Consoles-Fan
19/08/2018

Auteur
  

2998 articles en ligne

 
Neppachi III @ VPachi
L’ultime simulation de pachinko ?
Rien n’est moins s

Malgr

Pachinko...ce nom ne parle peut-être pas à tout le monde. Je vais donc vous en toucher deux mots. Néanmoins, si vous désirez plus de renseignements, je vous laisse le soin de consulter des sites ouaibe dédiés. Bref, le pachinko est une espèce de croisement entre un flipper et une machine à sous. Des billes métalliques tombent le long d’un plateau parsemé de petits clous. Si elles pénètrent dans certains emplacements une sorte de mini machine à sous à trois roues se déclenche (comme sur les machines de casino où on doit faire 777 ou avoir trois cerises ou je ne sais quoi d’autre...). Le seul élément sur lequel le joueur peut influencer, c’est la force avec laquelle les billes sont projetées en haut du plateau. Evidemment, comme pour les flippers, chaque table de jeu est dotée d’obstacles et de bonus différents.

Pour les néophytes, y jouer relève surtout du hasard, mais avec le temps et l’expérience on finit par maîtriser parfaitement la puissance des billes et on peut ainsi « réduire » le hasard. Les billes gagnées ne peuvent être échangées contre de l’argent, à l’inverse des jetons de machines à sous de casinos, mais uniquement contre différents produits de consommation courantes : appareils électroménager, cédés, jeux vidéos, alcool... Au Japon, les salles spécialisées sont légions et le pachinko est même une véritable institution.

Soyons clair, d’un point de vue ludique les adaptations consoles de pachinko sont super limitées. Comme dans la réalité la seule chose sur laquelle le gamer interfère c’est la force de la bille. Si ces simulations cartonnent au Japon, c’est parce qu’elles reprennent des tables de jeu existantes et que les modèles physiques sont paraît-il très réalistes. En somme, on peut s’entraîner à domicile avant de se risquer dans la salle de jeu.

Neppachi III @ VPachi est le troisième opus d’une série de six jeux sortis sur Dreamcast entre décembre 1999 et février 2001. Tous ces titres sont basés sur des pachinkos phares d’une chaîne de salles spécialisées. D’ailleurs le jeu contient environ 15min de vidéo de promotion par le directeur d’une salle (ou peut-être même de la firme). Ici ce sont deux tables de jeu qui sont proposées. Elles sont très colorées et délirantes et bien réalisés d’un point de vue technique, même si la DC ne doit pas beaucoup souffrir. Les musiques donnent une ambiance très fête foraine à l’ensemble. Pendant le jeu on utilise la croix pour doser la puissance des billes et on peut aussi manipuler la caméra à sa guise et ainsi zoomer ou observer le plateau sous un autre angle.

Le titre propose, en plus du mode classique, des petits défis permettant de jouer sous certaines conditions de réussite : par exemple ne scorer que si la bille passe préalablement entre des épingles particulières. Les explications pour ces défis sont bien sûr données dans cette magnifique langue à laquelle je capte keudalle. Je ne suis pas rebuté par les jeux tout en japonais, mais là, honnêtement, j’ai lâché l’affaire ! Comment comprendre ce qui change dans un jeu de hasard ! A la vitesse où vont les billes, la seule observation qu’on peut faire, c’est que le score bouge plus ou moins vite ! -____-

Si vous êtes japonais et joueur de pachinko, l’intérêt du soft est bien réel. On retrouve dans son salon les tables sur lesquelles on joue en ville, le tout agrémenté de quelques défis sympatoches. Si vous n’êtes pas japonais et que vous n’avez jamais glissé de pièces dans une telle machine et si de plus, les caractères nippons ne sont pour vous que des spaghettis, l’intérêt du soft est proche du néant. Reste l’exotisme dont je parlais au début et une expérience nécessaire pour tout gamer désirant élargir sa culture vidéoludique.

Technique/esthétique : 60%
Difficile de faire mieux dans la modélisation de pachinkos : on peut bouger la caméra un peu comme on veut autour de la table de jeu, les éléments en 3D sont super propres, les ralentissements sont inexistants. Mais franchement, on est sur DC...elle est où la perf technique ?! Reste des décors aux thèmes rigolos et aux animations débiles comme on les aime !

Jouabilité : 50%
On pourrait dire parfaite car on dose parfaitement la puissance d’envoi des billes, et de plus c’est le genre qui veut ça, mais c’est tellement pauvre ! Coupons la poire en deux et disons donc jouabilité moyenne.

Son : 60%
Des musiques de fêtes foraines bien délirantes mais bien pénibles à force.

Plaisir/Fun : 40%
Les vidéos avec le directeur d’une salle de jeu sont marrantes. On dirait les télés dans les magasins de bricolages avec des démos de produits qui tournent en boucle ! Sinon le titre en lui-même n’est pas vraiment transcendant pour un bleu du pachinko comme moi.

Durée de vie : 10%
Difficile de juger. Néanmoins, si vous êtes fan du genre, c’est théoriquement infini. Mais si vous êtes seulement curieux c’est déjà fini ;)

Intérêt : 35%
Même si je suis sensible à la culture nippone, je reste occidental...et curieux ! Je ne pense pas trouver beaucoup de joueur pour me dire que Neppachi III @ VPachi est indispensable dans une ludothèque. Par contre, il est intéressant de s’y frotter, pour « savoir » comme on dit...

Note Générale : 42%
Vraie curiosité pour moi, ce genre de jeu mériterait d’être testé par de véritables joueurs et fans de pachinko.


NOTE : 04/10