du Burnout. Pour arriver à ses fins, il faudra donc engranger un maximum de boost dans sa jauge en frôlant les caisses (dont celles de la circulation), en roulant en sens inverse ou en tapant des dérapages. L’ennui, c’est que pour actionner la jauge, il faut à tout prix qu’elle soit pleine et justement ce n’est pas facile d’arriver à ce résultat (because beaucoup beaucoup d’accidents en prévision sur votre chemin). La tenue de route des bagnoles est acceptable. Je choisis de jouer en difficile et curieusement je roule avec plus de réussite avec les voitures puissantes qu’avec la petite citadine. Avec la voiture musclée les dérapages m’ont paru plus importants, le fun plus présent grâce à la vitesse (dommage que le compteur de vitesses soit en miles).
La prise en main est assez simple vu que ce n’est pas une simulation mais que c’est plutôt orienté arcade. Ce qui est étrange par contre c’est que dans certains cas vous dérapez et restez sur votre traînée : on continue comme un imbécile dans la même direction alors que le trafic est assez danse (la direction se bloque). C’est l’accident assuré. Hum, hum ! La maniabilité n’est pas adorable, ce n’est pas immonde non plus. A l’usage, on s’aperçoit même que l’on peut changer un peu de technique de pilotage grâce au dérapage. Par exemple si on accélère dans un virage, la voiture tend à assurer la tenue de route et à gagner en adhérence. Etrangement les caisses ne font pas trop de 360° sur elles même, pourtant on n’arrête pas de faire des crashs. :) On a l’impression que les crashs interrompent la course : on ne continue pas dans l’état après l’accident : on nous remet bien au milieu de la route. Les Plus :
- quelques détails sympatoches comme les clignotants qui s’allument automatiquement
- des décors joliment modélisés
- pas trop d’effets d’escaliers
- un mode 2 joueurs... au cas où vous auriez des invités
- quelques bosses sympas à prendre .

Les Moins :
- des circuits bien trop longs (7-8 secondes pour traverser une ligne droite, ça ne le fait pas), par moments on s’ennuie ferme : on aurait préféré que le finish s’établisse sur 2 tours plutôt que 3
- l’intérêt du jeu est loin d’être convaincant
- on a déjà vu mieux comme accidents (pas assez impressionants (Need For Speed 1 => plus de fun et des accidents plus fantaisistes))
- seulement 3 concurrents
- pas énormément de circuits. Graphismes/Animation : 7 /10
Un généreux 7 sur 10 pour des graphismes qui restent trop souvent dans les mêmes tons.

Environnement sonore : 6 /10
De la techno très commerciale : non pas qu’elle plaira au plus grand nombre (bien au contraire : c’est tellement moche), mais on a le sentiment qu’elle a été créée à la va-vite !

Maniabilité : 6,5 /10
La maniabilité est dépassée : j’aimerai avoir un système de braquage et de contre braquage où le train arrière de la voiture bouge beaucoup plus. Ah, ah, ah. Je m’esclaffe tout le monde va encore me tomber sur le dos mais je ne me mentirai pas à moi même, ni autres d’ailleurs : je n’ai guère apprécié la maniabilité.

Fun/Durée de Vie : 6,5 /10
Une durée de vie en forme de troncature très généreuse.

Intérêt : 6 /10
Même avec un prix alléchant, je ne suis pas certain d’avoir fait le bon choix en achetant ce premier Burnout. Je reste perplexe. Il y a de bien meilleurs jeux de voitures à acheter avant celui ci.


Sortie le 03 Mai 2002
Editeur/D
NOTE : 06/10