Consoles-Fan
19/07/2018

Auteur
  

2984 articles en ligne

 
Melinda And Melinda
Melinda, Melinda
Je t’en prie saute moi au cou

Dans ce film, Woody Allen se demande si la vie est un drame ou une com

Une histoire pas très palpitante que nous sert un Woody Allen pas vraiment au sommet de son art. L’humour est léger, l’histoire aussi, on rit deux ou trois fois sur tout le film et on ne peut s’empêcher d’être déçu. L’absence du fameux Woody en tant qu’acteur y est peut-être aussi pour quelque chose.

Le film ne présente pas deux histoires identiques avec juste des réactions différentes des acteurs. D’ailleurs, pour éviter toute confusion, à part Melinda, tous les acteurs et donc tous les personnages sont différents. On sait donc à tout moment dans quelle vision de l’histoire nous nous trouvons. Et c’est peut-être là l’erreur ! S’il y a bien des points de contact, des rapprochements entre les deux histoires, on ne peut s’empêcher de penser que Woody Allen est passé à côté de son exercice de style, en choisissant peut-être trop de facilité pour ne pas trop maltraiter le spectateur.

Je n’ai pas vu tout Woody Allen, mais ce Melinda and Melinda est le moins bon de ceux que j’ai pu voir. Pourtant, avec les récents Anything Else ou Hollywood Ending, il démontrait une telle lucidité corrosive que je ne peux m’empêcher de penser que ce film est un faux pas, mais il ne faut quand même pas exagérer non plus dans l’autre sens, ce n’est pas une daube non plus ! Mais quand on s’habitude à la perfection, on est déçu de la normalité.


 R